Lac des Pises : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.48 - Nombre de notes : 29
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641ET
explicationsDate de mise à jour25/08/2019
explicationsDurée6 h 10
explicationsDénivelée750 m
explicationsPériode recommandéemai juin juillet

Lac des Pises : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires. Merci d'avance !

Du parking, se diriger vers les maisons du village, traverser ce charmant hameau en suivant le balisage jaune. Deux minutes après avoir dépassé les dernières maisons, à une fourche, prendre à droite direction Aumessas. Deux minutes encore et un sentier nous arrive de la droite, on continue en sous-bois avec le balisage jaune.

Le sentier est bien tracé dans une belle forêt de feuillus à dominante de châtaigniers et après un quart d’heure, on franchit une passerelle. Une courte remontée assez raide et on arrive à un carrefour. Prendre à gauche vers Lac des Pises, Col des Portes, Les Vernèdes.On commence ici la montée vers le plateau du Lingas, elle va se dérouler en plusieurs parties.

Durant un quart d’heure, notre sentier s’élève régulièrement en sous-bois puis on atteint une épaule sur laquelle on remarque à notre droite un beau chaos rocheux. La pente s’adoucit puis on pénètre dans une hêtraie bien fraiche et on franchit ensuite une autre passerelle.

Encore un bout de forêt puis on sort brutalement dans une zone de genêts. La montée reprend et en trois minutes on rejoint un carrefour (55 minutes). Prendre à gauche direction col de l’Homme Mort (ne pas suivre la direction Lac des Pises).

On enchaine maintenant sur une traversée légèrement ascendante avec de belles vues sur la gauche et en se retournant. Un petit quart d’heure et on débouche sur un large chemin qu’on prend à gauche, toujours avec le balisage jaune. Sept ou huit minutes et notre chemin vient buter sur une petite marche à l’entrée d’une forêt très sombre de conifères. En suivant le balisage, on traverse cette zone de conifères et ici il faut bien faire attention.

Au sein de ce sous-bois, repérer sur la droite un arbre sur lequel une balise jaune indique de tourner à droite. Trois mètres après cet arbre, il faut en effet tourner à droite mais on devine à peine qu’il s’agit d’un passage entre les arbres (l’ancien parcours ne passait pas à cet endroit, il s’agit d’une création récente).

Ensuite, bien s’appliquer à suivre le balisage et les cairns qui se faufilent dans les genêts. On retrouve un peu plus loin l’ancien parcours qui nous arrive de la droite et encore un peu plus loin on débouche sur un chemin plus large qu’on prend à gauche, toujours avec le balisage jaune. Notre ascension continue en douceur.

Une vingtaine de minutes et on prend pied sans même s’en rendre compte sur un chemin plus large. Cent cinquante mètres et ce chemin semble vouloir traverser le torrent. Il faut alors le quitter pour prendre un sentier balisé jaune qui s’enfonce dans la hêtraie, dont le départ est peu visible et qui dans un premier temps longe le torrent en rive gauche.

On s’attaque maintenant à une portion de sentier pas facile à suivre. Après avoir longé le torrent, le sentier fait deux épingles pour s’élever mais un arbre récemment tombé en travers de la sente perturbe la progression. Ensuite, en suivant les balises peu visibles, on continue à s’élever en louvoyant jusqu’à retrouver une trace bien nette.

Désormais, le sentier bien tracé dans une belle hêtraie gagne doucement de l’altitude. On conserve toujours le torrent à notre gauche, légèrement en contrebas. Plus haut, ça se complique car le balisage est de moins en moins lisible. Il faut bien conserver le ravin principal (souvent à sec) sur la gauche et ne pas le traverser en direction de l’autre rive et de ses zones herbeuses qu’on devine derrière les arbres.

On arrive ainsi au niveau d’un arbre indiquant que le balisage jaune tourne à gauche. On remarque que cela nous amène en direction d’un autre arbre avec des petits panneaux rouge GR66 et GR71 (panneaux oubliés car le GR ne passe plus par ici). Il ne faut pas suivre cette direction mais continuer sur le sentier qui monte dans la pente. Une vingtaine de mètres plus loin, prendre à droite un sentier horizontal dont le départ est marqué par une croix jaune.

Pour suivre ce sentier, il faut dans un premier temps se fier aux cairns. Le sentier franchit quelques rochers et ensuite il devient beaucoup plus net et facile à suivre. Une douzaine de minutes dans cette agréable hêtraie et on débouche sur une piste qu’on prend à droite (2 h 15). On en a terminé de la montée initiale (650 m de dénivelée depuis le départ).

