Les Bosses de l'Aigoual : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur moyen
La note des internautes : 16.65 - Nombre de notes : 17
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641ET
explicationsDate de mise à jour30/06/2007
explicationsDurée4 h 20
explicationsDénivelée550 m
explicationsPériode recommandéejuin juillet aout septembre octobre

Les Bosses de l'Aigoual : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Attention : Du fait du mauvais fonctionnement du serveur de Free, les diaporamas plantent régulièrement, je vous prie de m'en excuser.

Traverser la route par laquelle on est arrivé, en visant le panneau jaune indiquant Sentier de découverte de la forêt de l’Aigoual. Franchir une échelle en rondins donnant accès à un pré.

On s’engage ensuite sur un sentier herbeux balisé GR 60. Ce sentier s’élève tout de suite assez fortement dans l’herbe, les genêts et quelques pins clairsemés. En se retournant, on bénéficie de jolies vues en direction des causses.

Plus haut, les premiers hêtres apparaissent et le sentier mollit. On jette un dernier coup d’œil en direction du Nord puis le sentier change de versant et on pénètre ensuite réellement en forêt.

Quelques minutes après, on ignore superbement une affreuse piste d’exploitation forestière qui démarre sur la gauche puis le sentier devient une piste et s’arrête de monter. Plus loin, on longe une hêtraie qui a été sérieusement éclaircie par nos amis forestiers puis la piste se met à descendre et rejoint la route (50 mn).

On s’engage alors sur un sentier parallèle à la route. Rapidement, il s’éloigne de celle-ci et se met à monter. Quelques traversées de bosquets de hêtres et on débouche dans les pelouses alpines de la zone sommitale de l’Aigoual. Belle ambiance et grande impression d’espace .

Le sentier est très bien tracé et s’élève gentiment dans l’herbe et les petites fleurs. Une bonne dizaine de minutes de ce parcours et on atteint un carrefour marqué par des panneaux jaunes. Poursuivre tout droit en direction de l’Aigoual et, cinquante mètres après, franchir une nouvelle échelle en rondins.

Le sentier est maintenant plus ou moins horizontal et se rapproche parfois de la route, ce qui est un peu dommage. Toutefois, au-delà de cette route, les vues vers l’Ouest portent jusqu’à l’infini.

Finalement (1 h 35), on rejoint la route en question le long de laquelle on va maintenant marcher de façon à rejoindre l’observatoire de l’Aigoual, terminus de la route. Ceux qui n’ont pas peur de franchir les clôtures barbelées pourront couper dans la pelouse alpine en prenant en point de mire les deux tours de l’observatoire.

On atteint finalement celui-ci après 2 heures et on le contourne par la gauche. Vues immenses vers le Nord . Visite en option du mirador et de l’exposition météo, buvette et restauration. Point d’eau devant l’entrée de l’exposition météo.

On repart en direction de l’Est avec des tables de picnic à droite et un pin isolé à gauche ainsi qu’un groupe de panneaux directionnels. Il y a ici une bifurcation. Prendre le sentier de gauche qui descend.

Par ce sentier, on rejoint la route en quelques minutes. Traverser celle-ci puis prendre en face, au niveau du menhir, un large chemin avec une indication Sentier des Botanistes. Faire cinquante mètres sur ce chemin puis prendre un sentier à droite balisé GR.

Après quelques minutes en forêt, le paysage s’ouvre et on admire l’exceptionnel panorama que procure ce sentier en corniche, sans doute le plus beau des Cévennes méridionales. Les vues s’étendent d’abord en direction du Sud et du Sud-est puis le sentier oblique à gauche et offre des vues vers l’Est. Mille cinq cent mètres en contrebas, les villages de fond de vallée ressemblent à des jouets miniatures.

Quelques minutes de bonheur et on atteint un carrefour avec un panneau PR. Ignorer le sentier de gauche et continuer à droite en légère descente sur un large chemin herbeux. Quelques dizaines de mètres plus loin, on coupe une piste et on continue en face sur un sentier qui longe une clôture à main gauche.

Quelques minutes plus tard, on tombe sur une piste qu’on prend à gauche. Marcher trois minutes sur cette piste jusqu’à ce qu’elle fasse une épingle à droite. La quitter pour franchir sur la gauche une clôture par l’intermédiaire d’une porte (2 h 30).

Juste après avoir franchi la clôture, prendre à droite une sente herbeuse. On va maintenant se maintenir sur cette sente qui suit la large crête orientée Sud Nord. On traverse successivement des prairies et des bosquets de hêtres ou de pins. Le parcours descendant dure environ trois quarts d'heure puis on voit arriver de la droite un sentier balisé GR mais toutefois assez peu visible. Poursuivre tout droit. Encore quelques minutes et on sort dans une zone totalement dégagée.

En face, on admire les vallonnements du versant Nord de l’Aigoual et en se retournant, on obtient un aperçu complet de la vallée du Trépaloup qui coule en contrebas à notre droite.

Un quart d’heure de descente dans ces conditions et on atteint une route (3 h 35). La traverser et poursuivre en face sur un large chemin herbeux. Encore quelques minutes et on franchit le Trépaloup sur un joli pont en pierre .

Ensuite, le large chemin devient un sentier et se met à monter. En haut de la montée, il redevient horizontal et longe une sapinière. Une traversée de ruisseau et un bout de hêtraie plus tard et on rejoint une piste. A droite, c’est l’accès au gîte d’étape. On va à gauche en montée.

En quelques minutes, la piste rejoint la route. Juste avant d’atteindre celle-ci, prendre à droite un chemin herbeux qui longe ladite route et évite de marcher sur le goudron. On finit quand même par retomber sur le goudron mais il ne reste plus alors qu’une centaine de mètres à faire pour rejoindre le parking.

Accès et parking

Se rendre à L'Espérou puis au Mont Aigoual. Continuer ensuite jusqu'à Cabrillac par la D18.

Stationner à gauche de la route à l'entrée du village de Cabrillac.

Terrain

Il s'agit presque d'une balade familiale. En effet, les sentiers sont toujours bons, la durée est raisonnable et la dénivelée aussi.

Aucune difficulté sur ce parcours, y compris en orientation, à tel point que je ne vous communique aucun point GPS tant il est difficile de se perdre !

Paysage

Cette randonnée ravira ceux qui aiment le coté Auvergnat de l'Aigoual avec ses vallonnements et ses pelouses d'altitude. On est ici dans un décor très différent de celui proposé lors des deux autres randonnées de ce site qui passent par le mythique sommet cévenol.

Néanmoins, notre parcours utilisant l'inénarrable Sentier des Botanistes, on aura tout de même un aperçu des versants Sud et Est de notre montagne et on appréciera à sa juste valeur le contraste entre ces deux mondes.

Cette balade n'est pas originale, ce n'est pas une création, vous la trouverez plus ou moins en topo papier. Elle ne propose rien de très spectaculaire. Cependant, elle vous fera passer une agréable journée d'été dans la verdure et la fraîcheur des sommets.

Epoque

Bonne balade estivale grâce à l'altitude et l'exposition.

Une majorité du parcours se déroule néanmoins à découvert, alors n'oubliez pas le chapeau et la crème solaire.

Fréquentation

Hormis dans la zone sommitale, vous ne rencontrerez pas grand monde sur ce parcours.

Toutefois, le sentier longeant plusieurs fois la route, vous verrez sans doute quelques voitures.

Eau

Au sommet de l'Aigoual, coté Sud de l'Observatoire, il y a un robinet (2 heures).

Raccourcis

Non.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.