Cols du Pas et de l'Espinas : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.61 - Nombre de notes : 28
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641ET
explicationsDate de mise à jour16/03/2019
explicationsDurée4 h 45
explicationsDénivelée600 m
explicationsPériode recommandéemai juin

Cols du Pas et de l'Espinas : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires. Merci d'avance !

Du parking, avancer dans le sympathique village de Faveyrolles en suivant les balises PR et GRP. Après trois minutes, on arrive à un carrefour, on va à gauche direction Valleraugue, on reviendra par la droite.

Presque tout de suite après, ne pas rater un escalier sur la gauche, c'est là qu'on descend. Un joli sentier prolonge ensuite l'escalier et nous descend jusqu'à la route qu'on traverse.

On descend encore un peu, on traverse un pont précédé d'une zone de bambous et une fois le pont franchi, on va à gauche puis on fait épingle droite en suivant le balisage qui est ici particulièrement bien visible.

On entame la montée sur un sentier schisteux, d'abord dans les chênes verts puis dans la châtaigneraie. Le sentier est particulièrement large, bien tracé et en pente régulière mais également extrêmement cailouteux. Après une quarantaine de minutes de montée, on atteint un carrefour.

Prendre la piste de gauche. Une montée assez sévère permet de s’extraire de la forêt sur un replat où subsistent quelques ruines. Après un nouveau raidillon, on rejoint la draille en contrebas de la crête (1 h 10) et on la prend à droite (balisage GR).

En option hors topo, on peut aller à gauche puis après une centaine de mètres prendre à droite le GR 62 afin de monter au Serre de Roque Rouge, joli col herbeux qui offre de superbes vues vers le Sud (compter 10 bonnes minutes aller-retour).

Depuis le carrefour, marcher sur la draille en admirant de belles échappées en direction de l’Aigoual droit devant et du Mont Lozère sur la droite. A noter à mi chemin entre le précédent carrefour et le col du Pas, une belle zone de pause à l'ombre des merisiers .

Puis on arrive au col du Pas où on traverse la route pour prendre un chemin en face dont le départ se situe entre le monument à la gloire des Camisards et la route du col de l'Espinas. On est désormais accompagné par un balisage PR, GR et GRP.

Maintenant, le large sentier alterne les passages sur les différents versants, et offre des vues de plus en plus remarquables au fur et à mesure de la montée. On découvre d’abord la Lusette, puis le Lingas, puis l’Aigoual dans son ensemble et on prend alors conscience de la dimension de cette montagne.

Après cinq bonnes minutes, ne pas rater un carrefour où on prend en épingle à droite direction Aire de Côte, St André de Valborgne.

Le sentier toujours très mal revêtu et qui montait sans cesse depuis le col du Pas termine son ascension et on arrive à un col depuis lequel on découvre la route d’Aire de Côte en contrebas (2 h 20).

Il est temps de quitter le sentier pour emprunter la crête vers l'Est. Les allergiques au hors sentier descendront jusqu'à la route, prendront à droite et rejoindront le col de l'Espinas en 40mn environ.

Pour emprunter le tracé de la crête, tourner le dos à la route qu'on voit en contrebas et attaquer la crête directement sur son fil, en grimpant sur un rocher entre eux arbres. Une fois franchi ce passage, on devine un départ de sente, on s'élève vers la droite dans une petite cheminée puis on sort sur la crête où la sente désormais se précise.

Ensuite, le parcours est plutôt facile, malgré quelques passages où le doute s'installe. Il faut toujours rester très près du fil de l'arête, il y a presque toujours une trace et si on la perd, ce n'est que sur quelques dizaines de mètres. Il faut chercher un peu pour trouver le meilleur passage. Cet itinéraire ne s'adresse qu'aux randonneurs habitués à ce type de terrain, ils aborderont cette traversée avec calme et méthode. Ils seront récompensés par l'ambiance, particulièrement remarquable en fin de journée et par les vues tous azimuts. La partie la plus sympa se situe dans le deuxième quart.

A noter en mars 2019, un écobuage de belle envergure a détruit une grande partie de la végétation sur la première partie du parcours et en même temps la trace du sentier sur certaines portions. La difficulté en est donc augmentée.

Voici quelques indications pour vous repérer.

Au début, on suit le fil de la crête en ne s’en éloignant que très peu, tantôt versant Nord, tantôt, le plus souvent, versant Sud. On franchit un col puis on contourne une zone rocheuse par la droite et on rejoint un autre col plus large. Ici, une nouvelle montée nous permet d'atteindre le point culminant de la crête.

