Gorges du Trevezel : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.25 - Nombre de notes : 20
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641 OT
explicationsDate de mise à jour04/08/2018
explicationsDurée5 h 30
explicationsDénivelée800 m
explicationsPériode recommandéejuin juillet aout septembre octobre

Gorges du Trevezel : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires. Merci d'avance !

Franchir le pont sur le Trevezel puis prendre à gauche la petite route en direction du Villaret. Monter jusqu'au village, traverser les maisons et prendre à gauche un sentier panneauté Comeiras, Canayère et balisé en jaune.

Ce sentier démarre entre une maison et des prairies puis s'enfonce sous un couvert végétal. On longe une clôture qui délimite un terrain en friche planté de quelques sculptures originales. On entre dans la pinède chênaie aux sous bois de buis et le sentier commence à monter doucement. On atteint rapidement un carrefour. Continuer en face avec le balisage jaune direction Comeiras, Canayere.

Un bon sentier balisé en jaune s'élève assez fortement dans une belle forêt. Plus haut, on atteint le pied des falaises et la sente se faufile élégamment entre les rochers pour franchir le ressaut. Très joli. On s'extrait de cette zone pour atteindre un carrefour où on prend à gauche Comeiras, Canayere. On reviendra par la droite en fin de journée.

La montée se poursuit dans la pinède et les vues se font plus larges en direction de la vallée. A l'issue d'une portion rectiligne en légère descente, le sentier tourne brutalement à gauche et plonge pour atteindre un belvédère . D'ici, on admire les falaises et la vallée. En contrebas à droite, on reconnait la Baume de Saint Firmin. Et en poursuivant le sentier, on passe donc près de l'entrée supérieure de la fameuse baume. Puis le sentier remonte un peu et on atteint un replat avec un panneau Danger Falaise. En s'approchant du bord, on bénéficie d'un nouveau point de vue bien sympathique.

La montée se poursuit et après deux lacets, on débouche dans la clairière de Canayère. Une fois dans la clairière, on tire à droite en longeant d'abord un bassin puis les bâtiments de la Maison Forestière. On rejoint ainsi une piste carrossable au niveau d'un panneau (1 h 05).

Prendre la direction Comeiras, St Sauveur, Camprieu. On laisse un panneau sur la gauche avec un plan puis une zone avec des tables de picnic et juste après, on quitte la piste pour un chemin en biais à gauche balisé jaune et panneauté Sentier d'interprétation de la vie rurale. On entame ici une portion de parcours différente de mon ancien topo.

Notre ancien chemin de débardage n'est pas très engageant mais cela dure peu et on arrive dans une petite clairière où on prend à droite en visant un panneau PR. Au niveau de ce panneau, on pénètre dans une forêt mixte très sombre. On évolue maintenant sur un sentier agréablement tracé qui traverse un ruisseau puis le longe à main droite. Après un peu plus de cinq minutes, on débouche sur une piste qu'on prend à gauche, direction Comeiras, Camprieu.

Deux cent mètres sur la piste et dans un virage à droite, elle se termine pour laisser place à un bon chemin très arboré. On est essentiellement sous le couvert des hêtres. Un peu plus loin, ce chemin se transforme en sentier et devient encore plus agréable à parcourir. Quelques passages en balcon et quelques trouées dans la végétation permettent des vues sur la gauche. Après un quart d'heure, fin du sentier en balcon, on franchit un collet puis on entame une descente, cette fois dans les châtaigniers. Une bonne dizaine de minutes et de la gauche nous arrive un chemin, c'est l'ancien parcours du topo.

Cinq bonnes minutes et on franchit un ruisseau à gué, l'ancien pont ayant disparu. De l'autre côté, on change de versant et la végétation en est encore modifiée ! Les chênes caducs apparaissent, le couvert forestier est moins dense, les genêts apparaissent à leur tour et le parcours devient progressivement un sentier en balcon au milieu de petites falaises . Les vues sont alors de plus en plus belles en direction de la vallée.

