Roques Altes : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.88 - Nombre de notes : 17
Secteur géographiqueCausses
Carte IGNTop25 2641OT
explicationsDate de mise à jour30/03/2017
explicationsDurée6 h 25
explicationsDénivelée680 m
explicationsPériode recommandéemai juin novembre

Roques Altes : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Attention : Du fait du mauvais fonctionnement du serveur de Free, les diaporamas plantent régulièrement, je vous prie de m'en excuser.

Du parking, prendre la route vers le village. Atteindre le carrefour avec la route qui monte à gauche vers Montpellier le Vieux. A ce carrefour, prendre en biais à gauche direction Eglise (balisage jaune). Rapidement, on entame la montée sur une superbe calade. On passe au pied de la tour puis on débouche sur une petite route goudronnée. Le départ du nouveau sentier est quelques mètres plus loin, en face.

Le nouveau sentier effectue une traversée puis rejoint l'ancien parcours. On s’élève alors progressivement dans une belle forêt de pins et de chênes. On est ensuite sur une portion horizontale entre deux haies de buissons au milieu des prés. Puis la montée progressive reprend avec de jolies vues sur la droite. Le chemin s’incurve ensuite à gauche et on bénéficie alors des premières vues sur Montméjean et sa grue rouge (ils auraient pu la choisir d’une autre couleur …).

On arrive alors à un carrefour. Continuer en direction de Montméjean tandisqu’à gauche arrive l’itinéraire de la corniche du Rajol par lequel on redescendra en fin de balade.

Le sentier visite ensuite un premier cirque rocheux au fond duquel se trouve une petite source et une mini aire de picnic sympathique. On traverse ensuite un second cirque rocheux et on arrive en vue de Montméjean avec son château ruiné perché sur un éperon.

Dans le village (1 heure), ignorer à gauche le sentier botanique. A la sortie des maisons, le sentier se transforme en routelette.

Marcher sur cette petite route déserte en montée avec de belles vues sur la droite. Une dizaine de minutes de montée et on débouche sur une route plus importante qu’on prend à droite en descente.

Faire une centaine de mètres sur cette route et la quitter pour une piste en biais à gauche en montée. On reprend la montée dans la chênaie sur cette piste ordinaire.

Une bonne dizaine de minutes plus tard, on arrive en vue de la maison de Costeplane. En suivant le balisage GR, on va successivement deux fois à gauche aux deux fourches qui se présentent. De ce fait, le chemin contourne par le haut la maison puis la montée cesse et on est alors sur un beau tracé herbeux avec d’immenses vues sur la droite. Un peu plus loin, un banc posé là invite à une pause pour se délecter du paysage.

Passé ce banc, le chemin se met à descendre, entre dans une chênaie peu dense puis passe en contre bas de belles falaises. En bas de la descente, alors que le chemin s’apprête à remonter en direction d’un réservoir d’eau, prendre en biais à droite un sentier (photo), toujours en suivant le balisage GR qui est assez discret.

On est maintenant sur un sentier qui descend en direction de St Véran, village perché, avec de superbes vues sur la droite.

Finalement, on atteint Saint Véran (2 heures). A l’entrée du hameau, le balisage GR indique de prendre à gauche au lieu de rentrer dans le village mais selon moi il n’est pas question de passer à côté de la visite de ce lieu absolument magnifique. Un voisin de Cantobre tout aussi intéressant mais dans un style différent.

Prendre donc la petite rue qui descend à droite et admirer les belles maisons devant lesquelles on passe. En bas de la petite rue, ne pas prendre la route en épingle à droite mais prendre un chemin horizontal à gauche. Cinquante mètres après, prendre un escalier à gauche. En haut, prendre une mini ruelle en épingle à gauche et remonter dans le village par cette ruelle en continuant d'admirer l’architecture de ce hameau bien fleuri au printemps.

Finalement, on sort par une jolie porte et on prend le chemin à droite. On retrouve le GR. On traverse alors une zone de rochers dolomitiques aux formes extravagantes, le tout noyé dans une forêt de chênes caducs aux beaux sous bois. L’ambiance est superbe, notamment en automne.

Plus haut, on bénéficie à nouveau de belles vues puis on domine un ravin vers lequel on se rapproche pour finalement en atteindre le fond.

A cet endroit, le sentier se perd pendant quelques dizaines de mètres. Il suffit de monter dans l’axe du ravin et on le retrouve. On continue d’ailleurs à s’élever dans le ravin pendant quelques minutes puis le sentier s’éloigne et on est maintenant en rive gauche.