Une bonne descente et on arrive au pied d'une zone de rochers effilés. Il ne faut pas la contourner mais s'élever dans ces rochers et c’est alors le plus beau passage du parcours, sur le fil de l'arête, presque aérien.

Ensuite, la parcours est particulièrement agréable sur une large croupe herbeuse. Puis la crête change de direction et on se dirige alors plutôt vers le Nord-est, en visant le Mont Lozère au loin.

On rejoint une zone de pins qu’on longe à main gauche. On reprend alors la direction globale de l’Est. Puis on arrive dans une zone d'exploitation où la trace se perd, il faut tirer à droite au mieux pour continuer à longer la lisière de la pinède.

Plus loin, notre trace s'éloigne de la lisière de la forêt, on en est séparé par un champ de fougères et sur notre droite, on domine de petites barres rocheuses. Enfin, on arrive à un sommet depuis lequel on découvre le col de l'Espinas en contrebas.

Prendre une sente en montée vers le Nord pour rejoindre à nouveau la lisière de la pinède. La longer aisément (chemin de débardage) deux minutes en descente et attention, c'est le seul endroit où on peut vraiment se tromper, il faut tirer à droite dans un champ de fougères en suivant une bonne trace. Ceci nous permet de retrouver la crête sur laquelle un bon sentier horizontal puis en descente nous amène jusqu'au col (3 h 50).

Au col, on traverse la route. Ensuite, il faut repérer le bon sentier, très visible, qui descend en traversée sur la droite et tenter de le rejoindre le plus simplement possible en traversant des zones herbeuses et rocheuses qui servent de pâtures aux moutons et où des centaines de traces se croisent en tous sens. Le balisage est ici indigent ...

Une fois sur le sentier, aucun problème, il n’y a plus qu’à se laisser glisser jusqu’en bas. On est d’abord dans des zones de bruyères et de fougères avec de belles vues vers la vallée. Puis on pénètre dans une belle yeuseraie . A noter un fort joli passage où on traverse et on longe plusieurs cours d’eau avec quelques petites cascades, tout cela dans une forêt aux très beaux sous bois.

Finalement, on atteint le village de Faveyrolles et on rejoint la route goudronnée puis le parking (4 h 45).

Accès et parking

Se rendre à Valleraugue. Prendre à droite la D10 en direction du col du Pas. Au col du Pas, prendre à droite la D193 en direction des Plantiers.

Descendre environ 6,5 Km depuis le col et lorsqu'on aperçoit Faveyrolles en contre haut de la route sur la gauche, prendre une route à gauche indiquée cul de sac direction Faveyrolles.

Faire 500 mètres sur cette petite route et stationner au parking à l'entrée du village.

Terrain

Deux parties très distinctes. Le début et la fin se déroulent sur des sentiers larges et imperdables (mais très caillouteux !).

Le passage sur les crêtes est en revanche un hors sentier peu évident à suivre et parfois broussailleux. Cette portion est évitable en empruntant la petite route du versant Nord (mais ça serait vraiment dommage de rater ça). Seuls les amateurs de parcours aventureux s'engageront sur la crête.

Le balisage existe sur la partie sentiers mais il n'est pas de toute première qualité.

Paysage

Montée dans une châtaigneraie sympathique, parcours sur la draille assez remarquable, parcours sur la crête très original et qui ravira les amateurs de grands espaces, descente dans un versant sud essentiellement dans les chênes verts et avec quelques jolis cours d'eau.

Une randonnée pas trop longue et très variée durant laquelle on ne s'ennuie pas. A réaliser un jour de grand beau temps pour profiter des vues presque toujours lointaines et panoramiques.

Epoque

Comme souvent, mai et juin sont les mois les plus appropriés pour réaliser ce circuit. Néanmoins, les mois de janvier et février peuvent être un bon second choix car on prendra plaisir à se chauffer au soleil tout en admirant les sommets enneigés de l'Aigoual et du Mont Lozère.

Fréquentation

Entre le col du Pas et la crête , c'est le sentier du circuit de l'Aigoual (montée par les 4000 Marches, descente par col du Pas), on y rencontre parfois du monde. Sinon, des chasseurs en saison.

Eau

Non.

Raccourcis

Non. Possibilité d'éviter le parcours de crête en empruntant la route du versant Nord.

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.