Pont du Tarn : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.74 - Nombre de notes : 19
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2739 OT
explicationsDate de mise à jour13/09/2014
explicationsDurée5 h 50
explicationsDénivelée500 m
explicationsPériode recommandéejuin juillet aout septembre octobre

Pont du Tarn : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Avertissement important :

Sur ce parcours, vous allez longer le canal de Felgérolles. C'est un lieu fragile. Une habitante du village nous livre le message suivant :

Ce béal a plus de 500 ans. Il s'est fait avec les mains et de la sueur. Il avait et a toujours une utilité vitale : arroser les prairies, les jardins, donner à boire aux animaux. Sa dégradation et sa destruction seraient une vraie catastrophe écologique et économique. C'est un espace très fragile.

Une pierre déplacée et c'est une fuite qui se transformera demain en un effondrement de terrain. Lors de l'été 2004, David l'agriculteur utilisateur du béal a été obligé de le colmater avec des bâches plastiques dans l'urgence.

Des milliers de personnes non averties qui défilent dessus n'est pas forcément une bonne chose.

Cette habitante propose également une action bénévole afin de restaurer le béal. Que ceux qui souhaitent y participer me le signalent, je lui transmettrai.

Avant de partir, on peut prendre dans un présentoir en libre-service un dépliant sur le sentier de découverte de Montcuq.

Départ.

Marcher dans l'herbe sous les pins en direction du Nord-ouest en conservant le ruisseau à main gauche. Aller jusqu'à l'extrémité de la zone herbeuse. On atteint ainsi la route qu'on traverse. De l'autre côté, on emprunte un large chemin fermé par une barrière.

On s'élève ensuite progressivement sur ce chemin dans une forêt très variée. Puis on atteint des ruines. Ce sont celles de Montcuq. Ne pas entrer dans Montcuq, panneau danger.

Laisser les ruines à main gauche, le sentier tourne à droite pour traverser une grande clairière. Peu après l'extrémité de celle-ci, on laisse partir à droite un sentier balisé par une flèche et on poursuit à gauche sur un chemin herbeux qui rejoint presque tout de suite une piste qu'on prend à droite. On rentre en forêt. En quelques minutes, on atteint un grand carrefour multipistes (35 mn).

Prendre la deuxième piste à gauche, la première étant fermée par une barrière. La piste descend en forêt, avec un petit ravin à main droite.

Après quelques minutes, on atteint une bifurcation où on prend à droite, toujours en descente. Plus bas, à une autre bifurcation, on prend encore à droite en direction de Masméjean. En bas de la descente, on franchit un ruisselet puis on traverse une petite zone de genêts, on traverse un ruisseau plus important et on pénètre alors dans une clairière dans laquelle est tracée un joli chemin bordé de frênes . A l'extrémité de cette belle allée, le chemin s'élève et rejoint la route goudronnée au niveau de Masméjean (1 heure).

Traverser la route, aller en face sur un large chemin qui recoupe la route quelques mètres plus haut. Ce chemin herbeux longe des maisons à main droite puis on rejoint une route goudronnée qu'on prend à droite. On entre dans un hameau, on le traverse et après la dernière maison, on quitte la route pour un sentier sur la droite, panneauté Felgérolles.

On évolue maintenant dans les genêts et les blocs de granit puis, à l'issue d'une petite montée, on longe un champ à main gauche et des dalles granitiques inclinées à main droite.

On rejoint finalement les premières maisons de Felgérolles (1 h 35) qui sont fort jolies, de même que l'ensemble du village qui est construit avec de la superbe pierre de granit. Traverser le village par une petite route et 100 mètres après les dernières maisons, prendre en épingle à droite une piste direction Mas de la Barque. On reprend la direction du village, on laisse sur la droite le gîte d'étape, qu'on contourne par le haut, on tourne ensuite à gauche sur une allée cimentée menant à une maison. Juste avant l'entrée de celle-ci, on prend à droite un sentier indiqué par un panneau indiquant Gasbiel, Pont du Tarn et Mas de la Barque.

