Col de Mouzoules : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 18.38 - Nombre de notes : 32
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641 ET
explicationsDate de mise à jour11/08/2018
explicationsDurée5 h 00
explicationsDénivelée800 m
explicationsPériode recommandéemai juin novembre

Col de Mouzoules : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires. Merci d'avance !

Depuis la gare, prendre la direction Temple, Eglise, Hameaux. Marcher deux minutes sur la route en montée. Au premier carrefour, laisser à gauche la route d'Arrigas. Marcher encore cent mètres et au carrefour suivant, dans un virage à droite, prendre tout droit une petite route en suivant le panneau La Cascade, Les Vernèdes. Cinquante mètres plus loin, prendre à droite un sentier qui démarre entre deux murs à pierres sèches bordés de pommiers. Balisage jaune et panneau Sentier des Cascades, Sentier Botanique,

Le sentier se poursuit dans un bel environnement, non loin au dessus de la rivière. Après six ou sept minutes, on arrive à un pont en ciment et une passerelle en bois qui traversent la rivière. On ne traverse pas la rivière mais on prend à droite un sentier balisé en jaune et qui se met à monter. Une dizaine de minutes d'agréable montée et on atteint la cascade en question, très impressionnante.

Après avoir franchi le pont, on attaque une montée dans la châtaigneraie. Après une petite demi-heure de grimpette depuis la cascade, on atteint un carrefour où est indiqué Vernes à gauche. On va à droite. On pénètre dans le Parc National (panneau). Ca continue à monter et une vingtaine de minutes plus tard, on atteint une large croupe, près d'un beau chaos granitique sur la droite. On quitte le sentier sur quelques dizaines de mètres et, en profitant d'une fenêtre entre les blocs rocheux, on bénéficie d'un joli point de vue vers le Sud .

De retour au sentier balisé jaune, on continue sur la croupe, dans les chênes majoritaires. Plus loin, on traverse une zone de sources puis on se rapproche du torrent qu'on rejoint dans un bout de hêtraie. On traverse le torrent sur une passerelle en bois. Peu après, on sort de la forêt pour pénétrer dans les genêts. On continue à monter cinq minutes dans les genêts puis on atteint un carrefour en T avec un panneau (1 h 20).

A gauche, c'est indiqué Sentier de Montlouviers, on va à droite direction Le Travers, Les Vernèdes (rajouté au marqueur sur le panneau). On effectue une traversée dans les genêts puis on commence à descendre. La végétation basse permet de profiter de fort belles vues. Puis le sentier entre en forêt afin d'effectuer une traversée descendante dans le flanc Sud fortement arboré. Environ 35 minutes depuis le panneau et on rejoint la route qu'on prend à gauche direction Col de Mouzoules.

La route nous mène en cinq minutes au Travers. A l'entrée du village, fourche où on prend la branche de gauche. On traverse les maisons jusqu'à ce que la route fasse une épingle à gauche.

Là, en suivant toujours le discret balisage jaune, on tourne à droite pour prendre un sentier. Une paire de minutes de marche et le sentier change de versant. On attaque alors une superbe traversée dans le versant Sud, avec notamment un point de vue sur le village du Caladon blotti contre les rochers et avec deux jolies traversées de torrents, notamment la première sur un magnifique petit pont . On atteint Le Caladon, hameau aujourd'hui bien restauré, et on s'engage sur la piste d'accès. Quatre minutes et on franchit un portail puis encore cinq minutes et on arrive à la route.

On prend alors celle-ci vers la gauche pour atteindre en une minute le col de Mouzoulès. Une fois le col franchi, deux minutes de faible descente et la route vire à gauche. Dans ce virage, repérer sur la gauche une stèle en hommage aux Huguenots. De l'autre côté de la route, il y a un panneau PR peu visible, indiquant qu'on est au col de Mouzoules. A ce niveau, ne pas prendre le sentier qui descend à droite vers Aumessas (c'est un raccourci possible) mais prendre en biais à droite une piste dont le départ est fermé par une barrière puis la quitter tout de suite en visant un panneau Réserve Naturelle Libre (ça veut dire quoi, à votre avis ?).

On marche alors dans l'herbe en longeant un muret à pierres sèches sur la gauche. On atteint rapidement un menhir planté dans une prairie (lieu de picnic idéal si la météo le permet, 2 h 45). Quelques dizaines de mètres plus loin, on dépasse un autre menhir plus petit puis le sentier s'enfonce dans les buissons. Plus loin, il s'éloigne du muret et en quelques dizaines de mètres rejoint une piste au niveau d'une citerne.

On prend cette piste à gauche. On traverse alors un bout de forêt très variée dans le versant Nord. Un petit quart d'heure de montée et on atteint une bifurcation, où on prend à droite en montée.

