L'Escandorgue : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 16.61 - Nombre de notes : 28
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNIGN 2542E et 2642O
explicationsDate de mise à jour01/05/2012
explicationsDurée5 h 20
explicationsDénivelée500 m
explicationsPériode recommandéemai juin octobre novembre

L'Escandorgue : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Repérer sur la gauche de la route le départ de deux sentiers, distants de quelques dizaines de mètres. Il faut prendre le premier sur la gauche, il part en épingle. Après deux minutes de montée, ce sentier débouche sur une large épaule dégagée. Prendre approximativement en face un sentier qui redescend. Une minute de descente et on débouche sur une piste qu’on prend à gauche. Marcher environ 600 mètres. Carrefour. Aller à droite (en face, c’est un tunnel sous la voie ferrée).

On trouve maintenant un balisage jaune et bleu. Marcher quelques minutes sur ce chemin et le quitter dans un virage à droite pour un sentier à gauche peu visible qui descend en direction de la voie ferrée. Le balisage jaune bleu existe mais il est peu évident.

Avec le sentier, rejoindre puis longer la voie ferrée et ensuite s’en éloigner à nouveau en remontant en sous bois. Le sentier sinue alors fort agréablement sous les chênes caducs puis, quelques minutes après, débouche sur une piste. Prendre celle-ci à gauche. On abandonne le balisage jaune bleu.

Marcher à peine dix minutes sur cette piste. En haut d’une montée et à hauteur d’un pylône EDF sur la gauche, prendre un chemin en épingle à droite. Franchir une barrière. On laisse sur la gauche des enclos à moutons (ou à chevaux, peut-être bien) et on monte tout de suite dans la pente pour trouver le départ d’un sentier un peu caché par la broussaille (photo)(45 mn). De suite, ce sentier et se met à monter en traversée.

Les vues sur la vallée deviennent sympathiques. Toujours rester sur la trace principale qui monte. Le sentier fait deux épingles puis devient plus ou moins horizontal. A l’issue de cette portion, attention à ne pas rater une bifurcation. Prendre à gauche le chemin qui franchit une clôture et ignorer sur la droite celui qui descend.

On évolue maintenant dans une forêt de chênes caducs assez lâche avec de beaux sous bois herbeux et de belles vues sur la vallée à droite.

Une vingtaine de minutes dans cette agréable ambiance et on atteint un carrefour. Prendre à gauche en montée. On retrouve le balisage jaune bleu.

Quelques minutes de montée et on débouche sur le plateau. Les bois de chênes sont remplacés par des cultures et le chemin se transforme en routelette.

Cinq minutes et on entre dans le village de Roqueredonde puis on atteint la route Départementale.

On l’emprunte à droite sur quelques dizaines de mètres puis on prend à droite un sentier balisé GR. Il s’agit d’abord d’un joli sentier horizontal entre deux haies puis d’un sentier descendant dans une belle chênaie aux sous bois de fougères.

Après cinq bonnes minutes de descente, on débouche sur une route qu’on prend à droite, toujours avec le balisage GR, et aussi avec un balisage jaune et les bites vertes du CG34. Au premier carrefour, continuer tout droit, toujours avec le GR.

Après à peine dix minutes, on arrive au Mas de Grèzes (2 heures). Une fois les premières maisons dépassées, prendre à droite en descente une piste. Le balisage GR n’est pas très évident ici. On sort rapidement du hameau après avoir dépassé le chenil et s’être fait copieusement aboyé. Le chemin descend jusqu’à une rivière qu’il traverse à gué, puis se met à remonter. Au premier carrefour, prendre en épingle à gauche avec les balisages GR, jaune et CG34. Juste après, à une fourche, prendre à droite avec le GR et le jaune. On abandonne le CG34.

Une paire de minutes de montée sur un chemin très caillouteux et désagréable et on atteint une nouvelle fourche où on prend cette fois à gauche avec le GR. Rapidement, le chemin devient beaucoup plus agréable et sinue dans une belle forêt sombre agrémentée de quelques passages rocheux.

Une bonne dizaine de minutes dans cet environnement et on sort progressivement de la forêt. On laisse d’abord un chemin à gauche fermé par une barrière puis on arrive à une fourche où on poursuit à droite toujours avec le GR.

On monte maintenant en plusieurs virages successifs sur cette large piste pas très sympa mais qui finalement procure de jolies vues quand on arrive en haut. On débouche alors sur une grande route.

Emprunter la route à droite sur une centaine de mètres puis la quitter pour la petite route d’accès au gros cornet de glace à la pistache. Quelques mètres sur cette route et on prend à droite un chemin balisé GR.

Dès le début de la descente, on bénéficie de vues sur le Salagou et les reliefs environnants. Une dizaine de minutes de descente et on débouche sur une route qu’on prend à droite (3 heures 05). Marcher une cinquantaine de mètres sur la route et attention à ne pas manquer sur la droite le départ d’un petit sentier discrètement balisé jaune et bleu.

Ce sentier sinue tout d’abord en sous bois, franchit une clôture puis débouche sur le plateau de l’Escandorgue. On entame alors la partie la plus spectaculaire du parcours. En effet, ce sentier longe souvent au plus près le rebord du plateau, offrant de magnifiques vues sur le Salagou et sur le Lodevois en général, tout cela dans une ambiance de falaises dolomitiques du plus bel effet.

Le plaisir dure une bonne vingtaine de minutes puis la sente balisée jaune bleu s’éloigne du rebord du plateau. On remarque alors un poteau isolé avec une balise jaune bleu. Depuis ce poteau, il faut alors viser en contre haut à droite une barrière qui permet de rejoindre la route (photo). Attention, le balisage ne conduit pas à la route mais poursuit sa traversée du plateau plus à gauche.

