De Brissac à la Séranne : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur moyen
La note des internautes : 16.07 - Nombre de notes : 15
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2642ET et 2742 ET
explicationsDate de mise à jour15/05/2010
explicationsDurée4 h 10
explicationsDénivelée580 m
explicationsPériode recommandéedecembre avril

De Brissac à la Séranne : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Se diriger vers l’extrémité Nord du parking, en direction de La Poste. Prendre alors à gauche afin de franchir un petit pont, puis à nouveau à gauche après le pont. Marcher une centaine de mètres dans le parc de Brissac entre un mur sur la droite et la zone des sources sur la gauche, dans un très sympathique environnement.

Repérer sur la droite un passage dans le mur (photo) qui donne accès au départ d’un sentier arboré. Marcher une centaine de mètres sur ce sentier jusqu’à un carrefour en T. Prendre à gauche. Traverser une première clairière où un sentier arrive de la gauche, puis une seconde avec une vue sur le château de Brissac perché sur son rocher.

On rejoint ainsi l’extrémité d’une piste qui vient du village. Tourner le dos à la piste en faisant comme si vous arriviez par là et repérer difficilement le départ d’une trace ascendante dans l’herbe à peu près en face de vous (photo). Rapidement, un cairn indique le passage et dans la foulée la trace devient sente et se fait plus visible (photo).

Une fois sur cette sente, c’est beaucoup plus facile. Certes, au début, elle est assez caillouteuse et étroite mais plus loin dans la montée, son état s’améliore tandis qu’on pénètre dans une zone plus arborée. Puis on arrive sur une zone horizontale et on débouche dans une clairière avec en point de mire la Vierge perchée dans sa montagne (on y passera en fin de balade).

Traverser la clairière en conservant à peu près la même direction et en suivant la sente. Une trace arrive de la droite. Puis on replonge dans une zone arborée et 50 mètres plus loin, on atteint un carrefour en T.

Prendre à droite. Le sentier est maintenant très bien tracé et imperdable sous le couvert assez dense des chênes verts. Un premier carrefour se présente où on va à droite, le sentier de gauche étant barré par des pierres. Plus haut, on pénètre dans une zone de lapiaz et la trace est alors plus difficile à suivre. Il faut se repérer grâce aux balises jaune ou orange.

Finalement, on arrive à l’aven de la Dame, ouverture béante dans laquelle il faudra faire attention de ne pas tomber (surveiller les enfants et les chiens).

Encore quelques minutes de montée et on atteint une bifurcation. Ne pas suivre le balisage jaune qui part à gauche dans les lapiaz mais rester sur le sentier à droite. Une dernière courte montée et le sentier se met à descendre. Il fait rapidement deux épingles puis se stabilise, offrant alors de belles vues sur la droite vers la plaine de Brissac.

On chemine un bon moment ainsi et on atteint un carrefour en T où on prend à gauche. Le sentier devient très agréable, bien revêtu, à peu près horizontal, dans une belle végétation clairsemée et avec quelques vues sur la droite.

Cinq bonnes minutes après le carrefour, repérer sur la gauche le départ d’un sentier marqué par un cairn (1 h 15). Il va nous permettre d’effectuer un aller-retour à la grotte de Bois de Long. On atteint celle-ci en deux minutes. Le sentier pénètre dans la grotte et vous sortez alors votre lampe torche pour continuer à avancer à l’intérieur de cette cavité au sol parfois glissant.

Mais vos efforts seront récompensés. Evidemment, ce n’est pas la grotte des demoiselles mais les draperies que vous pourrez observer sont assez remarquables pour une grotte si facile d’accès et en libre service (photo)(photo)(photo). Evidemment, le respect des lieux s’impose.

Une fois remonté à la surface, vous regagnez le carrefour et poursuivez sur le beau sentier horizontal jusqu’à un nouveau carrefour en T où vous prenez à gauche en montée.

On est maintenant sur un sympathique chemin creux, dans une végétation très dense. L’ambiance est fraîche, voire carrément froide en hiver.

Après moins de cinq minutes, repérer sur la gauche un sentier balisé en rouge et en bleu qui mène en quelques mètres à l’abîme de Rabanel. Gouffre béant nettement plus grand que le précédent mais protégé par des barrières. Vous retournez au chemin creux et poursuivez la montée.

Plus haut, à un carrefour, ignorer un sentier broussailleux qui part à gauche et continuer à monter régulièrement, toujours à couvert et même parfois dans un véritable tunnel végétal.

Puis le sol devient plus caillouteux, la végétation devient moins dense, la pente diminue et on débouche alors sur une piste.