Finalement, on franchit un portillon et on atteint Comeiras (2 h 25). Juste avant les premières maisons, au carrefour, prendre à droite en direction de Camprieu, St Sauveur, Laroque. Franchir une nouvelle clôture et monter sur une ancienne piste dans une zone dégagée permettant quelques vues sur le village. La piste se termine et laisse place à un chemin creux, toujours balisé en jaune.

Une dizaine de minutes sur ce sentier pas très joli puis on retrouve avec plaisir le sous bois. Le sentier est très bien tracé, imperdable, mais attention au niveau d'un petit poteau PR, il faut obliquer brutalement à droite.

On progresse maintenant le long d'un muret de pierres sèches recouvert de mousse et de végétation. Deux larges chemins nous rejoignent, arrivant de la gauche. On progresse ensuite en légère montée et le type de couvert forestier change sans cesse. A noter, lors d'une traversée d'une zone moins arborée, qu'on peut s'éloigner du chemin sur la gauche afin d'aller jeter un oeil à un point de vue en direction de Camprieu et de l'Aigoual tout au fond.

Finalement, le sentier, toujours large et facile, devient quasi horizontal. Puis il fait une épingle à droite et atteint la route. On traverse celle-ci et on rejoint un panneau indicateur. Prendre la direction La Plaine du Vialat, on quitte alors (provisoirement) le balisage jaune. Pause possible au niveau des deux tables de picnic (3 h 15).

On reprend ensuite la montée sur un sentier balisé discrètement de points verts qui se faufile joliment entre les petits blocs de granit, sous couvert des hêtres et dans des sous bois d'herbe, de mousse et de myrtilles. Après sept ou huit minutes, on atteint un carrefour en X. Prendre à droite direction Mont Mal, on retrouve le balisage jaune.

Après cent mètres, nouveau carrefour, on continue en face direction Mont Mal et toujours avec le balisage jaune. Le chemin est toujours aussi beau , la forêt aussi et petit à petit, on amorce un changement de versant. Les vues se dégagent vers l'Ouest et il ne faut pas manquer deux magnifiques points de vue successifs, le premier à quelques mètres sur la droite du sentier, le second juste avant un gros bloc rocheux.

Encore quelques minutes et ce sont les pins qui annoncent la sortie de la forêt. De fait, on débouche brutalement sur la crête du Suquet dans les genêts et l'ambiance change radicalement. Après une petite montée, on arrive à un sommet annexe et on profite alors de vues plongeantes sur les deux versants. A droite, le Trevezel puis le Causse Noir, à gauche la vallée de la Dourbie, le village de Dourbies puis le Lingas couronné par le St Guiral et les Trois Quilles.

Le sentier passe dans le versant Sud, toujours dans les genêts, effectue une petite montée en traversant un bosquet puis rejoint à nouveau la crête et on se met à descendre . C'est ici le summum du plaisir car tout le paysage s'ouvre devant nous sur 180 degrés. On voit vers l'Ouest jusqu'à l'infini et on a toujours à droite les gorges du Trevezel et à gauche la vallée de la Dourbie.

Cinq minutes en descente sur un mauvais sentier (c'est le seul endroit du parcours où le sentier est mauvais !) avec cette immense impression d'espace et on retrouve la forêt. Le sentier redevient très beau, les arbres toujours aussi variés, la descente toujours aussi progressive et on atteint finalement un carrefour (4 h 20).

On va à droite direction Treves. Quelques belles vues supplémentaires s'offrent à nous puis on replonge en forêt. Plus bas, on coupe la route. Ici, on quitte de nouveau provisoirement le balisage jaune (qui s'engage sur la route à gauche). De l'autre côté de la route, ne pas prendre un large sentier horizontal mais plonger à droite en empruntant une ancienne piste d'exploitation forestière (croix jaune sur un arbre).

Trois ou quatre minutes de descente et la piste laisse place à un sentier mais manifestement très peu fréquenté et qui commence à se fermer. Si vous avez un sécateur dans le sac, c'est le moment de le sortir. Quatre minutes de descente et on atteint une piste. La prendre à gauche en légère montée sur une bonne centaine de mètres et la quitter dans un virage à gauche pour un large chemin sur la droite. Le poteau indicateur est sur la gauche de la piste, peu visible. On est au Pas du Coulet et on prend la direction du Valat d'Esprunier. On retrouve le balisage jaune.