Une courte mais raide montée et on croise un béal au niveau d'une clôture. Ne pas poursuivre sur le sentier principal, sauf si on veut raccourcir le parcours, mais prendre à gauche le long du petit canal.

Marcher sur une sente en mauvais état en gardant à main droite le béal et en contrehaut une clôture. Repérer au bout de moins de deux minutes un pasasge dans la clôture. Traverser le béal et emprunter le passage dans la clôture pour trouver de l'autre côté un bon sentier qu'on prend à gauche. On retrouve plus loin le bord du béal, à main gauche cette fois, évidemment.

Pendant une petite dizaine de minutes, le cheminement n'est pas évident, on progresse au mieux en ne perdant pas de vue le béal. Puis la sente devient plus nette (on a désormais le béal à main droite et on le conservera ainsi jusqu'au bout) et plus loin on croise le GR72.

Peu après, on entre dans la hêtraie et une grosse demi-heure de bonheur débute. La trace longe le béal magnifiquement creusé dans une forêt splendide . Une petite merveille, il faut le répéter, mais une merveille fragile, vous avez lu l'avertissement à ce sujet.

Après ce parcours le long du canal, on rejoint le lit du Tarn. Changement de décor mais un parcours magnifique en remplace un autre. Petites cascades et vasques se succèdent au milieu de rochers plats idéaux pour la bronzette et la baignade (mais l'eau est froide). En été, les touristes ne manquent d'ailleurs pas en ce lieu.

Vous pouvez rester dans le lit de la rivière mais c'est parfois acrobatique, ou monter sur la rive gauche où vous trouverez une sente en sous bois. Dans les deux cas, après une dizaine de minutes, on croise un chemin qu'on prend à droite (2 h 45).

On est maintenant sur un large chemin qui s'élève dans les pins et la bruyère, on rejoint un chemin encore plus large qu'on prend à gauche. On est maintenant sur le GR. En quelques minutes, on rejoint les rives du Tarn dont on s'était provisoirement éloigné.

On pénètre alors dans la plaine du Tarn avec la jolie rivière à notre gauche, sur un excellent sentier tracé dans l'herbe et la bruyère . Petit à petit se découvre à nous l'immensité du versant Sud du Mont Lozère. Il y a ici un parfum d'aventure, une atmosphère particulière de grands espaces et si vous avez la chance d'effectuer cette randonnée un jour où il y a du vent et quelques nuages sombres, vous serez comme transportés à l'autre bout du monde.

On évolue dans cette ambiance jusqu'à proximité du Pont du Tarn. On repère l'approche de celui-ci par unpanneau indicateur jaune et des canisses protégeant de jeunes plantations. Dans un petit moment, à cet endroit, il nous faudra prendre à droite en direction des Bastides, mais le panneau indicateur jaune nous tourne le dos !

En attendant, il faut impérativement faire un aller-retour de deux minutes au Pont du Tarn (3 h 30), fort joli ouvrage souvent très fréquenté car bordé d'herbe à sieste à l'ombre d'une petite pinède.

De retour au carrefour, on prend donc à gauche direction Les Bastides et on s'engage sur la draille en direction approximative du Sud. On voit apparaitre un balisage GR. On ne manquera pas de se retourner régulièrement pour profiter des vues et de cette ambiance toujours très particulière. Une petite montée nous amène ensuite au point culminant du parcours (belles vues lointaines) puis on bascule en direction de l'Aubaret. Le paysage est à nouveau étonnant, blocs de granit éparpillés au beau milieu de cette étendue vierge.

On atteint ensuite la ferme de l'Aubaret (4 h 20) qu'on ne manquera pas d'admirer car elle est typiquement lozérienne. Puis on traverse la route, on passe un fort joli pont et on poursuit toujours dans la direction du Sud sur un très large chemin caladé offrant un peu plus loin de superbes vues vers le Sud-est jusqu'à Alès.

Après une petite montée, on change de paysage. Il s'agit maintenant d'une très large draille tracée dans la forêt. On commence par une descente puis on poursuit par un faux plat ascendant et on termine par une descente parfois caillouteuse qui nous amène à un grand carrefour.

