Lac des Pises : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.46 - Nombre de notes : 26
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641ET
explicationsDate de mise à jour16/10/2011
explicationsDurée7 h 00
explicationsDénivelée780 m
explicationsPériode recommandéemai juin juillet

Lac des Pises : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Attention : Du fait du mauvais fonctionnement du serveur de Free, les diaporamas plantent régulièrement, je vous prie de m'en excuser.

Prendre un large chemin en contre haut de la route en suivant la direction Arrigas, Serre des Ayres. Ce tracé effectue une traversée légèrement ascendante au milieu de prairies en pente. On atteint ensuite le Serre des Ayres, col où on prend à droite direction St Guiral, col de l'Homme Mort. Une paire de minutes plus tard, on arrive à un carrefour avec une belle vue sur Peyraube en contre bas. Ici, on prend à droite la branche qui monte.

On est encore sur un large chemin et au moment d'entrer dans la châtaigneraie, on atteint une nouvelle bifurcation. Prendre à gauche en montée. Juste après cette bifurcation, le chemin fait un virage à gauche. Plus haut, il en fait un autre à droite, continue à monter dans les prairies et les friches puis pénètre en forêt. Le large chemin devient un sentier et c'est à partir de là que ca devient pénible.

En effet, le sentier désormais peu fréquenté et récemment abimé par les pluies d'automne, est extrêmement raviné et désagréable à marcher avec plein de branches mortes et un mélange de cailloux et d'arène de décomposition granitique.

On s'élève dans la châtaigneraie , puis on effectue encore quelques virages les uns sur les autres pour atteindre une zone plus claire et plus sèche constituée de chênes caducs et de blocs de granit avec de beaux spécimens de rochers en contre haut à gauche.

Plus loin, on retrouve une forêt plus dense de châtaigniers et enfin on sort pour de bon de la partie arborée pour pénétrer dans la lande à genêts. Au printemps, lorsque les genêts sont en fleurs, c'est un régal car c'est toute la montagne qui est parée de jaune. Le sentier effectue une traversée ascendante puis une montée plus franche dans une zone de genêts rabougris puis oblique à gauche quasi horizontalement. On change alors progressivement de vallon et le paysage est plus harmonieux . Egalement, enfin, le sentier devient meilleur !

Plus haut, quelques bosquets de hêtres font leur apparition et après un dernier raidillon, on atteint un grand col herbeux. On franchit la clôture à notre droite et on débouche sur une piste. On la prend à gauche sur une petite centaine de mètres pour en rejoindre une autre plus importante au niveau d'un panneau indiquant La Condamine (1 h 40).

On prend cette piste à droite et on pénètre dans la belle forêt de l'Aigoual, essentiellement hêtraie dans ce secteur. Une vingtaine de minutes de légère montée et les hêtres cèdent leur place aux sapins. On est au Col de l'Homme Mort, à la frontière du versant Sud ensoleillé et du versant Nord à l'ambiance plus sombre et plus fraîche.

Prendre alors, entre la petite route goudronnée qui part à gauche et la piste qui part à droite, une sente panneautée L'Esperou par GR. Elle oblique rapidement à droite puis se poursuit entre deux haies de pins. Elle continue ensuite en sous bois et finit par rejoindre une piste qu'on prend à gauche.

Un gros quart d'heure de montée sur cette piste sympathique et on atteint le Col des Pises. A cet endroit, la piste tourne brutalement à gauche et on va tout droit en direction de la clairière entre un panneau d'interdiction à tout véhicule et un panneau du PNC .

Traverser la clairière sur une petite sente puis pénétrer à nouveau en forêt. Le sentier se faufile joliment entre les hêtres puis débouche dans une nouvelle clairière d'où on a une jolie vue sur le Lac des Pises. Continuer à descendre et atteindre un grand chemin qu'on prend à gauche. Quelques mètres plus loin, tandis qu'on remarque l'Observatoire sur notre droite, on arrive au point de vue sur le lac (2 h 45). Très joli. On va alors prendre le chemin qui part à droite afin de faire le tour du lac dans le sens antihoraire.

