Le Pas de l'Escalette : le résumé

explicationsA faire absolumentRandonneur montagnard
La note des internautes : 17.45 - Nombre de notes : 55
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGN2642O
explicationsDate de mise à jour14/05/2017
explicationsDurée5 h 10
explicationsDénivelée500 m
explicationsPériode recommandéemai juin

Le Pas de l'Escalette : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Du parking, reprendre la route par laquelle on est arrivé, on trouve rapidement le balisage jaune. Après le pont sur la Lergue, pénétrer dans le village fortifié. Flâner dans les ruelles et ne pas manquer la rue de la Bistou, magnifiquement fleurie en saison. Quitter le village par l’autre porte.

Remonter la Grand Rue, laisser sur la droite la place du Monument aux Morts puis laisser derrière soi les dernières maisons du village. On évolue sur une petite route goudronnée. On atteint ensuite le cimetière puis un carrefour.

En dépit des nombreux panneaux d’interdiction et de propriété privée, franchir la barrière conformément à ce qu’indique le balisage jaune. On est maintenant sur une piste qui s’élève pour passer en contre haut d’une ferme puis on redescend au bord de la Lergue. On marche entre des prairies sur la droite et la rivière sur la gauche, c’est agréable.

Finalement, la piste se termine et fait place à un sentier dans une clairière entre falaises et rivière. A l’extrémité de la clairière, une échelle permet de franchir un petit ressaut rocheux (30 mn).

Une minute plus tard, je vous conseille de quitter provisoirement le sentier pour descendre quelques marches et rejoindre le bord de la Lergue dans une superbe zone de cascatelles. On longe cette zone pendant une centaine de mètres puis on remonte naturellement sur le sentier.

Peu après, celui-ci bifurque brutalement à droite et se met à monter. On suit toujours les balises jaunes. Une paire de minutes de montée et on rejoint une grande piste qu’on prend à gauche. Une minute de piste et on la quitte pour un sentier en biais à droite tandis que sur la gauche c’est l’entrée de la propriété privée du Moulin du Bronc.

Le sentier toujours balisé jaune longe la propriété privée. Plus loin, on franchit un petit pont et peu après, le sentier débute sa montée en direction du Pas de l’Escalette. Belle ambiance dans cette forêt peu dense qui permet des vues en direction des falaises du cirque.

Après un peu plus de cinq minutes de montée, on croise une cascade qui coule carrément au milieu du sentier. Une corde aide au franchissement. Puis le sentier devient plus tortueux. A noter que depuis que le circuit a été balisé, un gros effort d’aménagement du sentier a été réalisé et qu’on est très loin de la trace chaotique d’il y a une dizaine d’années.

Après avoir dépassé la cascade, on va évoluer un bon quart d’heure, globalement en montée avant de rencontrer un carrefour qu’il ne faudra pas manquer. Ce carrefour se situe à la sortie d’un petit ravin très marqué où il faut presque assurément s’aider des racines d’arbres pour s’en extraire. Juste après ce ravin, le sentier balisé (une balise se trouve sur un petit alisier à cet endroit) se met à monter à droite alors qu’une sente dégringole sur la gauche.

Malheureusement, les aménageurs du sentier n’ont pas jugé utile de mettre une croix jaune au départ de cette trace, ce qui ne facilite pas son repérage.

Je vais maintenant me fendre d’un petit laïus à l’attention des personnes du CDRP responsables du balisage des sentiers. Je me doute qu’ils ne lisent pas Randonnée Cévenole mais c’est pas grave, je m’adresse à eux quand même.

L’initiative de baliser ce circuit est particulièrement honorable mais le parcours proposé évite soigneusement la partie la plus spectaculaire, celle qui longe les cascades de la Lergue, et que propose ce topo.