Prendre ici la deuxième piste à droite, qui part à angle droit. A ce carrefour, la première piste à droite est la DFCI qui mène à la retenue du Jouc, on l'ignore. Un parcours forestier un peu fastidieux nous amène en une petite demi-heure à un nouveau carrefour de pistes où on prend la première piste à gauche (5 h 15).

Une dizaine de minutes et on atteint le grand carrefour déjà rencontré à l'aller. Prendre alors la première piste en partant de la gauche, fermée par une barrière et qu'on reconnaîtra parcequ'on est arrivé par là quelques heures auparavant.

On parcourt cette piste en forêt jusqu'à l'orée d'une clairère. On prend alors un chemin herbeux à gauche, déjà emprunté le matin lui aussi, et quelques dizaines de mètres plus loin, on retrouve le panneau avec une flèche. Cette fois, on prend en épingle à gauche en descente pour prendre la direction indiquée par la flèche. On va ainsi terminer la visite du sentier de Découverte de Montcuq, entamée le matin.

Le sentier descend très agréablement dans une superbe forêt mixte pour finalement atteindre la route. Traverser celle-ci et rejoindre le parking en marchant dans l'herbe sous les pins (5 h 50).

Accès et parking

Se rendre à Alès. Prendre la D906, direction Génolhac. Après 20 Km, on atteint La Tavernole. Prendre à gauche la D52 direction Le Pont de Montvert.

Après 22 Km, on arrive au Col de la Croix de Berthel. Prendre à gauche la D998, direction Le Pont de Montvert, Florac.

Rouler 2,2 Km et prendre une piste DFCI sur la gauche qui mène immédiatement à un grand parking herbeux sous les pins. Tables de picnic à proximité.

Terrain

On évoluera généralement sur de bons sentiers sauf le long du béal et dans le lit du Tarn où il faudra faire attention où on met les pieds.

Il n'y a quasiment pas de balisage mais il n'y a pas pour autant de difficultés d'orientation. Les carrefours et les sentiers sont bien marqués.

Notez par ailleurs qu'il s'agit d'un circuit assez long nécessitant une certaine endurance.

Paysage

Le Mont Lozère est une immense montagne en forme de croupe orientée Est-ouest, très large et très longue, généralement dénudée, avec des versants très différents les uns des autres.

Les versants Est et Sud-est dominent abruptement les vallées de Génolhac et de Vialas tandisque le versant Sud rejoint en pente douce la montagne du Bougès qui lui fait face, avec toutefois dans sa partie occidentale une importante entaille créée par le Tarn.

C'est dans le secteur le plus débonnaire que se déroule la randonnée que je vous propose. N'allez pas croire pour autant qu'elle est sans intérêt !

Elle vous fera découvrir l'ambiance très particulière de ce secteur et ceux qui aiment les grands espaces seront ravis. Le passage dans la plaine du Tarn et le retour par la draille jusqu'à l'Aubaret offrent des paysages de bout du monde qui ont assurément peu d'équivalent en France.

Par ailleurs, ce circuit possède d'autres points forts.

Vous pourrez admirer un magnifique béal (lire l'avertissement à ce sujet), vous marcherez dans le lit du Tarn à proximité des cascades et des vasques, vous admirerez le joli pont du Tarn et le presque aussi joli pont de l'Aubaret, vous observerez les villages et leurs belles maisons en granit, enfin vous aurez l'honneur et l'avantage de parcourir le Sentier de Découverte de Montcuq.

Au total, une randonnée enrichissante dans un cadre inhabituel.

Epoque

Vous pouvez parcourir ce circuit de juin à octobre mais en été, faites attention au soleil car le parcours est peu ombragé.

Pour toutes les autres périodes, le bord du béal et la remontée dans le lit du Tarn sont trop glissants, trop gras ou avec trop d'eau et rendent le passage impossible.

Fréquentation

Beaucoup de promeneurs aux environs du Pont du Tarn, beaucoup moins ailleurs.

Vous verrez aussi du monde dans les villages, mais là c'est normal, ce sont les habitants.

Eau

Non.

Raccourcis

Après Felgérolles, ne pas suivre le béal (gain de temps : 40 mn environ).

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.