Le Pas de l'Azé et le Val Durand : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 16.5 - Nombre de notes : 10
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2642 ET
explicationsDate de mise à jour22/02/2013
explicationsDurée5 h 40
explicationsDénivelée950 m
explicationsPériode recommandéenovembre avril mai

Le Pas de l'Azé et le Val Durand : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Attention : Du fait du mauvais fonctionnement du serveur de Free, les diaporamas plantent régulièrement, je vous prie de m'en excuser.

S'engager sur un chemin extrêmement raviné qui démarre parallèlement à la route, en montée. Noter une flèche bleue. Plus loin, on remarquera des traces de peinture bleue.

Les premières minutes sont pénibles car le chemin est vraiment raviné mais ensuite cela s'améliore. On s'élève progressivement en restant toujours sur ce large chemin. Après un petit quart d'heure, on quitte la garrigue pour un sous bois de chênes caducs plutôt agréable, et par la même occasion, le sentier devient plus roulant.

On continue à progresser sur ce sentier pendant une vingtaine de minutes puis on traverse une route. Continuer en face. Encore un bon quart d’heure, toujours dans un agréable sous bois avec de belles vues sur la gauche, et on débouche sur une piste (50 mn). L’emprunter sur la gauche, en descente.

Bien qu’on soit sur une large piste, le parcours est agréable. On chemine dans une jolie forêt, sous des falaises, avec de belles vues sur la gauche.

Il faut marcher un quart d’heure et attention, dans un virage à droite, on quitte la piste pour un sentier peu visible, en épingle à gauche et en descente. L’ancien balisage qui aidait bien à se diriger a été effacé des arbres, ceux-ci en portent les traces.

Une courte et raide descente puis on tire à droite, horizontalement, sur un sentier bien mieux revêtu. Deux minutes et on atteint un carrefour où on prend en épingle à gauche en descente.

Quelques épingles à cheveux ravagées par le passage de motos puis le sentier se stabilise. On effectue une bien jolie traversée sur ce sentier en balcon qui nous offre de belles vues vers la vallée. Cela dure un quart d’heure, puis le sentier descend un peu et rejoint une piste après avoir franchi une clôture.

Prendre la piste à droite. A la première fourche, prendre à gauche. La descente se poursuit, on reste toujours sur la piste et en bas, on arrive à un carrefour en T. Prendre à droite un sentier en suivant les indications des panneaux (direction St Privat, Les Salces).

Cheminer quelques minutes sur ce joli sentier sous les chênes caducs. On franchit ensuite une clôture à chevaux puis le sentier tourne à gauche et dégringole violemment pendant quelques mètres. Ensuite, il reprend sa descente progressive, traverse une zone de genêts très dense puis se transforme en piste. Encore quelques louvoiements, une épingle à gauche et on finit par rejoindre la route.

La prendre à droite. Franchir un pont (zone de picnic sous le pont, à gauche). Rentrer dans le village des Salces et atteindre un carrefour (2 heures). Prendre à droite la rue où se trouve l’école primaire. En haut de cette rue, à la place (fontaine), prendre à nouveau à droite, la rue des Cantagals.

On entame maintenant la partie la plus pénible de la rando. Il va falloir remonter cette petite route jusqu’à son extrémité. Heureusement, il n’y circule quasiment personne. On sort du village puis on pénètre rapidement en sous bois, on passe au pied de jolies falaises gréseuses, puis la route fait une épingle à droite et on arrive à un carrefour. Prendre la branche de droite, direction Cantagal.

Finalement, après 25 minutes, on arrive au bout du goudron, au lieu dit les Crouzettes. Fourche à trois branches. On prend la branche la plus à gauche (LOE5). On poursuit maintenant sur une piste, pas beaucoup plus agréable ni intéressante que la route. Après moins de dix minutes, la piste fait un virage à gauche au niveau d’une citerne, d’un panneau LOE5 et d’une étrange colonne. Quitter ici la piste pour un chemin à droite.

Deux minutes après, on ignore une piste herbeuse à droite. Notre chemin devient plus étroit et surtout plus caillouteux. Pas terrible. Une dizaine de minutes et on atteint une fourche. Prendre à droite un bon sentier. Le cheminement redevient maintenant agréable. Bon sentier dans jolie forêt de chênes caducs. On franchit un ravin puis on arrive à un carrefour en X. Prendre à gauche, trace de peinture rouge sur un pin.

