Les sentiers de la Gardiole : le résumé

explicationsTrois coeursRandonneur confirmé
La note des internautes : 16.65 - Nombre de notes : 34
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2743ET
explicationsDate de mise à jour02/01/2020
explicationsDurée, Dénivelée, Distance5 h 00 - 500 m -16,8 Km
explicationsPériode recommandéemars avril
explicationsTelecharger le fichier GPXFichier GPX

Les sentiers de la Gardiole : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires.

Rendez-vous également sur la nouvelle chaine YouTube, connectez-vous avec un compte gmail, abonnez-vous et n'hésitez pas à poster des commentaires ! Merci !

Juste avant la première place de parking sur la droite, repérer un panneau indiquant le départ d'un sentier botanique. Panneau discret et sentier également !

Le sentier s’enfonce dans une pinède très sombre. Après une cinquantaine de mètres, à une fourche, prendre la branche de gauche. On chemine horizontalement sous les pins. Une minute plus tard, on remarque sur la gauche des terrasses soutenues par de beaux murs en pierres sèches. Un de ces murs abrite une petite capitelle. Le sentier sort ici de la pinède, il se poursuit à peu près horizontalement puis descend vers une combe.

Arrivé dans la combe, carrefour en T, on prend à gauche un bon sentier qui remonte le fond de cette combe. On marche une minute, on ignore un sentier qui part à gauche (borne avec une flèche) et une vingtaine de mètres plus loin, on arrive à une fourche. Le sentier principal continue à s'élever dans la combe mais on le quitte pour un sentier pas trop évident qui monte en biais à droite.

Le début de la montée est un peu raide, il y a quelques dalles et marches rocheuses à franchir mais ensuite cela s'améliore, on effectue une traversée ascendante dans les kermès puis le sentier se stabilise. Ignorer un sentier qui monte à gauche et continuer tout droit.

Une minute horizontalement puis on entame une descente qui nous amène au fond d'une autre combe, c'est la Combe de St Félix. Carrefour en T, on prend à gauche.

Notre sentier remonte désormais en traversée ascendante dans un superbe environnement, passe sous de jolies petites falaises puis s'extrait de la combe et débouche sur le plateau. On traverse un dégagement herbeux puis on arrive sur une piste.

L'emprunter vers la gauche puis la quitter immédiatement pour prendre un sentier sur la gauche. La montée reprend et après un peu plus de cinq minutes, on arrive au Roc d'Anduze (30 mn), matérialisé par une dalle en béton, et qui n'a pas grand chose d'un roc. Pour info, c'est LE sommet de la Gardiole, c'est à dire son point d'altitude le plus élevé : 234 mètres !

On redescend, on laisse une guitoune toute cassée sur la droite et juste après on prend un sentier à droite qui nous amène en quelques dizaines de mètres à une piste (panneau de rando). La prendre à droite.

Marcher une centaine de mètres sur la piste puis repérer sur la gauche le départ de deux chemins. Prendre le chemin de droite, horizontal et presque parallèle à la piste, tandisque l'autre descend.

Notre beau sentier chemine agréablement dans une belle végétation puis descend et on arrive à un carrefour en T où on prend à droite un autre très beau sentier horizontal.

Ce sentier est vraiment très agréable, en excellent état, horizontal et offre rapidement de belles vues vers Sète puis l’étang de Thau et le Mont Saint Loup (Agde). On longe une pinède sur la droite.

Après une paire de minutes, le sentier se met à descendre violemment pour rejoindre le fond d’un vallon. Dans la descente, bien rester sur la trace la plus à gauche qui est aussi la trace la plus large.

En bas, on rejoint un sentier qu'on prend à gauche. Remonter un large tracé raviné (et balisé jaune) qui nous mène en moins de cinq minutes à un col occupé par une citerne. On débouche sur une piste.

Traverser la piste. De l’autre côté, on repère deux sentiers quasiment parallèles dont le départ se situe à gauche d'une croix. Prendre celui de gauche qui descend. On perd donc de l’altitude dans ce vallon de plus en plus encaissé entre deux haies de kermès.

A la sortie de ce vallon, tandis qu’on aperçoit en face de nous les terrasses viticoles du Mas Rimbault, on atteint une fourche où on prend la branche du milieu, horizontale (à gauche, ça monte pleine pente, à droite ça descend entre deux haies). Peu après, le sentier remonte, passe au dessus d'une vigne puis rejoint un autre sentier qu'on prend à droite horizontalement. Finalement, on atteint l’extrémité d'une route au niveau d’un portail avec un panneau Mas Rimbault (1 h 10).

Prendre à gauche du portail un large sentier très dégradé. Rapidement, l’état du chemin s’améliore puis en s’élevant, on obtient des vues de plus en plus belles en direction de la mer avec les vignes au premier plan. En haut de la montée, le sentier fait un virage sérré à gauche. Juste après, ne pas prendre une sente à droite qui descend mais continuer à monter.

Le sentier devient horizontal, offrant de nouvelles vues. Enfin on arrive à un carrefour en T où on prend à gauche. Une minute en montée puis on prend à droite un bon sentier.