Rapidement, le chemin se sépare en deux, on prend la branche de droite. La sente herbeuse est très confortable et l'ambiance est très reposante avec cette belle étendue d'eau entourée d'arbres et de douces pentes herbeuses. On franchit une passerelle, on marche encore quelques minutes puis on atteint les abord du barrage.

Descendre en direction d'une passerelle au pied de celui-ci. Franchir la passerelle puis remonter en suivant le panneau avec une flèche noire sur fond jaune. Longer le lac avec celui-ci à main gauche jusqu'à atteindre un carrefour avec un panneau en bois. Prendre alors à droite le sentier qui monte et qui est balisé avec un point vert.

On évolue dans une agréable forêt mixte et on poursuit ainsi jusqu'à un carrefour en T où on prend à droite, toujours en suivant le balisage vert. L'ambiance reste identique et après quelques minutes, on tombe sur une piste. Le sentier se poursuit juste en face avec le balisage vert.

Ce très joli sentier est parallèle à une piste située quelques mètres en contrebas. On évolue ainsi pendant cinq minutes puis on finit par rejoindre la piste en question. La prendre à gauche et atteindre la route en cinq minutes. Prendre la route à droite pour franchir le pont.

Juste après celui-ci, il y a un grand dégagement sur la droite et de là redémarre le sentier indiqué par un panneau.

On va alors longer le ruisseau avec grand plaisir, d'abord rive droite puis rive gauche, dans un superbe environnement tantôt forestier, tantôt herbeux. Il est seulement dommage que quelques coupes aient un peu dégradé les sous bois.

Après une vingtaine de minutes, ce parcours se termine et le sentier vire à droite (3 h 45).

Une courte montée puis un replat et on atteint un carrefour. Couper la piste et poursuivre en face. Une centaine de mètres et on rejoint une autre piste. La prendre à gauche.

Marcher une paire de minutes sur cette piste. Au niveau d'un panneau avec un point vert, la piste vire à droite et se met à monter. Il faut alors la quitter ainsi que le balisage vert pour un chemin herbeux qui part en légère descente à gauche. Attention, ce chemin est très peu visible !

Ce chemin longe un ruisseau puis le traverse. Encore quelques minutes et il atteint un carrefour en T. Aller à droite. En quelques dizaines de mètres, on rejoint un autre carrefour à hauteur de la baraque de Pialot qu'on aperçoit sur la droite. On prend à gauche. On est maintenant sur un très grand chemin carrossable. Une centaine de mètres après, on arrive à une fourche.

Prendre la branche de gauche qui longe l'immense zone de prairies sur notre gauche. L'ambiance est agréable avec des vues sur les vallonnements du Lingas.

Plus loin, on quitte la zone herbeuse et on pénètre en forêt. Une portion de la piste est bétonnée, c'est assez moche. Encore quelques minutes et on repère sur la droite un sentier indiqué par une panneau avec une flèche (mais qui nous tourne le dos).

Prendre ce sentier caillouteux et un peu envahi par la végétation et rejoindre en cinq minutes une autre piste qu'on prend à gauche (4 h 40).

On est au Col des Portes et à notre gauche, la vue vers le Sud est magnifique. On marche quelques minutes et on entre à nouveau en forêt au niveau d'un carrefour. Prendre à droite.

Encore quelques minutes sur cette piste et dans un virage à droite, on repère une zone herbeuse sur la gauche et un panneau PR sur la droite. Il faut ici quitter la piste pour prendre un sentier à gauche très peu visible. Attention à ne pas le rater !

Après quelques mètres, une fourche se présente, prendre à droite (petit cairn). On est désormais sur un joli sentier mais pas facile à suivre. Il réalise une traversée plutôt descendante dans la hêtraie et finit par se rapprocher d'une piste en contre haut. Bien rester sur le sentier et ne pas prendre la piste. Juste après, après avoir descendu quelques marches dans les rochers, on s'apprête à traverser un petit ravin et à cet endroit il y a deux panneaux sur un arbre mort, indiquant que les GR (66 et 71) se poursuivent tout droit (ce sont des panneaux oubliés car le GR ne passe plus ici). Il faut ici tourner à gauche et repérer une balise jaune qui indique le départ d'un sentier.