Pourquoi ne pas avoir proposé cette partie du parcours en tant que « variante difficile » par exemple ? En effet, en l’absence total de balisage et donc bientôt de fréquentation, la variante par les cascades que je propose ici, va mourir de sa belle mort, à savoir d’embroussaillement et de dégradation des sentiers. C’est déjà ce que j’ai pu constater ce 14 mai 2017…

Au vu de l’importance (et de la qualité) des travaux d’aménagement qui ont été réalisés sur ce circuit (notamment après le Pas de l’Escalette où un sentier a été créé ex nihilo), il est certain que ce n’est pas un manque de moyens qui a dicté ce choix. Alors quoi ?

Voilà, j’ai fini de vous embêter avec ça. Maintenant, vous vous engagez sur cette sente peu visible qui descend en zigzags serrés dans la pente. Elle passe sous la ligne électrique (débroussaillage récent) et après cinq petites minutes de descente, elle vire à droite puis se stabilise. Une minute plus tard, on arrive au bord de la rivière et on vient buter sur une zone de rochers (1 h 20).

C’est le début des réjouissances ! Mais il va d’abord vous falloir réprimer cinq minutes de mauvaise humeur car la partie du parcours qui va suivre est peu commode. Il faut progresser dans un bras de rivière et au milieu des blocs rocheux en devinant le meilleur passage dans ce fouillis d’arbres et de rochers moussus. Quelques très vieilles traces de peinture peuvent éventuellement vous aider. A la fin, on s’extirpe de la rivière par un passage raide et on trouve alors un bon sentier imperdable (tant qu’il ne sera pas trop envahi par la broussaille) qu’on suivra jusqu’en haut.

Maintenant ce n’est plus que du bonheur grâce à la proximité de la Lergue qui descend de cascade en cascade. A ne pas manquer un point de vue sur la plus impressionnante d’entre elles à un endroit où elle se fraye un chemin dans un tunnel rocheux. Magnifique quand il y a beaucoup d’eau (printemps, automne).

Plus haut, un passage très raide est généralement sécurisé par une main courante. Ensuite, le sentier continue à monter mais s’éloigne du torrent. La végétation devient alors plus touffue et le passage est parfois fermé par la broussaille. On passe une nouvelle fois sous la ligne électrique avec le sous bois récemment débroussaillé et peu après on atteint un carrefour où on retrouve l’itinéraire balisé en jaune.

On va à gauche. Il reste deux minutes de montée et on débouche sur l’ancienne RN9 qui franchissait le Pas de l’Escalette à cet endroit (fermée en 1993 pour ceux qui s’en souviennent …)(2 heures). Deux tables de picnic, idéal pour faire une pause et admirer l’ensemble du site.

On repart en marchant sur la route, on ignore sur la gauche un sentier qui démarre par une échelle (direction St Félix) et on franchit la barrière qui interdit l’accès à la route. Au carrefour, on va à droite, toujours avec le balisage jaune. On passe au dessus de l’autoroute à l’endroit où elle pénètre dans le tunnel de l’Escalette. On laisse sur notre droite l’étrange boule de vanille (ou de citron), on marche encore une minute et après avoir franchi le rail de sécurité, on prend un sentier sur la droite, bien indiqué par un panneau direction l’Heras.

Ici, un sentier a été taillé de toutes pièces dans la végétation. Beau travail. La montée est soutenue mais quand on arrive en haut, on découvre le causse et c’est très joli, notamment au printemps quand tout est fleuri.

Un joli sentier nous fait traverser une clairière puis on poursuit sur une piste qui traverse ensuite une zone un peu désolée où tous les arbres ont été jetés par terre. Sans doute une volonté des forestiers pour reconstituer le sol (si quelqu’un connaît la réponse ….) ?

Heureusement, cela ne dure pas, on pénètre en forêt et rapidement on arrive à une fourche avec un panneau L’Heras et on prend à droite en suivant le balisage jaune.

On va maintenant évoluer agréablement sur ce sentier zigzagant en sous bois pendant une demi-heure pour finalement atteindre un autre carrefour avec un panneau (3 h 10). On va à droite direction Pegairolles tandis qu’à gauche c’est direction Camp Rouch.