On s'engage sur ce large chemin et après environ six minutes, on le quitte pour un sentier à droite balisé jaune. Cent mètres et ce sentier traverse une mini clairière de dix mètres de côté. Le sentier balisé jaune tourne ici à droite mais il faut le quitter de nouveau momentanément afin de ne pas manquer un exceptionnel point de vue sur Treves. Dans cette mini clairière, on ne prend pas un sentier qui monte à gauche mais un autre qui descend à droite et en quelques dizaines de mètres, on atteint le fameux point de vue (point de repère, une petite guitoune).

Après avoir profité du coup d'oeil, on continue sur notre sentier qui rejoint presque tout de suite le sentier balisé. On se laisse alors descendre agréablement et cela nous ramène en six ou sept minutes au carrefour rencontré à l'aller (5 h).

Prendre à gauche, descendre au milieu des rochers puis en forêt jusqu'au Villaret.

Emprunter la route à gauche et retourner au parking (5 h 30).

Accès et parking

Sur l'A75, prendre la sortie 47 puis suivre la direction La Cavalerie.

Dans La Cavalerie, au stop, prendre en face la D999 vers Nant.

Rouler 13 Km et en bas de la descente, entrer dans Nant. Au carrefour, prendre à gauche la D991.

Rouler 4,5Km puis prendre à droite la D145.

Rouler environ 10Km jusqu'à Treves. Au carrefour à l'entrée du village, prendre à droite, traverser le village et stationner juste avant le pont sur le Trevezel, sur le parking à gauche.

Terrain

Ce circuit se caractérise par la qualité de ses sentiers.

Mis à part de très courts passages où il faut franchir quelques marches et mis à part une partie de la descente de la crête du Suqet, les sentiers sont de vrais boulevards, souvent larges, presque toujours bien revêtus, sans cailloux, globalement ombragés.

A part le début et la fin qui s'effectuent sur une petite route goudronnée, vous n'utiliserez que des sentiers. Pas de pistes, pas de routes !

Les descentes et les montées sont plutôt progressives mais n'oubliez quand même pas que le parcours est long et la dénivelée totale non négligeable !

Paysage

Ce parcours bénéficie d'une très grande homogénéité. Il n'y a vraiment rien à jeter et on ne s'y ennuie pas un instant. Et pourtant, il ne propose aucun spot exceptionnel (le début de la descente de la crête du Suquet est quand même pas mal) !

Les sentiers sont vraiment magnifiques et on évolue toujours dans de belles forêts sans cesse changeantes. Tous les arbres de montagne sont représentés sur ce parcours, du hêtre au châtaignier en passant par le pin, le sapin, l'épicéa, le chêne, le sorbier, l'alisier, etc. Les sous bois sont souvent clairs et bien agencés, avec du buis, de l'herbe, de la mousse ou des myrtilles.

Entre les portions arborées s'intercalent une zone rocheuse, la traversée d'une clairière, une zone de points de vue ou une traversée de ruisseau.

Les points de vue sont spécialement variés avec tantôt des vues sur les gorges du Trevezel, le village de Trêves et au loin le causse Noir, tantôt des vues sur la Dourbie, le village de Dourbies, le Lingas et son sommet mythique du St Guiral.

Epoque

C'est tout bon à partir de la mi mai, dès que les feuillus ont pris leur parure printanière et dès que les genêts sont en fleurs.

Et c'est tout bon jusqu'à la mi octobre avant que les hêtres n'aient perdu leurs feuilles.

Bonne rando d'été si on prend la précaution de partir de bonne heure le matin.

Fréquentation

Presque tout le parcours est balisé en jaune mais on ne rencontrera malgré tout pas grand monde.

En effet, on est à l'extrême Ouest du massif de l'Aigoual, loin des zones fréquentées .

Eau

Non.

Raccourcis

Non mais on peut partir de Comeiras, ce qui évite l'aller-retour entre Trêves et le plateau (gain de temps : 1 h 20).

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages. Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.