L'Aigoual : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur moyen
La note des internautes : 16.46 - Nombre de notes : 26
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641 ET
explicationsDate de mise à jour06/08/2017
explicationsDurée4 h 00
explicationsDénivelée400 m
explicationsPériode recommandéemai juin juillet octobre

L'Aigoual : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Le départ du parcours se trouve sur la route de Camprieu, derrière la Maison de l’Aigoual. Il faut s’engager sur une piste balisée GR et dont les panneaux indicateurs se situent de l’autre côté de la route, du coup on ne les voit pas !

On longe le bâtiment à main droite et après 50 mètres, on arrive à une fourche. On reviendra par le sentier de droite. On continue tout droit, direction Prat Peyrot. Les premières minutes sont ingrates sur ce grand chemin qui monte puis on pénètre dans la hêtraie et c’est plus agréable. Après une dizaine de minutes, on arrive à un carrefour avec des panneaux.

On est à Fangas. On prend à gauche direction Prat Peyrot. Le chemin est maintenant plutôt joli, il évolue toujours dans la hêtraie. Après une douzaine de minutes, on croise une piste de ski puis on pénètre dans les installations de la station de Pra Peyrot. En été, comme pour toutes les stations de ski, ce n’est pas très esthétique ….

On débouche sur la route qu’on traverse. On dépasse sur la droite un bâtiment en forme de rotonde puis on longe un autre bâtiment en pierre (c’est la gendarmerie) et juste après, on quitte la route pour prendre à droite un chemin balisé GR.

On évolue sur un agréable chemin herbeux dans un sous bois sombre et après quatre minutes, on débouche sur une route. On la traverse en visant en face un grand panneau explicatif. Juste derrière ce panneau, carrefour, on prend à gauche La Draille, Mont Aigoual.

On continue sur un fort sympathique tracé herbeux dans la forêt de hêtres, de pins et d'épicéas . On suit scrupuleusement le balisage GR. Le sentier s'approche une première fois de la draille puis vire à droite et ensuite à gauche avant de se rapprocher à nouveau de la draille. Ici, on laisse partir à droite un chemin herbeux et on continue sous les arbres sur une sente balisée GR qui rejoint cette fois la draille.

On remonte cette draille en utilisant une sente qui lui est parallèle sur sa droite et qui est beaucoup plus sympathique. Plus haut, la sente et la draille se confondent, on peut alors passer côté gauche de la draille et de la rangée de pins et alors on sort dans des zones herbeuses. On va maintenant longer la draille (qui est à notre droite) en marchant aisément dans l’herbe et en conservant à droite la rangée de pins. Superbes vues sur la gauche en direction du Nord.

On débouche finalement sur la route qui mène au sommet de l’Aigoual. On la prend à droite. On marche sur le côté droit de la route (côté gauche, il y a une clôture) pendant deux ou trois minutes jusqu’à un menhir un peu avant les immenses antennes.

Au menhir, on peut tirer en biais à droite dans l’herbe. On passe légèrement en dessous des antennes et on repère alors un chemin un peu plus bas sur la droite. On le rejoint. Il nous offre des vues magnifiques vers le Sud, jusqu’à la mer.

Trois ou quatre minutes sur ce chemin en légère montée et on retrouve la route. On la prend à droite en se dirigeant vers l’observatoire. On longe celui-ci à main gauche (1 h 20). En saison, visite possible. Après avoir dépassé le bâtiment (et le robinet d’eau sur la droite dans une niche), on se trouve à l’arrivée du fameux sentier des 4000 Marches. Il descend à droite, on ne le prend pas mais au contraire on monte à gauche et on débouche sur une plate forme avec des tables de picnic.

Après avoir contemplé la vue dans toutes les directions, on s’engage sur un sentier en direction de St André de Valborgne, col de l’Estrade, menhir du Trépaloup. Offrant de grandes vues sur la gauche, il descend progressivement et finit par rejoindre la route. Prendre celle-ci à droite, faire vingt mètres jusqu'au menhir puis prendre la piste à gauche. Faire encore quelques dizaines de mètres et laisser à droite un sentier balisé GR 6, 7 , 66. C'est celui par lequel on va revenir dans un petit moment.

