La Lusette : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur montagnard
La note des internautes : 16.58 - Nombre de notes : 19
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641ET
explicationsDate de mise à jour03/03/2019
explicationsDurée6 h 00
explicationsDénivelée950 m
explicationsPériode recommandéemai juin septembre

La Lusette : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires. Merci d'avance !

Supposons que le parking se situe sur le dégagement sur la gauche à la sortie du village, peu après le banc public et peu avant de franchir un pont.

Descendez la route jusqu’au pont, laissez sur la droite une aire de retournement communale et prenez à gauche un chemin indiqué par un panneau qui a dû porter des inscriptions il y a bien longtemps….

Ce chemin traverse un pré, descend jusqu’à une rivière qu’on traverse par un gué. Juste après, tourner à droite et longer la rivière en marchant dans un verger. Une quarantaine de mètres plus loin, juste avant de franchir un petit ravin, monter à gauche dans la châtaigneraie. Quelques mètres plus haut, on croise un sentier, certes très abimé, mais bien reconnaissable.

On s’engage donc sur ce sentier qu’on va tant bien que mal tenter de suivre. Il est souvent mal défini, parfois très dégradé, parfois aussi broussailleux, on le cherche lors des traversées de ravin. Bref, il vous faudra rester calme et concentré. L’aide du GPS avec fond de carte IGN sera un plus.

Après une longue traversée ascendante, il se met à monter fortement dans la pente (c’est là qu’il s’interrompt sur la carte IGN). C’est encore plus difficile à deviner, malgré les quelques balises jaunes qui subsistent sur les arbres. Il ne faut pas trop tirer à droite et chercher à sortir de la forêt trop tôt.

On finit en effet par en sortir mais tout à proximité d’un replat vers lequel on se dirige et on croise alors une piste (1 heure).

Les difficultés ne sont pas terminées car il faut maintenant prendre cette piste à droite et la quitter presque aussi tôt pour tirer en biais à droite plus ou moins horizontalement dans la bruyère et les fougères. L’objectif est de découvrir l’amorce d’un sentier qui un peu plus loin pénètre en forêt.

Une fois sur ce sentier (qui ressemble plutôt à une sente d’animaux), il suffit de le suivre, toujours à peu près horizontalement, sans prêter attention aux différents dédoublements de sentes.

Après quelques passages escarpés, le sentier se dessine de mieux en mieux puis devient un large chemin et on en a alors terminé des difficultés d’orientation. Une courte descente et on débouche un peu plus loin sur une route qu’on prend à gauche. On atteint ainsi le Col de Peyrefiche.

Continuer environ 1 Km sur la route (en coupant le premier lacet) et on arrive alors au col des Vieilles (1 h 40).

Ici débute une montée très pénible sur un sentier qui n'en est plus un, raviné, érodé, explosé, défoncé, déchiré, etc. Les sentiers caillouteux et érodés ne manquent pas dans les Cévennes mais incontestablement, celui-ci détient le pompon.

On s’élève donc pleine pente au milieu des cailloux et des blocs puis la trace s’incurve vers la droite, il ne faut pas se louper à cet endroit. On arrive ensuite à un promontoire rocheux, c’est la fin du calvaire.

Le sentier change de versant et quoique continuant à s’élever fortement, il devient mieux revêtu. Enfin, on atteint un replat. Puis on pénètre dans une belle hêtraie. De nouveau, le sentier disparait et il faut le chercher car il part en traversée vers la droite. Ensuite, c’est un peu mieux, le sentier effectue deux épingles et amorce une traversée avec de belles vues sur la droite.

Finalement, on rejoint la piste d’accès au Serre de Toureille. On la prend à droite et on arrive à la route. La traverser et descendre dans l’herbe jusqu’au gite de Cap de Cöte et son énorme écureuil en bois (2 h 45).

On en a définitivement terminé avec les chemins abominables et on peut savourer une pause dans ce bel endroit accueillant.

On repart en prenant le sentier de droite à la fourche qui se situe juste après le gite. Panneau PR. On effectue une agréable traversée plutôt ascendante dans le versant Sud puis on change de versant. Le sentier en balcon domine de façon spectaculaire la vallée du Coudoulous 500 mètres plus bas.

Une quarantaine de minutes de plaisir et on arrive à un carrefour avec des panneaux. On est au Valat de l’Abreuvoir. Continuer tout droit sur un large tracé direction Monument André Chamson. Un peu plus de cinq minutes et on arrive à un carrefour en X où on va en biais à droite. Une minute et on arrive à un carrefour en T où on va à droite puis encore deux minutes et on rejoint la route.

La traverser en visant légèrement sur la droite le départ d’un sentier. Une fois sur ce sentier, on note sur la gauche une table de picnic. Il faut s’y arrêter car de toutes les Cévennes c’est sans doute la table qui offre le meilleur panorama (3 h 35).

