Les falaises de St Jean de Bueges : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur confirmé
La note des internautes : 16.05 - Nombre de notes : 19
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2642ET
explicationsDate de mise à jour01/12/2007
explicationsDurée4 h 10
explicationsDénivelée650 m
explicationsPériode recommandéenovembre decembre

Les falaises de St Jean de Bueges : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Départ.

GPS 549609 4853158 166 m

Du parking, repartir en direction du village. Après une cinquantaine de mètres, au niveau d’une place en pavés avec gros platane et fontaine, prendre la rue à gauche. On est sur le Grand Chemin, c’est le nom de la rue.

On est d’abord dans le village puis dans des maisons dispersées et finalement dans une chênaie.

Puis la route laisse place à une piste et on longe une vigne à main gauche.

Plus loin, on entre dans les chênes verts, la piste fait une épingle à gauche et rejoint une route. Prendre celle-ci à gauche sur 50 mètres puis prendre en épingle à droite une piste caillouteuse qui permet d’accéder à une immense vigne.

Cette piste fait une épingle à gauche après une cinquantaine de mètres puis traverse la vigne horizontalement. Ceci fait, elle pénètre dans une pinède et se met à monter. Plus loin, elle effectue une épingle à droite et après un nouveau bout de pinède, elle sort à nouveau dans la vigne.

Il y a alors une première fourche où on prend à droite puis une seconde fourche à trois branches où on prend la branche de gauche, celle qui monte (photo).

On longe la vigne à main droite et arrivé à l’extrémité de celle-ci, on arrive aussi à l’extrémité de la piste (45 mn).

GPS 549796 4854343 310 m

Repérer un sentier qui part en biais à gauche indiqué par un minuscule panneau PR (photo).

Ce sentier s’élève d’abord fortement dans la pente puis ralentit un peu et rejoint ensuite l’ancien sentier bâti dans les lapiaz et qui va s'engager dans la Combe Belle.

On entame alors une longue montée très régulière sur cet antique sentier entièrement construit par la main de l’homme et encore praticable quoique certainement plus du tout entretenu. Au fur et à mesure qu’on s’élève, les vues se font de plus en plus belles et on apprécie l’ambiance de falaises qui nous entoure. Le seul point négatif est alors le revêtement du sentier fait de gros cailloux fatigants à marcher.

Après plus d’une heure de montée, on atteint le plateau et progressivement les vues en direction du Nord-ouest s’ouvrent. Les causses et au loin l’Aigoual apparaissent.

Un bon balisage bleu apparaît. On s’élève pendant quelques minutes sur une croupe où les vues des deux côtés alternent et où on se régale pour de bon. Seul inconvénient, le sentier évolue dans les lapiaz et il faut bien regarder où on met les pieds. En automne et en hiver notamment, le terrain peut être glissant voire verglacé, donc faites très attention.

Finalement, on atteint le sommet (2 h 10) où nous attend un point de vue qui mérite une pause, surtout qu’on est dans une grande zone de rochers plats propices au posage de cul .

On repart en suivant scrupuleusement le balisage bleu. Ceci est important car sur ce terrain, il est vraiment très facile de perdre la trace et votre seule assurance d’être sur le bon chemin sera de ne pas lâcher ce fil bleu.

Quelques minutes ainsi et on sort de cette zone pour récupérer un sentier herbeux beaucoup plus sympathique. On atteint rapidement une zone herbeuse avec une espèce de gros cairn au milieu et on ne sait plus trop où aller.

GPS 548707 4854637 794 m

Viser en biais à droite une sente avec une balise bleue pas très visible (photo).

Une dizaine de mètres plus loin, on repère à droite un ancien poteau abandonné et on prend alors en biais à gauche un large tracé en descente, toujours avec le balisage bleu.

Après une descente assez dégradée, on atteint un petit vallon où le sentier redevient herbeux et vraiment sympathique.

Il zigzague ensuite dans la forêt et là encore, il faut bien s’appliquer à suivre les balises bleues.

A la sortie d’une zone de chênes caducs assez dense, on atteint une bifurcation où les deux sentiers disponibles sont balisés en bleu.

GPS 548571 4854340 769 m

Prendre celui de droite. Il se faufile encore quelques minutes dans les chênes puis atteint un carrefour à proximité d’une lavogne.

GPS 548271 4854192 746 m

Prendre à gauche. On est sur un large chemin sur lequel les balises bleues se font plus rares mais qui est imperdable.

Puis on arrive à un carrefour en T.

GPS 547971 4853823 727 m

Prendre à gauche un chemin encore plus large qui longe un fil de fer barbelé à main droite. Faire une centaine de mètres puis quitter ce chemin pour un sentier en biais à droite repéré par une balise bleue.

Ce sentier va s’avérer assez difficile à suivre, d’autant qu’il n’y a plus de balises. Il faut y aller au feeling et si on a l’habitude de ce genre de terrain il n’y aura aucun problème. En revanche, pour les timides, il y a possibilité de rester sur le grand chemin.

En effet, les deux parcours se rejoignent à proximité d’un réservoir en tôle sur la droite.

GPS 547736 4853413 693 m

Reprendre donc le grand chemin mais faire bien attention car il va falloir le quitter à nouveau après quelques minutes pour un sentier à gauche toujours repéré par une balise bleue.