Plus haut, on passe en rive droite puis on repasse en rive gauche. Quelques minutes après, on arrive à un carrefour où on laisse partir à droite le sentier principal pour prendre un chemin en biais à gauche (photo).

Ce chemin non balisé qui sert de draille avance d’abord dans l’axe du vallon rive droite, puis s’incurve à gauche et se met à monter travers pente en direction du causse.

En haut de la montée, le chemin se perd dans une friche mais c’est pas grave. Continuer à peu près dans la même direction en visant la ligne électrique qu’on voit au loin. Ca passe partout. Arrivé sous la ligne électrique, prendre à droite un chemin qui longe une haie à main gauche (3 heures).

Monter une paire de minutes et dès qu’un trou se présente dans la haie (trou de la taille d’un tracteur, tout de même), tourner à angle droit à gauche.

Passer sous la ligne électrique et continuer dans la même direction (Nord-ouest) à travers un no man’s land (photo) en visant approximativement le village tout au loin. A ce moment, on a un champ cultivé et clos en contre bas à gauche. On s’en rapproche et une ébauche de chemin se dessine devant nous. Toujours viser plus ou moins le village et le chemin se précise de plus en plus pour finalement devenir évident. Alors on débouche sur une route qu’on prend à gauche.

Marcher quelques centaines de mètres sur la route jusqu’à une exploitation agricole bien tenue (Brunas). Juste après avoir dépassé celle-ci, prendre à gauche une petite route qui passe cette fois devant la belle maison d’habitation de l’exploitation. Au bout de cette route, viser un chemin herbeux fermé par un portail vert (photo).

Franchir le portail et s’engager sur le chemin entre des champs. Plus loin, le chemin herbeux cède la place à un sentier qui parfois se confond avec la limite des cultures. Mais impossible de se perdre ou de se tromper. On franchit plusieurs clôtures. Après la dernière d’entre elles, le sentier devient piste et bifurque brutalement à droite. En quelques minutes, il rejoint une route.

Traverser la route et continuer en face sur un chemin. On ignore alors les chemins qui partent à droite ou à gauche et on reste sur ce tracé mal marqué en visant plus ou moins le sommet d’une petite colline (direction Ouest/Nord-ouest).

Arrivé au pied de la butte, le chemin s’incurve à droite et se met à monter un peu puis s’incurve à gauche et on découvre alors le hameau de La Combe (4 heures). Quelques minutes encore et un sentier balisé GR en provenance de Montméjean arrive de la gauche.

Continuer tout droit pendant une centaine de mètres jusqu’à une carcasse de camion « Anglade Bertrand chaussures ». Ici, prendre le chemin à droite en direction des maisons. Rapidement, on arrive au hameau de La Combe qu’on traverse.

On marche une paire de minutes sur le goudron et on prend ensuite une piste en biais à gauche. On dépasse une lavogne sur la gauche puis le long de cette piste on note encore ici ou là quelques objets surprenants dont quelques voitures.

Finalement, on arrive à une maison (généralement fermée, volets clos). Quitter ici la piste pour un chemin récemment débroussaillé à droite (photo). Ce chemin devient un sentier et longe une clôture à main droite. Très vite, il rejoint une piste qu’on prend à droite pour la quitter presque aussitôt pour un sentier peu visible à gauche à la hauteur d’un pin avec un panneau « chasse gardée » ((photo).

Cette sente rejoint un chemin plus facile à suivre qui se rapproche du bord du plateau. On arrive alors à un pin en travers du chemin. A cet endroit, fourche. Prendre la sente en biais à gauche qui longe le bord du plateau avec de belles vues sur la gauche.

Au bout de la sente, on retombe sur la piste. Ne pas la prendre mais emprunter un chemin en biais à gauche (photo). Une centaine de mètres sur ce chemin et on débouche sur une piste carrossable et fréquentée.

L’emprunter à gauche. Cette piste sinue joliment, offrant des vues sur la gauche, traversant ensuite de beaux chaos dolomitiques puis offrant des vues sur la droite et finalement on découvre sur la gauche le site de Roques Altes.

On arrive alors à un carrefour. Prendre à gauche le sentier balisé GR. On entre dans le site de Roques Altes (panneau explicatif). Passer à gauche de la ferme en rénovation puis admirer le magnifique ensemble rocheux.

Le sentier longe les rochers par la gauche mais on pourra musarder un moment au milieu de ces formes rocheuses variées, en ne ratant pas la superbe « porte » située dans la partie sud-Ouest du secteur.

On reprend ensuite le GR en direction du Sud. Un balisage jaune arrive de la droite. Continuer vers le Sud en direction de la corniche du Rajol. Le sentier s’enfonce dans une belle forêt, monte un peu, offrant quelques dernières vues sur l’ensemble du site, puis se stabilise et atteint un carrefour.