Quatre minutes de piste et on arrive à un carrefour,continuer tout droit direction Lac des Pises. La forêt cède la place à la lande à genêts sur notre droite et cela permet des vues magnifiques vers le Sud. Trois minutes et au niveau des panneaux, tourner à droite sur un sentier en direction du col du Minier. Quatre minutes de descente sur un sentier un peu érodé et on rejoint une piste.

Prendre à gauche sans balisage. Une dizaine de minutes sur cette piste peu sympathique en forêt et le paysage change. Sur notre droite s’ouvrent les vastes espaces dégagés et vallonnés caractéristiques du Lingas. Grande impression d’espace. Sept minutes et on arrive à la Baraque de Pialot (sur la gauche). Encore deux minutes de piste et on rejoint un carrefour.

Sur la droite (en aout 2019), un petit panneau avec une carte explique que le secteur du Lac des Pises (qui vient d’être acheté par le département du Gard) se prépare à des travaux et que de ce fait, plusieurs zones sont interdites et plusieurs chemins fermés. Il faut se gratter la tête un moment pour comprendre ce qui est ouvert et ce qui ne l’est pas. Pour le promeneur moyen du Lac des Pises, pas trop expert en lecture de carte, ce panneau est totalement indéchiffrable et incompréhensible. En ce 25 aout, j’ai d’ailleurs croisé plusieurs dizaines de personnes sur des sentiers fermés et même vu des voitures circuler sur des pistes fermées.

Si vous respectez les interdictions (ce que je vous incite à faire, évidemment), vous faites demi-tour, vous retournez jusqu’à la baraque de Pialot, vous prenez à droite le sentier qui mène directement au lac des Pises que vous contournez par la rive droite jusqu’à l’observatoire. Vous retrouvez ici la suite du parcours de ce topo.

Si vous ne comprenez pas ce qui est indiqué sur le panneau ou si le panneau a disparu (quand les travaux seront terminés), au carrefour vous quittez la piste principale et vous prenez la piste qui part sur la gauche. Sept ou huit minutes de marche sans intérêt et vous rejoignez une piste plus large que vous empruntez vers la droite.

Trois minutes et vous quittez cette piste pour un beau sentier balisé jaune en biais à droite (le panneau directionnel a été démonté). Une minute et on croise une piste. Quatre minutes et on rejoint le bord d’une adorable rivière qui coule paisiblement en serpentant en lisière de forêt.

Ce charmant parcours dure une douzaine de minutes, on franchit au passage une passerelle et on débouche sur un parking (3 h 15). De l’autre côté de la route, plusieurs tables de picnic.

Prendre la route à gauche, franchir le pont puis prendre la piste à gauche. Pas de panneau mais balisages PR et GR. Marcher deux minutes sur la piste puis s’en écarter pour emprunter un sentier en biais à droite, toujours balisé PR et GR.

Ce sentier est quasiment parallèle à la piste mais il est évidemment beaucoup plus agréable car serpentant dans un sous-bois sombre et frais. Une dizaine de minutes et on coupe une piste. Continuer en face toujours avec les balises GR et PR. On poursuit par un raidillon raviné assez peu agréable. Quatre minutes et en haut de la montée, on prend à angle droit à gauche, toujours avec les balisages.

C’est maintenant une grande traversée horizontale et rectiligne, très ombragée, sur un large chemin herbeux. Un peu plus de cinq minutes et on arrive à un carrefour. En continuant tout droit sur quelques mètres, on arrive au bord du lac des Pises, ce qui permet d’en avoir un premier aperçu. Sinon, au carrefour, on va à droite, toujours avec les balisages GR et PR, direction Lac des Pises Nord.

Trois minutes en sous-bois à proximité des berges du lac puis on franchit successivement trois passerelles et on arrive à un carrefour. Prendre à gauche direction lac des Pises. On débouche maintenant dans la lande et on découvre le lac dans son ensemble. Evidemment, c’est très joli et en toutes saisons. On longe ainsi le lac et à son extrémité on arrive à une fourche, on prend la branche de droite qui monte. On rejoint alors un grand chemin qu’on prend à droite en direction de panneaux indicateurs. D’ici, la vue d’ensemble est belle sur le lac car on est un peu en hauteur. A noter sur la gauche l’observatoire (qui fait également gîte), géré par la société astronomique de Montpellier.

Au panneau, prendre la direction Col des Pises, St Guiral. On longe l’observatoire sur notre gauche puis on prend un sentier en biais à droite, toujours avec le même panneautage. C’est maintenant la dernière montée de la journée pour atteindre le point culminant de la rando, le col des Pises. Une centaine de mètres de dénivelée, alternant très jolis sous-bois de hêtres et prairies.

