Autour des Lavagnes : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur moyen
La note des internautes : 17.29 - Nombre de notes : 17
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTOP25 2642ET
explicationsDate de mise à jour05/04/2010
explicationsDurée5 h 15
explicationsDénivelée620 m
explicationsPériode recommandéeavril mai novembre décembre

Autour des Lavagnes : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Attention : Du fait du mauvais fonctionnement du serveur de Free, les diaporamas plantent régulièrement, je vous prie de m'en excuser.

Du parking, s’engager sur la route direction Arboras (vers le Sud). Après deux minutes, quitter la route pour un sentier balisé GR en biais à gauche.

Quelques dizaines de mètres et on rejoint un grand chemin qu’on prend à gauche. Au bout de cinq minutes environ, à un carrefour, prendre à gauche en suivant le balisage GR tandisqu’à droite continue le balisage bites vertes du CG34.

On chemine sur un sentier bien agréable dans une végétation de chênes caducs, buis et pins, au milieu de quelques beaux rochers dolomitiques.

Après une petite dizaine de minutes, on débouche sur une piste qu’on prend à gauche. Un peu plus loin, laisser sur la droite une citerne et un panneau « route forestière » et marcher environ 200 mètres. La piste tourne alors à droite. La quitter pour un sentier à gauche dont le départ est marqué par un cairn (photo).

Ce sentier caillouteux sinue dans une pinède aux sous bois de bruyère et traverse quelques zones de rochers.

Après cinq bonnes minutes, on débouche sur une piste qu’on prend à gauche.

Deux minutes sur cette piste et on atteint un carrefour. Laisser partir le GR à gauche et continuer à droite sur la piste avec un balisage jaune et les bites vertes du CG34. Cette piste n’est pas belle mais l’environnement est agréable : pins de Salzmann, rochers, vues vers la chaîne du Pic Baudille.

Il faut marcher sur cette piste pendant une bonne demi-heure mais à ce moment de la rando, alors qu’on est pas encore fatigué, cela passe assez bien.

On arrive alors à un nouveau carrefour (1 h 10). Prendre à gauche avec le balisage jaune en direction du col de la Pousterle pour faire un aller-retour au col en question. C’est juste 100 mètres à faire et cela vaut le coup. Le sentier passe entre deux rochers puis débouche dans l’autre versant. Juste après, sur la droite, deux tables de picnic, une au soleil et l’autre à l’ombre, vous tendent les bras pour une pause. De cet emplacement, vous bénéficiez de vues sur le Pic St Loup, la mer et le château du Géant en contre bas (Si, si ! Regardez bien).

Après cet intermède, reprenez le sentier entre les rochers par lequel vous êtes arrivé et retournez au carrefour. Prenez alors à gauche. Il ne reste plus comme balisage que les bites vertes.

Deux minutes de descente et on arrive à un autre carrefour. Prendre à gauche. Cette fois, il n’y a plus de balisage du tout. On est sur une piste qui devient rapidement un grand chemin. Marcher quelques minutes jusqu’à rencontrer un panneau « feux interdits » sur la gauche (photo).

Quitter alors le chemin pour un sentier en épingle à gauche. Ce sentier ziguezague dans les pins aux sous bois de bruyère arborescente. Après quelques minutes, il retombe sur le grand chemin qu’on prend à gauche.

Une dizaine de minutes et on arrive à l’extrémité de ce chemin. Il se poursuit par un sentier qui démarre sur la gauche en descente. Toutefois, avant d’entamer la descente, je vous recommande de monter en haut des rochers sur la droite afin de profiter d’un beau point de vue d’ensemble.

Ceci fait, vous vous engagez sur le sentier et vous entamez une magnifique descente. Tout est bon sur ce sentier : bel environnement rocheux, belle garrigue, superbes vues sur les monts de St Guilhem et notamment la formidable falaise de la Bissonne.

Durant toute la descente, la beauté de ce chemin ne se dément pas. En bas, on arrive à un carrefour où on prend à droite (2 h 05).

Rapidement, on s’aperçoit qu’on a retrouvé un balisage GR. On est maintenant dans le vallon du Verdus, dans un environnement de fond de vallon, ombragé, frais et humide. Une bonne dizaine de minutes sur ce sentier en légère montée et on débouche sur une affreuse piste bétonnée.

L’emprunter à gauche en montée. Le béton disparaît rapidement mais la piste reste assez moche. Il faut marcher une dizaine de minutes avant d’atteindre un virage en épingle à gauche. Ici, quitter la piste pour un sentier sur la droite, peu visible quoique balisé GR (photo).

On évolue maintenant le long d’un ravin (Ravin de la Côte) dans une végétation basse et clairsemée. La première partie du sentier et en assez bon état mais la seconde, essentiellement en montée, est bien ravinée.

En haut de la montée, on marche quelques minutes horizontalement et on arrive à une bifurcation, peu avant de rejoindre une piste flanquée d’un panneau « interdiction de circuler ».

A cette bifurcation, prendre à droite (photo). En une centaine de mètres, on rejoint la piste en question qu’on prend à droite.

Cinq minutes de piste et on rejoint la route. La prendre à droite.

Une petite dizaine de minutes de route et on quitte celle-ci pour un sentier sur la gauche balisé en jaune (3 h).