On effectue alors une traversée horizontale très agréable. La sente sinue joliment dans une végétation variée, mélange de chênes verts et de kermès avec de jolis sous bois, et les vues sur la droite sont remarquables. A l’extrémité de ce sentier, à un carrefour en T, prendre à droite.

Une courte et légère montée nous amène à un point de vue magnifique puis la descente commence. Au début de la descente, prendre le sentier le plus large qui vire à droite. Plus bas, le sentier décrit une grande courbe à gauche puis un sentier venant de la droite nous rejoint. Cent mètres et, à un nouveau carrefour, prendre à droite en descente. En bas de la descente, le sentier contourne une vigne par la gauche (ne pas prendre le chemin de droite qui descend à la vigne). On se faufile alors entre cette vigne et une pinède, c’est très sympathique.

On longe la vigne d'assez loin, sur la droite. A son extrémité, ne pas prendre le chemin de droite qui rejoint cette vigne mais attaquer tout droit un fort raidillon. On continue ainsi à contourner la vigne mais en la dominant largement. Puis le sentier se termine brutalement et on descend alors à droite dans une zone très ravinée. En bas, on rejoint une piste. La prendre à gauche.

Faire une centaine de mètres sur cette piste puis la quitter à l’entrée d’une vigne pour un sentier en biais à gauche. On se faufile alors joliment dans une belle garrigue puis dans une pinède pour déboucher finalement à l’extrémité d’une très large piste (2 h 10).

La prendre à gauche. Ici, on remarque qu’en contrebas de la piste et parallèlement à celle-ci, il y a un sentier. Emprunter ce dernier. Cela va nous permettre de longer la piste sans trop s’en rendre compte car on ne la voit quasiment pas.

On marche ainsi 20 minutes environ mais le sentier s’arrête et on doit remonter sur la piste. Fort heureusement, celle-ci n’est pas désagréable car la forêt de pins, de cèdres et de chênes verts est plutôt sympathique et les vues sur la mer à droite sont agréables.

Une petite dizaine de minutes de piste et on arrive à un carrefour où on prend la piste de droite qui descend. Celle-ci effectue cinq larges virages successifs et on peut couper le premier puis le troisième (sente dans les pins). A la sortie du 5ème virage, à une bifurcation, prendre à gauche puis 50 mètres plus loin, prendre encore à gauche. La piste continue à descendre pendant une paire de minutes puis franchit un petit pont (2 h 50).

Juste après le passage du pont, prendre à gauche un joli sentier. Après 50 mètres, ignorer une sente broussailleuse qui part à droite en fond de vallon. Cent mètres plus loin, quitter notre large chemin pour prendre un sentier à gauche. On rejoint rapidement un vallon qu’on remonte par son fond. On est dans la Combe des Bestiaux. La végétation est très dense dans ce frais vallon, très agréable et très différente de celle du reste du parcours. En s’élevant davantage, on trouve par exemple de la coronille et des lauriers tins.

Cette sympathique remontée, caillouteuse et parfois un peu rocheuse, dure une bonne vingtaine de minutes puis on arrive au bout du vallon dans une zone de falaises. Il faut alors s’extraire du vallon et cela se fait par un raidillon.

Le parcours dans cette combe des Bestiaux est un monotrace très recherché par les vététistes mais il est réservé aux descendeurs de très bon niveau. Il se peut que vous en croisiez, attention, ça va vite !

En haut du raidillon, on rejoint un sentier qu’on prend à droite. En cinq minutes, on rejoint une piste. Aller à gauche afin de rejoindre une plate forme et de bénéficier d'un dernier point de vue en direction de la mer et des étangs. Puis faire demi-tour. Ne pas prendre la piste par laquelle on est arrivé mais s'engager sur celle de gauche.

Au premier croisement après 50 mètres, continuer tout droit. Cent mètres et c'est un second croisement, continuer encore tout droit direction BIGAR3. Encore cinquante mètres et une autre piste arrive de la gauche, on poursuit toujours tout droit direction GAR3. Une vingtaine de mètres après, bien faire attention, quitter la piste pour un sentier en biais à gauche.

Ce sentier sinue agréablement dans une végétation peu dense pendant trois ou quatre minutes. Puis on tangente la piste, on ne la rejoint pas, on continue sur notre sentier. Encore deux minutes et on débouche sur une piste qu'on prend à droite.

Une minute puis on retrouve notre grande piste de tout à l'heure qu'on prend à gauche. Balisage jaune. On marche alors cinq minutes et on arrive à une fourche où on prend la branche de gauche.

Cinquante mètres plus loin, on atteint une immense plateforme avec des pistes dans toutes les directions, à hauteur d’un panneau « forêt domaniale de la Gardiole » et d’une citerne décorée (3 h 40).

Se positionner dos au panneau et viser en biais à droite, direction Ouest / Nord-ouest, un large sentier dont le départ se situe à droite d'un panneau Tour de Guet. Une fois sur ce sentier, faire à peine 50 mètres et atteindre une fourche à 3 branches. Prendre le sentier le plus à gauche.