Juste après, on laisse sur la droite un replat herbeux avec tables et chaises mais c’est privé. On continue à monter progressivement pour atteindre la pied des falaises. Le sentier se faufile alors entre les rochers dans une très belle ambiance et finit par sortir sur le causse du Larzac (3 h 15). On a franchi le Pas de l’Azé.

La sente fait gauche droite puis débouche sur une piste qu’on prend à droite. Marcher cinq à six minutes sur cette piste dans un environnement agréable de pins et de buis. Attention, il va falloir quitter cette piste pour une autre piste à droite et ce n’est pas évident. Dans les cinq minutes précédentes, on aura remarqué plusieurs pistes herbeuses qui démarrent sur la droite, on les ignore, d’ailleurs elles ne mènent nulle part. Celle qui nous intéresse est une piste en terre, bien plus fréquentée que les précédentes. Toutefois, à son origine, sur les premières dizaines de mètres, elle n’est pas tellement plus marquée que les autres. Je vous mets cette photo pour vous aider (photo).

Une fois sur cette piste, on la suit en ignorant les sentes qui partent à droite ou à gauche. Après un quart d’heure environ, on atteint une fourche. Prendre à gauche. On est maintenant sur un bon sentier.

Progresser encore cinq minutes sous le couvert des pins et des buis, en se maintenant toujours sur la tracé le plus large. Arrive alors de la gauche un autre sentier mais on ne le voit pas forcément car la végétation le cache. De toute façon, ce n’est pas important car on ne le prend pas. Quelques dizaines de mètres après, on débouche dans une petite clairière.

Aller jusqu’au bout de cette clairière. Vue formidable sur le cirque rocheux. Ensuite, il faut prendre le sentier qui va traverser le cirque en question. Il démarre sur la gauche de la clairière. La sente fait des montagnes russes et est parfois un peu délicate mais le paysage est vraiment remarquable. On se faufile entre les falaises dolomitiques avec parfois un peu de vide sur la droite et de toute façon toujours de belles vues.

Le plaisir dure plus de dix minutes et la fin est marquée par une autre clairière. On poursuit alors sur le sentier. Toujours le même principe, il faut suivre la trace la plus nette. Le sentier est toujours très bien marqué, il n’y a pas de raison de le perdre.

Finalement, après un dernier point de vue lorsque le sentier longe localement le bord de falaise, on arrive à la route (3 h 45).

Traverser la route. Laisser le panneau informatif à droite. Une piste part sur la gauche en descente, on peut la prendre si on souhaite raccourcir le parcours en n’effectuant pas la bouclette. Pour la bouclette, intéressante parce qu’elle va nous faire traverser une zone de beaux rochers dolomitiques, on prend le large sentier qui monte à droite. La montée dure un moment puis le sentier se stabilise et commence ensuite à descendre. A cet endroit, carrefour. Prendre à gauche.

Encore quelques minutes dans une jolie pinède aux riches sous bois et on arrive à notre zone de rochers. Très beau passage avec notamment un superbe rocher troué.

Peu après, le sentier débouche sur un large chemin. Ici, deuxième raccourci possible en allant à droite, on évite le Val Durand. Pour le parcours nominal, on va à gauche.

Deux minutes et le chemin devient piste. Ignorer un sentier qui part à droite. Quatre minutes et on arrive à un carrefour en T. De la gauche, arrivée du premier raccourci. On prend à droite.

On pénètre maintenant dans un secteur où il faut faire bien attention à son orientation car les carrefours sont nombreux et la carte ne mentionne pas tout.

Après une minute, première fourche, on va à gauche. Une minute et nouvelle fourche, on va encoe à gauche en franchissant une clôture à chevaux. Attention, les clôtures à chevaux peuvent se déplacer avec le temps et leur positionnement ne pas correspondre à mon descriptif. Cinq minutes et on rejoint une grande piste. Franchir à nouveau la clôture puis prendre la piste à droite. Cinquante mètres et on prend une vieille piste à droite, en franchissant encore une clôture. Enfin, cinq minutes et en bas d’une descente, quitter la piste pour un large sentier sur la droite avec, comme repère, de la peinture rouge sur un arbre.

On en a terminé avec la séance d’orientation. Le sentier traverse une zone de coupe de bois, franchit encore une dernière clôture puis commence à descendre. Le paysage devient alors très beau, on chemine près de belles falaises dolomitiques.

