La Séranne : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur confirmé
La note des internautes : Non significatif - Nombre de notes : 1
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2642ET
explicationsDate de mise à jour20/03/2016
explicationsDurée5 h 30
explicationsDénivelée850 m
explicationsPériode recommandéemars avril septembre octobre novembre

La Séranne : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Attention : Du fait du mauvais fonctionnement du serveur de Free, les diaporamas plantent régulièrement, je vous prie de m'en excuser.

Du parking, reprendre la petite route départementale en direction de St Jean de Buèges. Faites bien attention à vous, il n'y a pas d'accotement. Peu de trafic sur cette route mais parfois les voitures roulent vite.

Après 300 mètres, quitter la route pour la routelette à droite direction Les Prats. Cinq petites minutes et on arrive au village. Rester sur la route principale qui sort immédiatement du hameau. On longe un mur avec des figuiers de barbarie sur la droite.

Une paire de minutes et la route tourne à gauche. Dans ce virage, on repère sur la droite un passage canadien (ancien sentier balisé) et une piste à sa gauche. S'engager sur cette piste qui longe une chênaie à main droite. Arrivé à l'extrémité de la piste, on est face à un no man's land. Incurver la trajectoire à droite de façon à continuer à longer la lisière du bois et viser un passage ouvert dans un muret.

Franchir ce passage puis tourner à gauche de façon à longer le mur à main gauche. Le mur se termine, on incurve alors notre trajectoire légèrement et progressivement à droite et on remarque rapidement un poteau qui anciennement portait un balisage.

Au poteau, on prend à droite entre une clôture sur la droite et un champ sur la gauche. Le chemin est extrêmement caillouteux et pierreux, légèrement en montée. Après moins de dix minutes, on repère un autre poteau. A cet endroit, un bon sentier part sur la droite, on s'y engage. On remarque désormais la présence d'un vieux balisage jaune. On est sur le chemin de la Coupette qu'on ne va plus quitter jusqu'au col.

Le sentier sinue, franchit quelques marches rocheuses puis un sentier nous rejoint de la droite. Notre sentier devient alors plus tranquille, effectue deux lacets en sous bois et on entame alors une partie pénible car le sentier se met à monter droit dans la pente. La première partie n'est pas trop désagréable, le revêtement en petits cailloux passe bien. Mais plus haut, on se retrouve dans du gros éboulis et c'est assez pénible.

Une dizaine de minutes pour cette portion et le chemin se calme progressivement, il entame alors une traversée ascendante très jolie car offrant de belles vues sur la gauche.

Finalement, après une petite heure de montée, on arrive sur une zone plus horizontale, on est désormais dans les buis. On dépasse un nouveau poteau ex balisage, puis on laisse une zone dégagée sur la droite. Encore une paire de minutes dans les buis et on atteint un carrefour (1 h 30).

Prendre ici en biais à droite comme l'indique une flèche bleue. On reprend alors un parcours en légère montée, cette fois sur un terrain très différent. Le sentier se faufile dans les chênes caducs, le revêtement est désormais fait de terre et de racines.

Une demi-heure dans cette ambiance agréable avec de temps à autre quelques vues sur la droite, côté Sud, et on rejoint vraiment la crête. On découvre alors les vues vers le côté Nord, gorges de la Vis et causses. Désormais, on ne va plus quitter cette crête plus ou moins large. Rapidement, le sentier laisse place à un parcours dans les lapiaz, assez facile à suivre. Il suffit de repérer les traces d'usure de pas et les balises jaune (ne pas suivre les balises bleues des postes de chasse).

Les vues sont magnifiques des deux côtés (Pic St Loup et jusqu'à la mer côté Sud, gorges de la Vis, causses et jusqu'à l'Aigoual de l 'autre), le parcours est même parfois ludique avec des franchissements où il faut mettre les mains et une paire de passages aériens mais sans danger (éviter toutefois les mois d'hiver lorsque les lapiaz sont verglacés !).

Une dernière montée nous mène au décollage parapente Sud, on débouche alors à l'extrémité d'une piste (2 h 35).

On profite une dernière fois du point de vue puis on poursuit sur la piste qui descend. A noter qu'on peut éviter la portion de piste qui va suivre en empruntant le sentier qui continue sur la crête et dont le départ se situe à l'aplomb de la manche à air. Sentier difficile à suivre, broussailleux, qui monte et qui descend, et qui n'apporte pas grand chose car il passe à proximité des innombrables antennes qui jonchent la crête sommitale.

Cinq petites minutes de piste et on atteint un carrefour. Décollage parapente Sud-est sur la droite. A cette fourche, prendre la branche de gauche qui monte. Encore cinq petites minutes de montée et la piste fait une épingle à gauche. La quitter ici pour un chemin herbeux sur la droite et en descente.