On continue sur la piste. Cette piste fait rapidement un virage serré à gauche puis on arrive à une barrière. A ce niveau démarre à droite un sentier non balisé. S'engager dessus et s'élever gentiment dans une pente douce au milieu de la bruyère et des myrtilles. Après trois ou quatre minutes, on abandonne ce paysage pour déboucher brutalement sur la crête et le choc est violent ! On passe en un instant des formes arrondies et des pentes douces du versant Nord aux formes aiguisées et aux pentes abruptes du versant Sud. Un grand moment !

A cet endroit, une pause s'impose et justement la place ne manque pas. Une fois remis de nos émotions, on s'engage sur l'impressionnant Sentier des Botanistes qui démarre à droite en traversée horizontale et qui pendant quelques minutes intenses va nous permettre de dominer de 1200 mètres les vallées cévenoles du sud du massif.

On arrive ensuite à un angle de la montagne et le sentier vire à droite pour prendre la direction de l'Ouest. D'ici, la vue s'ouvre jusqu'à L'Espérou. En trois ou quatre minutes, on retrouve le carrefour cité précédemment. On reprend la piste à gauche, on retourne au niveau du menhir et on fait épingle gauche pour s’engager sur un sentier balisé PR et panneauté Valleraugue, l’Hort de Dieu.

Une courte descente puis on prend à gauche, toujours balisage jaune, et on est maintenant sur le sentier des 4000 Marches. Un peu plus de cinq minutes de descente et on quitte ce sentier pour prendre à droite direction l’Hort de Dieu.

Cinq minutes de descente dans une forêt peu dense et on croise une piste. Continuer en face, toujours avec le sentier balisé. On pénètre alors dans une zone de genêts et brutalement la vue s’ouvre vers le Sud et surtout sur le fond de la vallée 1000 mètres plus bas. Joli.

Le sentier retrouve ensuite la forêt et finit par atteindre un carrefour. Panneau Les Muglos. Prendre à gauche, direction Hort de Dieu, Labo.

Un petit bout dans une belle forêt mixte et le sentier fait une épingle à droite. Ici, il faut s'éloigner de quelques dizaines de mètres pour aller jeter un oeil au remarquable belvédère. Beaucoup de vide à cet endroit !

Une fois revenu sur le sentier, on poursuit la descente jusqu’à atteindre un enclos grillagé (une porte permet d’accéder à un petit jardin alpin) puis on franchit une passerelle et on arrive au laboratoire. Table de picnic (mais pas d’ombre)(2 h 15).

On longe le labo à main droite et on poursuit sur un chemin qui devient un sentier et parcourt une forêt très belle et très variée avec des panneaux indiquant le nom des arbres. Arrivé au séquoia géant, le sentier se met à monter. Un peu plus haut, la végétation est vraiment surprenante, on traverse notamment la zone des rhododendrons (spectaculaire au mois de juin).

Finalement, on débouche sur une piste herbeuse non loin de la stèle des Botanistes qu’on voit quelques mètres sur la droite. On prend le chemin herbeux à droite et en une minute, on se retrouve cette fois-ci juste au dessus du laboratoire.

On quitte alors notre piste pour un sentier avec un panneau « passages délicats ». Ne vous inquiétez pas, cela s’adresse sans doute aux touristes ou alors aux VTT. Le sentier s’élève dans une belle forêt puis effectue une traversée ascendante dans des pentes rocheuses. A certains endroits, le sentier est en effet taillé dans le roc et il y a une main courante mais vraiment aucune difficulté.

Ce sentier nous offre de superbes vues vers le Sud et la vallée. Après dix petites minutes de montée, on arrive à un carrefour avec un panneau Hort de Dieu Nord. Aller à gauche et rejoindre presque immédiatement une piste.

On la prend à gauche et en cinq minutes on arrive au parking de l’Arboretum (panneau). Il faut maintenant se conditionner pour enchainer plus d’une heure de piste (4.5 Km). Heureusement, quelques secteurs offrent de superbes vues vers la vallée et d’autres se déroulent dans une belle forêt. Egalement, au printemps, quelques traversées de torrents agrémentent le parcours.