En bas de la descente, on arrive à une bergerie (4 h 35). A l’angle de cette bergerie, un sentier part à angle droit à droite. Il franchit un petit ravin puis se met à monter fortement. La montée dure dix petites minutes mais l’environnement forestier est très agréable et le coin est vraiment très sauvage.

En haut de la montée, le sentier redescend, toujours dans une belle ambiance boisée et rocheuse, pour atteindre un carrefour en T. Arrivée de la droite du second raccourci. Prendre à gauche.

Le parcours se poursuit toujours de façon très sympathique dans cette très belle forêt avec quelques passages rocheux et quelques vues en direction du Pic Baudille (l’antenne au sommet gâche quand même un peu le paysage …).

Finalement, après une longue traversée en balcon, on atteint une bergerie (5 heures). Prendre en épingle à gauche un sentier qui descend. Franchir une clôture et continuer sur ce sentier avec toujours de belles vues sur la gauche. Après cinq bonnes minutes, carrefour peu visible. Il faut aller à gauche tandis que le sentier principal avec sa peinture rouge, va à droite.

Une minute et nouveau carrefour. Prendre cette fois à droite. Le sentier devient sente et suit désormais la ligne de crête dans une forêt de chênes verts parfois très dense. On dépasse deux tours en pierre sèche puis on commence à descendre. La sente est parfois un peu broussailleuse et caillouteuse mais finalement on débouche dans une zone dégagée avec devant nous d’élégants rochers calcaires émergeant de la crête, le tout sur fond de paysage lointain. Joli passage.

Court cheminement à découvert et, arrivé au pied de ces rochers, le sentier vire à droite et se met à descendre dans la pente, versant Sud-ouest. On est toujours sur une sente étroite et broussailleuse, connue et fréquentée uniquement par les chasseurs du coin. Mais cela dure peu et on tombe rapidement sur un large chemin très raviné qu’on prend à gauche.

Une minute de descente et on prend en épingle à droite un autre large chemin. Cinq grosses minutes et on rejoint notre chemin de montée vu à l’aller. Prendre à gauche et rejoindre le parking (5 h 40).

Accès et parking

Se rendre à Arboras. Traverser le village par la RD 9. Une fois dépassé le panneau de sortie du village, rouler pendant 2,6 Km. Ralentir.

Repérer sur la gauche un mas isolé. Juste après, sur la droite, repérer des rochers, puis l'arrivée d'une piste avec une charrette en contre haut. Puis il y a un panneau "risque de verglas". Ensuite, sur 100 mètres, on longe un champ et à l'extrémité de ce champ, une piste démarre sur la droite. S'engager sur cette piste et stationner sur un grand dégagement qui sert de parking.

Terrain

Randonnée sportive (5 h 40, 950 m de dénivelée, sentiers caillouteux et parfois pentus, plusieurs montées et descentes successives) et avec quelques difficultés d'orientation (deux pièges en particulier).

Donc pas à la portée de tout le monde, méfiez-vous.

Paysage

L'ancienne version de ce circuit était une boucle assez courte avec deux points forts : le franchissement du Pas de l'Azé (qui donne son nom à la rando) et le passage dans les falaises aux environs du Col du Vent.

Dans cette nouvelle version pas mal rallongée, en plus des précédents, de nouveaux points d'intérêt sont ajoutés : la prolongation du parcours par l'ancien GR74 (beau sentier en balcon), une visite du sauvage vallon du Val Durand (bergerie, forêt dense et riche), et un retour par un autre sentier en balcon avec en plus un beau passage en crête.

J'ai inversé le sens du parcours par rapport à l'ancien topo. C'est discutable. On peut envisager de conserver Les Salces comme point de départ ainsi que le sens antihoraire d'origine. L'avantage dans le nouveau topo est le point de départ plus facilement accessible en voiture et aussi de noyer la portion de route un peu chiante dans le premier tiers du parcours, ce qui est moins pénible qu'en fin de rando.

Epoque

On peut parcourir ce circuit presque toute l'année. Je recommanderai toutefois particulièrement la période novembre à mi-décembre pour les couleurs des chênes. Egalement avril mai comme d'habitude parce que c'est le début du printemps.

Fréquentation

Le GR ne passant plus par là, ce parcours est désormais très peu fréquenté, sauf certaines portions par les chasseurs.

Eau

Non.

Raccourcis

On peut éviter de faire la bouclette au départ du Col du Vent (gain de temps 20 mn).

On peut choisir de faire la bouclette et de là, ne pas passer par le Val Durand (gain de temps 30 mn).

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.