Après une paire de minutes, le chemin se transforme en agréable sentier dans l'herbe. Plus loin, le sentier pénètre dans les buis et les chênes mais reste agréable et bien tracé, quoique un peu caillouteux. Puis, à la sortie d'une buxeraie très dense, on retrouve la crête et on bénéficie désormais de superbes vues vers l'Est, plateau du Thaurac, Cagnasses et plaine Gangeoise.

La descente se poursuit et finalement, on retombe sur la grande piste d'accès au sommet. L'emprunter vers la gauche, en descente. On va maintenant marcher 25 minutes environ sur cette piste pas belle du tout mais avec toujours de belles vues sur la droite, ce qui compense.

On atteint alors un important pylône télécoms sur la gauche et juste en face de celui-ci, on s'engage sur un sentier qui descend sur la droite (3 h 40).

On suit désormais cet agréable sentier qui alterne sous bois et zones dégagées et après une petite demi-heure, on arrive à La Vierge, gigantesque statue légèrement à l'écart du sentier sur la gauche. Beau point de vue.

On reprend alors la descente. Tout de suite, il y a un carrefour, on prend à droite, le sentier est plus agréable que celui de gauche.

Une vingtaine de minutes de descente d'abord caillouteuse puis plus confortable, et on arrive à un immense parking. Deux minutes encore et on atteint Notre Dame du Suc (4 h 30). Aller jusqu'à l'église, qu'on peut visiter si c'est ouvert. Juste avant l'église, prendre un passage en descente sur la droite qui se poursuit par des escaliers. En bas de la première série d'escaliers, on peut aller faire un tour dans le jardin sur la gauche.

Puis on reprend les escaliers, en bas de ceux-ci on tourne à droite et on débouche sur la route. On la prend à droite sur dix mètres puis on prend un chemin à gauche en descente.

Passage pénible car ce sentier est vraiment complètement défoncé. Presque on aurait envie de prendre la route, pourtant plus longue en distance !

Un quart d'heure de descente et on rejoint donc une route qu'on prend à droite. Quatre minutes de route et on prend sur la gauche une piste.

Cette piste descend agréablement dans un vallon boisé de chênes caducs. On marche ainsi une vingtaine de minutes sur cette piste et on débouche sur une route qu'on prend à gauche. Trois minutes sur cette route et on rejoint la route départementale qu'on prend à droite. Il reste 900 mètres à faire sur cette départementale sans accotement et en faisant bien attention à la circulation, on rentre ainsi au parking (5 h 30).

A noter qu'on peut, dès qu'on a rejoint la route à l'extrémité de la piste, couper dans un immense pré puis, par des parcours à moutons, rejoindre la route de Figaret. On coupe alors celle-ci et on rejoint la départementale un peu plus loin, ce qui diminue le parcours à effectuer sur celle-ci.

Accès et parking

Se rendre à St Bauzille de Putois. Prendre ici la D108E5 direction Agones, Brissac, St Jean de Bueges.

Après le pont sur l'Hérault, prendre à gauche la D108 Causse de la Selle St Jean de Bueges.

Au carrefour suivant, à droite la D108 vers Brissac St Jean de Bueges.

En bas de la descente, au carrefour en T, à droite la D4 vers Brissac, Ganges.

A l'entrée de Brissac, à gauche la D108 vers St Jean et Pegairolles de Bueges.

Rouler jusqu'au carrefour avec la route qui va à gauche vers St André de Bueges. Ici, continuer tout droit sur la D1 vers St Jean de Bueges.

Rouler 600 mètres, laisser à droite la route vers Figaret, rouler encore 600 mètres et stationner à droite au parking vol libre de la Séranne.

Terrain

Randonnée fatigante par sa longueur, sa dénivelée et le terrain souvent très caillouteux.

A noter, 300 mètres en début de rando et 900 mètres en fin de rando sur la route départementale sans accotement : faites très attention, merci.

Paysage

La Séranne fut il y a quelques années un haut lieu du vol libre, delta et parapente. Aujourd'hui tombé en désuétude, essentiellement à cause de son accès difficile par une piste en très mauvais état, ce site n'en reste pas moins un des plus beaux belvédères de la région.

Lors de cette randonnée, on profitera longuement des points de vue à 360 degrés en parcourant sur plusieurs kilomètres la longue échine de cette montagne.

La montée et la descente s'effectueront agréablement mais sur des sentiers parfois un peu trop caillouteux !

Le retour par le fond de vallée ne sera pas trop désagréable, seuls les derniers 900 mètres par la route départementale seront vraiment pénibles.

Epoque

Eviter l'hiver, les lapiaz de la crête sommitale sont souvent verglacés, c'est parfois dangereux.

Eviter la période chaude, le circuit est très peu ombragé.

Avril est sans doute le mois idéal. Mars, septembre, octobre et novembre sont pas mal aussi.

Fréquentation

Faible. Des chasseurs en saison. Parfois des irréductibles parapentistes les jours ou ça vole.

Eau

Non.

Raccourcis

Absolument non, à prendre en compte !

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.