Une fois sur la route, l’emprunter vers la gauche. Au premier carrefour, prendre à droite une routelette en direction du Mas de Mourié. Descendre sur cette route ou à côté en marchant dans les prés (plus agréable). A un carrefour, prendre la banche de droite. Après un petit quart d’heure, on arrive aux maisons.

S’engager sur une piste qui démarre à droite des maisons. On arrive à un carrefour en T où on prend à gauche. Dépasser une barrière parfois fermée. Attention aux vaches et au chien quand ils sont présents. En quelques minutes, on rejoint les rives du petit lac, bien sympathique notamment au printemps quand il est bien en eau (4 heures 05).

Contourner le lac par la gauche. Une fois arrivé à l’opposé et après avoir dépassé une structure en béton, repérer le départ d’une sente (cairn) qui ressemble plus à une trace d’animaux qu’à un chemin de rando mais c’est normal, il y a davantage de vaches que de randonneurs à cet endroit (photo).

Les premières centaines de mètres sont un peu chaotiques et on hésite souvent mais l’idée est de monter en traversée. Un peu plus haut, le sentier devient horizontal et est plus marqué alors qu'il entre en sous bois. Puis il traverse encore deux petits prés où la sente est de nouveau peu visible et à nouveau il entre en sous bois et devient alors très large.

Désormais il n'y a plus d’erreur possible, le sentier est rectiligne et bien tracé. A noter une bifurcation, il faut continuer tout droit sur le chemin le plus large mais si on prend à droite c'est pas grave car les deux itinéraires se rejoignent. Plus loin, il y a un endroit qui était très piégeux mais qui semble désormais ne plus poser de problème. Ici, le sentier fait un large virage à droite. J'avais à l'époque disposé des cailloux au sol pour éviter d’oublier de tourner (photo)(photo). Il semble qu'ils soient toujours en place.

Après ce "piège", le sentier reprend son cours en forêt puis débouche sur une piste qu’on prend à droite.

Cette piste fait quelques virages puis on franchit une clôture et on arrive à une ruine avec un joli puits.

On continue sur la piste mais pas plus de deux minutes. Quitter la piste pour un adorable petit sentier sur la gauche. Il se faufile en sous bois pour finalement déboucher aux Gardies, petit groupe de maisons généralement inoccupées.

Au niveau de la première maison, emprunter à gauche un escalier qui descend. Cet escalier est très glissant en période humide car recouvert de mousse. En bas de l’escalier, carrefour en T. Aller à gauche pour aller voir un bassin alimenté par une source (4 h 50). Agréable lorsqu’il y a de l’eau, ce qui n'est pas toujours le cas. Ensuite, demi-tour, on refait le chemin en sens inverse et en haut de l'escalier on prend à gauche.

On est maintenant sur la piste d'accès du hameau des Gardies. Après cinq minutes, une piste nous rejoint, venant de la droite. On récupère alors les bites vertes du CG34.

Cinq grosses minutes de plus et on rejoint une routelette goudronnée. Prendre cette route en face.

D'abord horizontale, la route se met à descendre. Au bout de 1200 mètres, elle fait successivement deux épingles qu'on coupe par l'intermédiaire d'un sentier et on se retrouve là où on a garé la voiture (5 h 20).

Accès et parking

Se rendre à Lodeve puis au Col de la Baraque de Bral par la D35 (dans Lodeve, suivre direction Lunas).

Au col, prendre à droite la D142 direction Roqueredonde, Les Rives.

Rouler environ 5 Km puis prendre à gauche la D138E direction Joncels.

Rouler environ 3 Km puis prendre à droite en direction de La Borie Noble.

Une centaine de mètres après, au carrefour suivant, continuer tout droit direction La Borie Noble.

En bas de la descente, franchir un petit pont puis rouler encore environ 500 mètres en montée pour contourner le hameau de la Borie Noble. Une fois les maisons dépassées, la route traverse un pré puis fait un virage à droite. Stationner sur l'accotement sur la gauche de la route.

Terrain

Parcours original mais complexe et assez long avec beaucoup de changements de direction, beaucoup de sentiers non balisés et quelques pièges qui peuvent être source d’erreur. En revanche, la dénivelée est raisonnable et les sentiers sont plutôt en bon état.

Paysage

Le point fort de cette rando lui donne son titre : l’Escandorgue. Toutefois, le parcours sur la corniche de l’Escandorgue avec de superbes vues sur le Lodevois et le Salagou, ne représente qu’une partie de l’intérêt de ce circuit très original et très varié.

Pour le reste, vous visiterez un secteur fort peu connu des randonneurs, aux environs du Mas de Mourié, des Gardies ou de la Borie Noble. De belles forêts, de beaux sentiers, un lac, un bassin alimenté par une source, des prairies, des falaises.

Enfin, vous utiliserez aussi le GR 71 entre Roqueredonde et l’Escandorgue, sentier relativement connu mais bien agréable à parcourir, d’autant que comme souvent, je vous propose une variante sur une partie de ce parcours.

Epoque

Le printemps arrive assez tard dans ce secteur. Attendez la mi mai. Mais c’est incontestablement à cette époque et jusqu’à fin juin que vous verrez les paysages sous leur meilleur jour.

L’automne, octobre et novembre, sont sympas aussi grâce aux couleurs des chênes caducs mais il manque parfois d’eau et le lac, le bassin des Gardies ainsi que les divers cours d’eau peuvent alors paraître un peu tristes.

Fréquentation

Sur les portions balisées GR, vous pourrez faire quelques rencontres. En dehors de cela, vous ne verrez guère que les habitants et les chasseurs.

Eau

Robinet aux Gardies (4 h 40).

Raccourcis

Non.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.