Après un quart d’heure, on atteint le col (4 h 15). Il ne reste plus désormais qu’à redescendre jusqu’au parking ! Prendre la piste en face, balisée GR. Dix minutes de piste en légère descente et à la sortie d’un virage à gauche (belle vue vers l’Ouest), on quitte la piste pour un sentier bien sympathique sur la droite.

Un peu plus de 5 minutes et on débouche à un grand carrefour. A droite, c’est l’extrémité de la route, on est au col de l’Homme Mort (brrr !). On prend la piste presque en face, direction AumessasArrigas. Encore un peu de piste en sous-bois, toujours en légère descente, mais un peu longuette cette fois-ci. Il faut plus d’un quart d’heure pour sortir de la forêt et arriver à un carrefour. Prendre ici à gauche direction Aumessas, Arrigas, Vernes.

Une cinquantaine de mètres et on franchit un portillon sur la droite qui donne accès au départ du sentier balisé en jaune (et panneauté CevennTrail 8)(4 h 50). Le sentier, bien tracé et bien revêtu, chemine dans la lande à genêts, descendant par paliers. Puis on dépasse un bosquet de hêtres et alors le paysage se découvre. Les vues sont immenses, jusqu’à la mer. On va maintenant descendre dans cette ambiance pendant 25 minutes (depuis le portillon) puis on pénètre dans la forêt de chênes caducs.

Le sentier est toujours bien tracé et confortable. On longe un chaos rocheux sur notre droite puis les chênes cèdent progressivement la place aux châtaigniers. Quelques lacets plus bas, on change de versant et ça devient moins bien. Végétation moins belle, sentier raviné. On descend depuis une bonne heure depuis le portillon et notre sentier se transforme en chemin. Quelques virages et on sort de la forêt. En bas d’un pré, on arrive à un carrefour.

Continuer en face direction Aumessas, Arrigas. Deux minutes entre les buis et nouveau carrefour, on prend cette fois à gauche direction Aumessas, Vernes. Sept ou huit minutes d’agréable chemin dans les prés et on arrive au parking (6 h 10).

Accès et parking

Vernes (2.3 Km après Arrigas). Parking à droite à l’entrée du village.

Terrain

Grâce au balisage et à la fréquentation de ces dernières années, les sentiers sont désormais en bon état, à quelques exceptions près.

A noter une ou deux difficultés d’orientation dues à un balisage ponctuellement insuffisant.

La montée comme la descente sont longues et progressives mais au final le dénivelé cumulé est significatif.

Paysage

Le Lac des Pises est un lieu très connu et très apprécié, à juste titre. Les sentiers environnants sont très agréables, notamment celui qui longe le ruisseau du Lingas. Néanmoins, les circuits pédestres autour du lac tiennent plus de la promenade que de la randonnée.

C'est pourquoi je vous propose ici une vraie randonnée comportant une montée au lac, un peu comme en montagne. Vous partirez donc de la vallée pour accéder au plateau avec toutes les variations de paysage et de végétation que cela comporte et vous aurez ainsi mérité votre récompense !

Vous pourrez ainsi admirer la châtaigneraie, la lande à genêts, la hêtraie, les prairies d'altitude et finalement le lac dans son écrin de verdure.

Toutefois, afin de ne pas proposer un circuit trop difficile, j'ai choisi un point de départ assez haut perché (Vernes) .

Dans cette version 2019, le circuit est proposé en sens anti horaire. Cela permet de parcourir les portions de pistes en descente plutôt qu’en montée et de profiter au maximum des vues dans la partie non arborée de la descente.

Epoque

De la mi mai au mois de juillet, les genêts en fleurs confèrent à une bonne partie du parcours une ambiance particulière. Toutes ces pentes colorées de jaune, c'est quand même assez spectaculaire.

De plus, à cette époque, les bords des chemins et les rives du lac sont en fleurs, la végétation est abondante et il y a de l'eau dans les torrents.

Le mois d'octobre est pas mal non plus avec les premières couleurs d'automne sur les hauteurs.

Si vous effectuez ce parcours en été, évitez quand même les jours les plus chauds et partez tôt le matin.

Si vous l'effectuez en hiver, vous pourrez selon les conditions climatiques du moment admirer le contraste entre la relative douceur des pentes ensoleillées de Vernes ou d'Aumessas et la rigueur de l'hiver au niveau du lac des Pises (prenez quand même connaissance des hauteurs de neige !).

Fréquentation

Beaucoup de monde aux environs du lac, quasiment personne sur le reste du parcours.

Eau

Non.

Raccourcis

Ne pas faire la boucle au Nord du Lac des Pises, gain de temps :une demi-heure environ.

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.