Le début de ce sentier est joliment aménagé pour éviter le ravinement. Plus haut, il reste bien agréable et plus on s’élève, plus les vues sont belles. Un bien sympathique chemin.

La montée progressive est assez longue et en haut, on débouche sur une piste. La prendre à droite tandis que le balisage jaune part à gauche.

On s’aperçoit rapidement que la piste est balisée GRP. Elle n’est pas très belle mais elle offre de belles vues, notamment en direction du causse sur la gauche. Quelques minutes sur cette piste et alors qu’elle était essentiellement ascendante dans le versant Nord-Ouest, elle bascule en versant Sud-est et se met à descendre (4 h).

Ne pas rater en biais à gauche le départ d’une sente horizontale dans les buis (photo).

Quelques minutes sur cette sente et elle rejoint la piste pour la quitter aussitôt, toujours en biais à gauche. Encore quelques minutes et cette fois on tangente la piste au niveau d’un cairn (photo). On récupère alors un balisage bleu puis la sente dans les buis s’éloigne définitivement de la piste.

Un peu plus loin, on rejoint la crête et le sentier devient alors de toute beauté, se frayant un chemin dans des zones rocheuses et offrant des vues sensationnelles, notamment au passage du Pioch de Fraïsse.

Ensuite, la crête est plus molle mais les vues sont toujours aussi immenses. Par bonne visibilité, vous observerez le Caroux, l’Aigoual, le Mont Lozère, le Ventoux, Montpellier, la mer.

Alors qu’on a quitté la piste depuis environ trois quarts d’heure, on arrive à un carrefour marqué par des cairns, au niveau d’un large col. Attention à ne pas manquer ce carrefour (photo).

Quitter alors le sentier de la crête balisé en bleu pour prendre à droite un sentier pas balisé du tout mais bien cairné.

Entamer alors la dernière descente sur les Lavagnes en suivant ce sentier beaucoup moins fréquenté que les précédents et donc un peu broussailleux. A certains endroits, un peu d’attention est nécessaire pour ne pas perdre la trace.

Après une bonne vingtaine de minutes, on passe sous une clôture et on débouche sur une piste. Ne pas prendre la piste qui monte à droite ni le sentier qui part horizontalement à gauche mais aller en face sur la large piste qui descend.

Quelques minutes de descente et on rejoint la route.

La prendre à gauche et retourner au parking.

Accès et parking

Se rendre à St Jean de Buèges puis à Pégairolles de Buèges. Continuer alors sur la D122 vers Arboras.

Après environ 6 Km de petite route touristique, on arrive au gîte des Lavagnes. Faire encore une centaine de mètres et stationner sur le grand parking herbeux à droite.

Terrain

Une des particularités de cette randonnée est que la plus grande partie de la montée s’effectue dans la deuxième moitié du parcours. En effet, dans la première moitié, il s’agit surtout de parcours plus ou moins horizontal et d’une descente.

En dehors de cela et en dehors du fait que les sentiers sont parfois caillouteux (comme toujours dans le monde du calcaire), il s’agit d’une rando plutôt facile.

Paysage

Pour ce topo, je n’ai rien inventé et nombre d’entre vous connaissent sans doute la plus part des chemins de ce parcours.

Toutefois, ce qui est original, c’est l’enchaînement des sentiers : on part du plateau des Lavagnes pour aller faire un tour dans les Monts de St Guilhem puis on retraverse le plateau pour monter cette fois sur la crête qui relie le Pic Baudille à la Séranne.

On bénéficie donc d’une part des vues sur les falaises de St Guilhem ainsi que de la magnifique garrigue qui y prospère, et d’autre part des vues immenses sur les Causses et au loin sur les Cévennes, dans un univers cette fois beaucoup plus aride.

Lors de ce circuit, vous alternerez les portions de parcours magnifiques avec quelques zones de liaisons beaucoup moins passionnantes. Toutefois, chaque zone de liaison étant suivie d’un secteur intéressant, la récompense vous fera oublier les quelques moments d’ennui !

A noter qu’on peut intelligemment rallonger ce parcours de deux façons :

-au col du Ginestet, descendre sur ND de Belle Grâce puis remonter par le col de la Pousterle (environ 45 mn et 150 m de dénivelée en plus),

-au dernier carrefour, au lieu de descendre directement sur les Lavagnes, prolonger le plaisir en poursuivant le sentier bleu sur la crête jusqu’à rejoindre le GR74 et redescendre sur les Lavagnes (environ 1 h 30 de plus).

Epoque

Normalement, en avril, les premières asphodèles sont de sortie et égayent le bord des chemins. Début mai, la végétation est partout bien réveillée et il ne fait pas encore trop chaud. Plus tard, attention aux jours de grand soleil car le parcours est très peu ombragé.

L’automne est sympa aussi. Dans ce coin, les chênes caducs arborent leurs parures colorées entre mi novembre et mi décembre.

Conseil important : choisir un jour où la visibilité est bonne et où le vent ne souffle pas trop.

Fréquentation

On peut trouver un peu de monde un peu partout, sauf peut-être sur le chemin de crête et dans la descente finale.

Eau

Non.

Raccourcis

Non.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.