Le sentier est toujours joli. On traverse une remarquable zone de rochers dolomitiques dans laquelle on se perdait facilement à l’époque où il n’y avait pas le balisage PR. Aujourd’hui, plus de souci, on peut profiter du paysage. On passe ensuite entre deux zones rocheuses imposantes puis on débouche dans une petite clairière.

Puis le sentier repart en forêt pendant un dizaine de minutes avant de sortir dans une nouvelle zone plus dégagée avec de belles falaises sur la gauche. Puis on entame un superbe parcours en balcon au dessus des falaises du cirque. Les puristes diront qu’on bénéficie surtout de la vue sur l’autoroute et du bruit qui va avec. Mais que celui qui n’emprunte jamais cette autoroute (et avec plaisir) lève la main …

Ce passage terminé, on reprend un long cheminement dans une belle forêt mélangée. Une vingtaine de minutes et on franchit une chicane (agressive). Deux minutes après, carrefour, on prend à droite avec le balisage jaune (4 h 15).

Encore une paire de minutes dans un sous bois très dense et on débute la descente sur un sentier plutôt agréable. La forêt est toujours très sombre puis, tandis qu’on perd de l’altitude, elle s’éclaircit. Toutefois, les vues sont rares.

Plus bas, une partie ravinée est assez désagréable à parcourir mais on arrive rapidement à la route. On prend à droite, on descend la petite route jusqu’à Pegairolles. On franchit le pont, on va à gauche et on retourne au parking (5 h 10).

Accès et parking

Sur l'A75, prendre la sortie 51. Descendre la petite route jusqu'à Pégairolles de l'Escalette.

Passer le pont puis prendre à gauche conformément au panneau "parking randonneurs obligatoire". Puisque c'est obligatoire, suivre les panneaux et stationner non loin du bord de la Lergue et près d'un terrain de boules, sur ce qui doit sans doute être le fameux parking.

Terrain

De par sa longueur raisonnable, sa dénivelée modérée et sa facilité d'accès routier, cette randonnée pourrait tenter beaucoup de marcheurs moyens. Pas du tout ! Il ne s'agit pas d'une balade à la portée de tout le monde !

En effet, une portion, assez courte il est vrai, du parcours est vraiment délicate techniquement. Difficulté à trouver le bon passage, franchissement de rochers moussus et quelques pas athlétiques à franchir.

C'est pourquoi j'ai conservé à ce topo la classification randonneurs montagnards. Le reste du parcours est en revanche sans difficultés.

Attention, lors de cette rando, vous traverserez une propriété privée avec l'accord du propriétaire. Vous devez la respecter : pas de balade en dehors du sentier, pas de ramassage de fleurs ou autres, pas de chiens.

Paysage

Parcours extrêmement contrasté avec une première partie dans la vallée de la Lergue verdoyante et aquatique et une seconde partie sur le Larzac sèche et rocheuse.

La remontée de la vallée de la Lergue procure un grand plaisir. Sur le bas, on profite de quelques cascatelles qui sont un avant goût des vraies cascades qu'on visite plus haut.

La deuxième partie du parcours démarre au franchissement du Pas de l'Escalette depuis lequel la vue est splendide.

On traverse alors cette partie du Larzac méridional où les rochers dolomitiques forment de magnifiques chaos et de superbes falaises.

La balade se termine par une descente aisée sur Pégairolles, joli village blotti autour de son château.

En regardant le tracé sur une carte, on pourrait craindre la proximité de l'autoroute mais elle ne gêne qu'à de brefs instants et on l'oublie presque totalement lors de ce parcours finalement assez sauvage.

Epoque

Mai et juin sont les mois ad hoc car le Larzac est alors en pleine floraison et il y a normalement pas mal d'eau dans la Lergue.

Fréquentation

Le parcours étant en grande partie balisé, vous pourrez désormais rencontrer un peu de monde.

Eau

Non.

Raccourcis

On peut suivre intégralement le parcours du PR et ne pas emprunter la variante RC du bord de la Lergue mais je ne le recommande pas !

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.