L’emprunter à gauche sur une centaine de mètres pour la quitter encore à gauche pour un sentier dont le départ est peu visible malgré un cairn (photo).

On entame une nouvelle (et dernière) montée en direction de la Seranne sur ce sentier un peu broussailleux (quelques coups de cisailles ne seront pas de trop, merci d’avance) mais très bien tracé et qui offre de superbes vues si on n’oublie pas de se retourner. Après un début dans la garrigue, on traverse quelques zones de lapiaz assez raides puis on termine dans une zone broussaillo-herbeuse et on débouche sur une piste (2 h 30). Juste avant celle-ci, un rocher sur la droite sert de belvédère.

Prendre la piste à gauche sur quelques dizaines de mètres puis la quitter pour un chemin sur la gauche, juste après avoir dépassé le pylône.

Après quelques minutes à plat, on entame la descente. Le sentier alterne joliment sections bien revêtues en sous bois et sections caillouteuses dans les lapiaz.

Une petite demi heure de descente et on arrive à la Vierge, gigantesque statue qu’on laisse sur notre gauche. Le sentier bifurque alors brutalement à droite et change de versant. On termine la descente dans ce nouveau versant avec en permanence de superbes vues en direction de la vallée de la Buèges.

Finalement, on débouche sur le parking de Notre Dame du Suc. Traverser ce parking et, au bout, ne pas prendre la route qui descend à droite mais se diriger vers l’église. Peu avant celle-ci, prendre une petite rue qui descend à droite et qui se prolonge par un escalier. En bas de celui-ci, aller faire un tour sur l’esplanade très agréable au pied de l’église. A noter un robinet d’eau à cet endroit.

Retourner ensuite à l’escalier et continuer à descendre, encore un escalier puis une petite rue, et déboucher sur la route. La prendre à gauche, marcher une centaine de mètres et quitter la route pour un sentier qui descend à droite (3 h 30).

Plus bas, ce sentier coupe la route et se poursuit alors en chemin. Plus loin, on coupe une piste puis le chemin se divise en deux branches et on prend celle de droite. Encore une petite descente et en bas de celle-ci, le chemin s’élargit un peu plus. On longe maintenant la forêt de chênes caducs à main gauche et des prés ou des friches à main droite.

Une petite demi-heure qu’on a quitté Notre Dame du Suc et on arrive en vue du château de Brissac. Arrivé au niveau de celui-ci, prendre un sentier qui descend à gauche et passe en contrebas du rocher sur lequel est construit le château.

Quelques minutes de descente et on atteint une petite route qu’on prend à gauche. La route fait trois épingles, franchit un petit pont puis file tout droit et rejoint le parking.

Accès et parking

Se rendre à St Bauzille de Putois. A l’entrée du village, au rond point, prendre à gauche la D108 en direction de Brissac. Traverser le pont sur l’Hérault. Après le pont, prendre à droite toujours sur la D108.

Dépasser Agones puis Les Caizergues. Au carrefour suivant, prendre à gauche la D4 en direction de Brissac.

Rouler jusqu’à l’entrée de Brissac. Faire encore 400 mètres après le panneau d’entrée du village et repérer à gauche le restaurant « Le jardin des sources ». A ce niveau, tourner à droite pour entrer sur le parking. Stationner là.

Terrain

Une montée par paliers suivie d'une longue descente. Des sentiers parfois bien revêtus, parfois caillouteux avec quelques passages pénibles dans les lapiaz. Quasiment pas de piste ni de route. Longueur et dénivelée modérés.

Visite de grotte fortement conseillée : équipez vous d'une lampe torche puissante, une frontale ne suffit pas.

Paysage

Parcours d'une grande homogénéité. Pas de point fort particulier mais un enchaînement de sentiers agréables et souvent originaux avec très régulièrement des points d'intérêt : le parc de Brissac, l'aven de la Dame, la grotte de Bois de Long (avec visite), l'abîme de Rabanel, le point de vue depuis la crête de la Seranne, la Vierge, Notre Dame du Suc, le château de Brissac.

Jamais d'ennui tout au long de ce circuit qui n'emprunte que des sentiers, sauf les cinq dernières minutes pour rentrer au parking.

Epoque

Bonne rando d'hiver grâce à la végétation sempervirente et à la localisation dans un secteur plutôt favorisé par le climat.

Toutefois, les deux mois les plus favorables sont décembre alors que les zones de chênes caducs ont de belles couleurs automnales, et avril lorsque les petites fleurs et l'herbe bien verte bordent les sentiers.

Fréquentation

Sentiers très peu connus, sauf celui qui descend du sommet à ND du Suc.

Eau

Notre Dame du Suc (3 h 25).

Raccourcis

Non.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.