Quitter le GR pour prendre à droite le balisage jaune en direction de la corniche du Rajol. Une nouvelle montée puis un petit replat et on arrive sur le rebord du causse (5 heures). Ici commence un superbe parcours balisé en jaune qu’on essaiera de suivre au mieux. Si on perd les balises, c’est pas grave, il suffit de suivre le bord du causse avec le vide à main droite et on retrouvera forcément soit le balisage jaune soit le balisage GR.

Ici aussi on pourra musarder un moment en ces lieux, notamment pour photographier ces rochers aux formes étonnantes, le tout sur fond de gorges de la Dourbie quelque 500 mètres plus bas.

A la fin du parcours jaune, on arrive à un carrefour où on rejoint le balisage GR. Prendre à droite en direction de La Roque Ste Marguerite. On a encore de superbes vues pendant quelques minutes, notamment sur l’enfilade des gorges et sur le viaduc de Millau au fond.

Puis la descente commence dans une belle pinède chênaie au mileu des rochers. Plus bas, les vues de dégagent vers le Sud et on admire les gorges cette fois en direction de Nant. Vraiment remarquable.

Après une demi heure de descente environ, on arrive au carrefour vu à l’aller. Prendre en épingle à droite et refaire le chemin à l’envers pour redescendre sur La Roque Ste Marguerite.

Accès et parking

Sur la D991, en venant de Millau, à l'entrée de Ste Marguerite, juste après le pont de la route qui monte à Pierrefiche, stationner sur le parking sur la droite, au bord de la Dourbie.

Terrain

La première moitié de ce parcours comporte une montée puis une descente puis une seconde montée. Arrivé à mi parcours, il ne vous restera plus que la traversée du causse, plus ou moins horizontale, et la longue descente finale.

Les sentiers sont plutôt bons sauf en quelques endroits ravinés.

Le circuit est assez long mais on peut aisément le raccourcir (voir à la rubrique correspondante).

La majorité du parcours est balisée et facile à suivre mais il y a quelques passages un peu délicats. Toutefois, si le topo parait compliqué dans ses explications, il n’y a pas vraiment de risque de se perdre, seulement de chercher un peu et de ne pas passer exactement où c’est prévu !

Paysage

Quelques années en arrière, il y avait sur ce site une rando appelée Montpellier le Vieux. Le sentier partant de La Roque Ste Marguerite permettait d’accéder au site payant mais … sans payer. A la suite de plusieurs problèmes entre des randonneurs et les gestionnaires du site de Montpellier le Vieux, j’avais décidé de supprimer la rando. Toutefois, le circuit de l’époque visitait aussi le site de Roques Altes et il était dommage de ne plus proposer de circuit passant par là.

C’est pour cela que je vous suggère cette randonnée qui permet de passer par Roques Altes mais qui possède également bien d’autres atoûts.

En effet, on emprunte également un superbe parcours appelé corniche du Rajol récemment balisé ces dernières années. On passe aussi au hameau de Montméjean avec son château ruiné sur son éperon. Et surtout on traverse le merveilleux petit village de St Véran qui est certainement un des hameaux les plus attachants de la région.

En dehors de ces points forts, vous profiterez également de sentiers en balcon, de chaos rocheux dolomitiques, de belles falaises, d’agréables forêts.

Enfin, ne vous inquiétez pas pour la traversée du causse qui parait longue sur la carte. Le chemin après la ferme de Brunas est franchement sympathique et le temps ne parait jamais long, surtout si on en profite pour faire la pause du midi.

Epoque

Entre mi mai et mi juin, la floraison est au top. Mais je pense que le mois de novembre et encore mieux, les chênes caducs étant majoritaires dans ce coin et le soleil rasant mettant encore plus en valeur les formes rocheuses.

Fréquentation

Un peu de monde sur le secteur Montméjean, corniche du Rajol, Roques Altes. Ailleurs, faible fréquentation.

Eau

Non.

Raccourcis

On peut éviter l’aller-retour depuis La Roque Ste Marguerite (gain de temps : environ 1 h 30). Il faut alors partir de Montméjean mais le parking est difficile. Une autre solution consiste à partir de St Véran mais le parcours est alors assez déséquilibré en terme d’intérêt (la première moitié moyenne et la deuxième moitié magnifique, ou l’inverse).

Une variante : au lieu de faire l’aller-retour depuis La Roque Ste Marguerite, on peut le faire depuis le Moulin de Corp ce qui permet de visiter ce site magnifique. Par contre, très peu de place pour stationner à cet endroit.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.