On longe maintenant le bord du plateau avec de superbes vues vers le Nord et l’Ouest. Après cinq bonnes minutes, on tombe sur une piste qu’on traverse pour continuer en face. Cinquante mètres après ce croisement, à un carrefour, prendre à droite pour continuer à longer le rebord du plateau. Encore cinq minutes dans ce cadre (ne jamais prendre les sentes de droite qui descendent dans la pente) et on atteint un autre carrefour où on prend à droite en longeant une pinède.

Faire une cinquantaine de mètres puis au carrefour prendre à gauche horizontalement. Une centaine de mètres et on débouche sur une grande piste qu'on prend franchement à gauche.

Marcher deux minutes sur cette piste et environ 100 mètres avant de croiser un immense coupe feu immanquable, prendre à droite un bon sentier. On pourra auparavant aller jusqu'au coupe feu pour admirer deux citernes joliment décorées (sur demande du département).

On va maintenant cheminer très agréablement pendant un quart d'heure sur ce sentier horizontal d'abord dans les chênes verts puis dans les kermès. Plus loin, on longe une pinède et finalement on débouche sur une piste. La prendre à droite. Balisage jaune.

En deux minutes, on arrive à un grand carrefour de pistes. Panneaux de rando. Continuer tout droit direction Peyre Tindant (4 h 20).

Quatre minutes puis la piste fait une courbe à gauche. A la sortie de cette courbe, prendre un sentier à droite (peu visible, cela dépend si la végétation a été débroussaillée ou pas !) qui est parallèle à la piste. Une minute sur ce sentier puis prendre un sentier à droite qui descend. Peu visible ici aussi, faire bien attention.

Le début de la descente est un peu raide puis ça se calme. On est maintenant sur un joli sentier qui se faufile dans l'herbe et une végétation basse.

Arrivé à hauteur d'une petite falaise sur la gauche, il y a une fourche, prendre la branche de gauche. Une descente et en bas de celle-ci, un sentier arrive de la droite. Prendre à gauche, ça remonte un peu puis à nouveau le sentier est très agréable. Il remonte tout doucement et finalement on débouche sur un grand chemin.

Ne pas prendre ce grand chemin à gauche mais viser un sentier en montée qui lui est presque parallèle et qui est balisé jaune. Une courte montée et on débouche sur la piste. La prendre à droite et se laisser descendre jusqu'au parking en profitant des vues sur l'abbaye avec les étangs de Thau en arrière plan (5 heures).

Accès et parking

Parking de l’abbaye St Félix de Montceau.

A l'extrémité de la petite route goudronnée, choisir le parking de droite et pas celui qui est en haut à gauche.

Terrain

La majeure partie du parcours se déroule sur sentiers. Lorsque le terrain est à peu près horizontal, ceux-ci sont généralement bons mais à l’occasion de fortes montées ou descentes, le ravinement les rend assez éprouvants.

Par ailleurs, le parcours est assez complexe avec de nombreux carrefours et changements de direction où il ne faut pas se tromper.

Vous serez peut-être surpris de constater un dénivelé total de 500 mètres. En effet, le parcours est une succession de montées et de descentes et cela le rend assez sportif.

Pour toutes ces raisons, le circuit est donc à réserver aux randonneurs avertis et entraînés.

Paysage

Curieusement, la plus part des randonneurs pédestres ne connaissent de la Gardiole que ses pistes tandis que les vététistes, en tout cas les meilleurs d’entre eux, utilisent un intéressant réseau de sentiers.

C’est en grande partie sur ce réseau que se déroule la balade, avec inévitablement quelques portions de pistes pour réaliser les jonctions.

Le premier intérêt de ce circuit consiste donc à vous faire découvrir ce massif proche de Montpellier sous un autre aspect que celui connu des marcheurs ordinaires qui promènent sur les pistes le samedi et le dimanche.

De plus, le parcours vous permettra de passer en revue les quatre versants de ce massif tabulaire et d’obtenir des points de vue dans toutes les directions, vers Sète et l’étang de Thau, vers Vic et la mer, vers Montpellier et le Pic St Loup, vers les Cévennes au loin.

Epoque

On peut parcourir les sentiers de la Gardiole toute l’année à condition d’éviter les périodes de fortes chaleurs, c'est-à-dire de juin à septembre.

La végétation sempervirente et la douceur du climat prédisposent évidemment cette rando à une utilisation hivernale mais c’est quand même en mars et en avril, avec la floraison de la garrigue (genêts et cistes notamment), que son rendement est optimal.

Les Montpelliérains ont tendance à utiliser la Gardiole comme une zone de repli lorsqu’il ne fait pas très beau. Je tiens à préciser que cette rando n’est pas une rando de secours mais qu’elle mérite bien qu’on lui accorde une belle journée ensoleillée.

Fréquentation

La Gardiole est le lieu de prédilection des vététistes, vous en rencontrerez probablement pas mal. Cela ira de Monsieur Toutlemonde sur les pistes aux compétiteurs de descente dans la Combe des Bestiaux par exemple.

Egalement des joggeurs notamment le dimanche matin, des chasseurs en saison, malheureusement quelques motos, et en tout cas très peu de randonneurs !

Eau

Non.

Raccourcis

Pas vraiment.

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.