Une minute de montée et on débouche dans le versant Sud. Belles vues en direction de la vallée de l'Arre. Carrefour en T, on prend à droite. La piste devient un chemin et effectue une traversée ascendante dans ce versant, offrant toujours de belles vues. Après une bonne dizaine de minutes, le chemin cesse de monter et peu après, il se termine.

On entame alors la plus belle partie du parcours. S'engager sur un sentier bien tracé qui suit la ligne de crête, nous permettant de bénéficier de vues à 270 degrés. Grande impression d'espace. Le massif du Lingas à droite et son versant Sud avec les hameaux dispersés à mi pente (Le Travers et Le Caladon notamment, qu'on vient de traverser). Le Causse de Blandas à gauche séparé de nous par la vallée de l'Arre et ses villages.

Au printemps, les genêts en fleurs ajoutent une touche de couleur appréciable. En automne, les forêts sont particulièrement chatoyantes dans tout ce secteur. Un régal, donc.

Après un replat puis une descente à découvert sur la crête, le sentier plonge dans le versant Sud et rejoint la châtaigneraie. Il continue à descendre, d'ailleurs assez violemment sur une petite portion, puis se stabilise et débouche de nouveau sur la crête dans une zone dégagée.

On effectue donc un nouveau passage à découvert puis on retrouve la forêt, toujours versant Sud. Alors, le sentier se met à remonter, et c'est assez désagréable à ce moment de la rando, mais cela dure à peine dix minutes et en haut on atteint le Rocher du Comte (4 heures). Très joli panorama.

Deux minutes de plus et on atteint un carrefour avec des panneaux. Poursuivre tout droit en direction de Aumessas. On retrouve un balisage jaune officiel.

Le sentier continue sur la crête pendant une dizaine de minutes, le plus souvent en sous bois mais avec encore quelques vues. Puis il commence à descendre, au début gentiment, et ensuite un peu plus sévèrement.

Le sous bois de châtaigniers est parfois peu agréable à marcher et la trace est parfois difficile à suivre, notamment en automne avec les feuilles mortes au sol, mais on peut aussi se fier aux balises jaune (récentes et plus anciennes), certes peu visibles, mais quand même bien utiles. A noter qu'au début de la descente, le sentier ne passe pas à l'endroit indiqué sur la carte IGN.

Un quart d'heure de descente dans les châtaigniers et la végétation change. Ici, le sentier fait plusieurs virages successifs (attention, au premier carrefour, ne pas aller tout droit).

En deux minutes, on rejoint l'ancienne voie ferrée qu'on prend à droite. Deux traversées de tunnel puis on emprunte le magnifique viaduc et on retrouve le parking (5 heures).

Accès et parking

Rejoindre Le Vigan, prendre la D999, dépasser Bez, puis Arre et environ 2 Km après, prendre à droite la D232 jusqu'à Aumessas.

Une fois passé le panneau d'entrée du village, poursuivre environ 1 Km sur la même route, traversant ainsi une partie du village. Passer sous un pont. Faire cent mètres et arriver à l'ancienne gare, sur votre droite. Vaste parking.

Terrain

Parcours globalement balisé, mais plutôt discrètement. Une portion de parcours n'est pas balisée du tout. Pour autant, pas vraiment de difficultés d'orientation. Les sentiers sont désormais en bon état (sauf sur la portion non balisée).

Une longue montée en début de parcours et plusieurs petites remontées font de ce circuit un parcours assez sportif au bout du compte.

Paysage

Randonnée très homogène, aucun moment désagréable lors de ce circuit.

La première partie se déroule en forêt sur de relativement bons sentiers avec plusieurs traversées de torrents ou ruisseaux. En automne, dans ces versants ensoleillés, c'est un régal.

La seconde partie parcourt une crête offrant des vues immenses et lointaines, puis se termine par une descente de nouveau arborée dans une châtaigneraie. Le parcours sur la crête à l'époque de la floraison des genêts (mai juin) est vraiment plaisant.

Epoque

Comme évoqué précédemment, les périodes favorables sont le printemps, de mi mai à fin juin, pour les genêts en fleurs (très nombreux dans ce coin) et l'automne (novembre) car la forêt est vraiment très colorée.

Fréquentation

Très faible, malgré les sentiers souvent balisés ou panneautés.

Eau

Il y a une fontaine au Caladon (2 h 30) mais je ne sais pas si elle coule tout le temps et si l'eau est potable …

Raccourcis

Du col de Mouzoules, on peut redescendre directement sur Aumessas par la vallée, mais c'est vraiment dommage (gain de temps : 1 heure environ).

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages. Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.