A noter, après une douzaine de minutes, on passe au Point Sublime (2 h 45). Au carrefour qui suit, on prend à gauche, direction Prat Peyrot. Vingt minutes plus tard, un chemin arrive de la droite, on prend à gauche, toujours direction Prat Peyrot. Un peu plus d’un quart d’heure, on est au valat de la Dauphine (panneau), on continue tout droit sur la piste. Un peu moins de 10 minutes, on ne prend pas une piste en biais à droite, on continue sur le PR.

Enfin, un peu plus de cinq minutes plus tard, attention, il faut quitter la piste principale pour une piste annexe sur la gauche. Cela s’effectue dans un virage à droite, au niveau d’un panneau piste forestière 53. Pas de beau poteau officiel ici, on se demande qui l’a volé ?

On s’engage sur cette ancienne piste avec le balisage jaune. Cinq bonnes minutes de descente et on franchit l’Hérault (eh oui, il est tout petit ici !). Trois minutes après, on arrive à une fourche. A gauche, c’est le sentier des cascades de l’Hérault qui est maintenant fermé (probablement définitivement). On prend à droite. Un peu plus de cinq minutes de montée et on débouche sur la grande route.

On la prend à droite sur un peu plus de 50 mètres puis on s’engage sur un nouveau sentier créé récemment pour remplacer le sentier des cascades. Il va nous permettre de rejoindre le col de la Serreyrède. Une courte montée puis une traversée dans un joli sous bois (toujours suivre les balises jaunes) et on termine par une très jolie descente dans les prairies qui dominent le col (4 heures).

Accès et parking

Se rendre à L'Espérou. Dans le village, prendre la D 986 en direction de Camprieu, Meyrueis et de l'Aigoual. Monter jusqu'au Col de la Serreyrède et stationner là (parking le long de la route ou en contre bas de celle-ci).

Terrain

Ce circuit se déroule sur des sentiers généralement bien tracés et faciles à suivre où les montées et descentes sont le plus souvent assez courtes. Le dernier tiers du parcours se déroule sur des pistes.

Paysage

La majorité des gens accèdent à l'Aigoual en voiture. Les sportifs rejoignent ce sommet phare des Cévennes par le sentier des 4000 Marches. Les promeneurs empruntent la draille entre Prat Peyrot et le sommet. Ce sont les itinéraires connus et abondamment utilisés.

Pas facile d'inventer des circuits originaux dans ce secteur qui vaut pourtant le détour, c'est le moins qu'on puisse dire !

En complément des circuits partant d'Aire de Côte ou de Cabrillac, en voici un partant du Col de la Serreyrède. C'est le plus facile des trois.

Il combine un parcours sur les crêtes, un passage par l'inénarrable Sentier des Botanistes, une visite de l'Arboretum de l'Hort de Dieu et une fin de balade reposante sur les belles pistes du versant Sud.

La toute fin de parcours se déroule sur un sentier nouvellement créé afin de remplacer celui des Cascades de l'Hérault sans doute définitivement fermé. Ce nouveau sentier est bien agréable.

Epoque

Les meilleures périodes sont le printemps et le début de l'été avec les bords des chemins en fleurs, les sous bois verdoyants et les pelouses d'altitude fleuries.

Au mois d'août et septembre, la sécheresse estivale finit par se faire sentir et il faut alors attendre octobre avec les pluies d'automne et les hêtraies colorées pour trouver de bonnes conditions.

Cette balade peut être l'occasion d'une sortie à raquettes en hiver (en évitant les sentiers escarpés des Botanistes et d'une partie de l'Arboretum).

Fréquentation

De Prat Peyrot au sommet, la fréquentation est assez importante. Elle est même impressionnante certains dimanches de beau temps, notamment l'après-midi.

Le reste du parcours est plus tranquille quoique l'Arboretum soit tout de même un lieu connu.

Enfin, les pistes de la partie terminale du topo sont très fréquentées en période de champignons.

Eau

Fontaine au sommet de l'Aigoual dans une petite niche plus ou moins face à l'entrée de l'Observatoire (1 h 20).

Raccourcis

Possible de ne pas faire le Sentier des Botanistes ou de raccourcir le parcours de l'Arboretum.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.