Ici encore, le sentier est difficile à suivre et il n’y a quasiment plus de balisage. Pour ceux qui ne veulent prendre aucun risque, il est possible de continuer sur la piste jusqu'au carrefour suivant. Ici, prendre en épingle à gauche un large chemin herbeux. Faire 200 mètres et repérer sur la gauche un cairn. Prendre alors un sentier bien marqué qui rejoint l'itinéraire normal peu avant le début de la descente.

Pour les autres, on franchit assez rapidement une clôture (par une porte amovible, bon point de repère) puis on se rapproche d’une ligne haute tension (lever la tête) qu’on tangente. On s’en éloigne ensuite à nouveau mais le sentier se fait maintenant plus net et finalement on atteint l’extrémité du plateau pour entamer la descente (3 heures).

GPS 547745 4853143 674 m

Celle-ci commence par un franchissement de clôture (porte amovible aussi). On sort ensuite de la forêt et les vues s’ouvrent vers la vallée, magnifiques.

On entame alors une descente absolument splendide au milieu des falaises sur un sentier superbement régulier et bien revêtu.

On remarquera obligatoirement une vire qui coupe en deux une falaise appelée le Roc du Caylaret et on ne manquera pas d’aller visiter cette vire. Pour cela, arrivé à proximité de la falaise, il faudra quitter le sentier dix mètres avant une épingle à droite. Monter alors quelques marches rocheuses et atteindre ladite vire, très large et facile . On peut la suivre jusqu’au bout, elle tourne à gauche et change de versant. Ambiance garantie.

Retourner ensuite au sentier et poursuivre la descente. Quelques minutes de points de vue puis on entre en forêt mais le sentier est toujours aussi beau et la végétation est très variée.

Plus bas en revanche, le tracé se dégrade et la forêt devient également plus désordonnée.

Heureusement, on atteint un carrefour avec des panneaux qui marque la fin de la descente. Aller à gauche. Marcher quelques minutes sur un sentier horizontal assez caillouteux pour atteindre un autre carrefour avec d’autres panneaux.

GPS 548973 4852533 234 m

Prendre encore à gauche un bon sentier entre deux murs à pierres sèches. Après quelques minutes, on quitte le couvert forestier pour sortir dans les olivettes avec de belles vues sur St Jean de Buèges et son rocher . Le chemin s’élargit puis finit par devenir une petite route.

Descendre gentiment cette routelette jusqu’à un carrefour à l’entrée du village.

Aller à droite jusqu’à la place de l’église, puis à gauche pour longer le cimetière, puis à droite pour rejoindre la route départementale qui traverse le village.

La prendre à gauche et retourner au parking.

Accès et parking

Se rendre au Causse de la Selle. Prendre alors la direction de St Jean de Buèges.

En bas de la descente, prendre à droite direction St Jean de Buèges.

Traverser tout le village et stationner soit à droite sur le parking de la cave coopérative, soit à gauche sur celui de la Maison de Pays.

Terrain

Parcours en trois parties. Une longue montée (600 m de dénivelée) en grande partie sur un sentier bien tracé mais très caillouteux. Une traversée du causse plus ou moins horizontale et assez facile. Une longue descente sur un sentier plutôt meilleur qu’à la montée.

A noter peu avant le sommet une portion dans les lapiaz et les rochers où il faut mettre un peu les mains et surtout faire très attention en automne et en hiver car le calcaire y est souvent humide voire verglacé et donc très glissant.

La montée et la descente ne sont pas balisées mais sont imperdables. Le parcours sur le causse est plus délicat mais balisé en bleu sauf une portion tout à la fin. Il y a là une petite difficulté d’orientation à prendre en compte.

Paysage

St Jean de Buèges est un joli village (que je vous recommande d’ailleurs de visiter en fin de rando par exemple) au pied d’un rocher bien connu des grimpeurs et dans un site remarquable de falaises.

Depuis le village, on montera sur le plateau dominant la vallée par un ancien PR abandonné depuis longtemps mais encore praticable car il s’agit d’un antique sentier bâti qui s’élève très progressivement en lacets.

On traversera ensuite le plateau sans s’ennuyer grâce à l’alternance de petits sentiers et de larges chemins et grâce à une belle forêt de chênes caducs ainsi qu’à quelques vues notamment vers le Nord-Ouest.

Enfin, lors de la descente, on empruntera un sentier très connu appartenant au circuit souvent appelé Roc du Caylaret. Splendide descente, notamment dans sa partie supérieure et se déroulant dans une fort belle ambiance de falaises. A noter en particulier une vire qu’il faudra absolument aller visiter en aller-retour.

Epoque

Voici une belle rando à faire en hiver car bien ensoleillée. Fin novembre et décembre sont parfaits car les chênes caducs ont encore de belles couleurs.

Le printemps, fin avril début mai, est aussi bien agréable lorsque le causse est bien vert et fleuri.

Fréquentation

La descente sur le sentier du Roc du Caylaret est assez fréquentée mais les randonneurs que vous verrez circuleront souvent à contresens.

Le reste du parcours n’est connu que des chasseurs ou des randonneurs locaux.

Eau

Non.

Raccourcis

Non.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.