On poursuit sur notre sentier, on fait un nouvel arrêt au Monument André Chamson depuis lequel la vue est également époustouflante. Puis le sentier se poursuit en balcon, au milieu d'alisiers, de pins et de sorbiers avec quelques agréables sous-bois de myrtilles, offrant toujours les mêmes vues remarquables sur la droite.

On arrive à un carrefour où on va à droite direction Valleraugue. On débute alors une descente progressive, sur un terrain à découvert permettant de profiter pleinement des vues. Plus bas, un bosquet de pins marque un changement de direction.

On poursuit par une longue descente sur l’échine Nord-est de la montagne et on atteint un petit col. Vues vers l’Aigoual sur la gauche. On va maintenant faire le tour du petit sommet annexe appelé le Lunda. C’est vraiment magnifique à cet endroit. La vue plongeante sur Valleraugue et toute sa vallée est phénoménale.

Ensuite, le parcours reprend en descente mais interrompu par quelques replats rocheux où le sentier n’est pas toujours évident à suivre.

Finalement, on arrive au col de l’Elze (5 h 05). Ignorer le sentier sur la gauche direction Valleraugue, laisser deux bergeries sur la gauche, ignorer une piste qui descend aussi à gauche et poursuivre sur une autre piste direction Taleyrac.

La piste effectue une montée pas très agréable à ce moment de la rando puis se poursuit horizontalement en forêt et rejoint une route. A cet endroit, ne pas prendre la route mais s’engager sur un sentier qui descend en biais à droite. Pas de panneau ni de balisage à cet endroit ….

Désormais, on se laisse descendre sur ce bon sentier dans les châtaigniers et les chênes verts mélangés. On finit par rejoindre un large chemin puis on atteint les premières maisons de Taleyrac. En suivant le balisage jaune, on descend une petite route, on dépasse le temple puis on débouche sur la route départementale. On la prend à droite et on retourne au parking (6 heures).

Accès et parking

Depuis Ganges, prendre la D999. Rejoindre Pont d'Hérault et tourner à droite sur la D986 en direction de Valleraugue. Rouler environ 9 Km jusqu'au Mazel et tourner alors à gauche sur la D323 vers le col des Vieilles.

Rouler 3,9 Km et atteindre Taleyrac. Il n'y a pas de parking et il est très difficile de stationner. Le seul emplacement réaliste se situe à la sortie du hameau, entre le banc public et le pont, il y a un dégagement, on peut garer 2 ou 3 voitures.

Fortement déconseillé aux groupes.

Terrain

Après avoir reparcouru cette rando en mars 2019, j'ai décidé de la laisser sur le site malgré l'état de délabrement avancé des sentiers sur la première partie du parcours. Je vous propose désormais de parcourir ce circuit dans le sens horaire, c'est moins pire.En effet, les parties dégradées se parcourent en montée plutôt qu'en descente et en début de rando plutôt qu'en fin, ce qui fait qu'au terme de la journée, on les a un peu oubliées...

La montée initiale au col de Peyrefiche est parfois difficile à trouver, le sentier porte encore des traces de balisage mais il est vraiment mal tracé et il faudra souvent chercher la suite du parcours. Quant à la montée par le GR entre le col des Vieilles et Cap de Côte, c'est carrément innomable. Si vous voulez dégoûter quelqu'un de la rando, faites le passer par là.

En revanche, une fois arrivé en haut de cette montée, les choses s'arrangent et la suite du parcours se déroule sur des sentiers tout à fait normaux.

Vous aurez donc compris que ce circuit s'adresse à des randonneurs en bonne condition physique et n'ayant pas peur des terrains difficiles, pas plus que des fortes dénivelées car il ne faudrait pas non plus passer sous silence les 900 mètres à avaler d'une traite entre le départ et le sommet.

Paysage

La montagne de la Lusette marque l'extrémité Sud-Est du massif de l'Aigoual. Elle s'élève de 900m d'une seule traite à la fois au dessus de Taleyrac et de Valleraugue. Elle occupe ainsi une position stratégique. Depuis son échine, on y domine vraiment tous les reliefs au Sud et à l'Est, beaucoup moins élevés. Le point fort permanent de ce circuit sera le nombre de points de vue divers et variés dans différentes directions.

Epoque

En mai et juin, le versant Est de la Lusette se pare du jaune des genêts en fleurs. En septembre, il se colore du mauve de la bruyère et du marron orangé des fougères.

Compte tenu de son exposition, ce versant reçoit le soleil très tôt et il y fait rapidement très chaud.

Fréquentation

Quelques rencontres possibles sur les nombreuses parties balisées GR, spécialement en été.

Eau

Source à proximité de Cap de Cote, en s'éloignant un peu du chemin (panneau indicateur)(3 h 05).

Raccourcis

Cap de Côte-André Chamson par le GR (gain de temps : 20mn).

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.