Prendre donc ce sentier. Il va falloir pas mal d'attention pour le suivre. Il faut s'aider des balises jaunes officielles, des grosses marques jaunes faites avec un pinceau et des cairns. L'idée est de toute façon de descendre en parallèle au ruisseau, en gardant celui-ci à 10 ou 20 mètres sur la droite. Après une dizaine de minutes, on rejoint un chemin au niveau d'un pont en béton. Le prendre à gauche.

Continuer à suivre le balisage jaune et les cairns, sur un agréable sentier lui non plus pas toujours facile à suivre, et qui surplombe le torrent dans une belle hêtraie. Il descend progressivement puis, après un petit quart d'heure, coude à droite et plonge brusquement en direction du torrent. Pas facile de deviner l'endroit où ça tourne à droite ! Mais si vous êtes allés trop loin, vous tomberez sur une clôture; alors revenez en arrière de quelques mètres.

Arrivé au niveau du torrent (zone de cascades), couder cette fois à gauche puis marcher encore un peu le long du torrent pour déboucher à l'extrémité d'une piste. La prendre à gauche. Après trente mètres, on sort de la hêtraie. Encore 25 mètres et on prend à droite un sentier toujours balisé en jaune (mais le balisage s'efface de plus en plus ...). Attention à ne pas rater ce sentier !

On effectue une petite traversée descendante puis une descente beaucoup plus marquée sur des dalles inclinées un peu délicates par temps humide. Après cinq petites minutes, on arrive alors dans une zone de sapins très sombre où une affreuse piste de débardage vient d'être créée. On est contraint de terminer les derniers mètres de notre descente sur cette horrible piste. Arrivé sur la partie horizontale, quitter cette piste en visant sur la gauche un point jaune sur un arbre qui indique le départ d'une sente en sous bois.

La sente sinue dans une ambiance très sombre puis on sort dans une clairière avec une ruine à notre droite. La sente, très bien tracée, quasi horizontale, se poursuit alors entre les sapins à droite et les pins à gauche. Après à peine 10 minutes, elle s'interrompt et plonge brutalement à droite (très raviné, cairn, vieille balise jaune). On passe dans une zone très arborée puis le tracé redevient quasi horizontal mais cette fois dans une végétation assez désordonnée et plutôt broussailleuse. Plus loin, on pénètre dans une zone de genêts et le paysage s'ouvre progressivement. On est en train de quitter le vallon. On arrive alors à un carrefour marqué par un panneau indiquant Aumessas à 3 Km (6 h 15).

Au panneau démarre un sentier qui descend à droite dans les genêts. En bas de la descente, on pénètre en forêt. On longe alors un torrent qu'on traverse sur une passerelle en bois.

Sur l'autre rive, on longe à nouveau le torrent. Le sentier est très agréable. La hêtraie cède la place à la chênaie. On se faufile au milieu de quelques blocs de granit. Puis le sentier oblique à droite, passe près d'un énorme chaos rocheux et entame une descente. Celle-ci s'effectue dans une végétation assez dense et on atteint finalement un nouveau carrefour.

Prendre à droite en direction de Vernes à 1,5 Km. Une courte et raide descente donne accès à un pont qui permet de traverser un nouveau torrent. De l'autre côté, le sentier devient progressivement de mieux en mieux revêtu. Après dix minutes depuis la passerelle, on atteint une ruine sur la droite. Faire bien attention ici car il ne faut pas rester sur le tracé le plus large qui continue à descendre mais prendre en biais à droite un sentier panneauté Vernes.

Quelques minutes de marche et on atteint un carrefour. Prendre à gauche en direction de Vernes. Une nouvelle descente nous amène aux premières maisons du hameau. On continue à descendre dans les maisons pour arriver à une fontaine. Juste avant celle-ci, prendre à droite une ruelle pavée et en quelques mètres rejoindre le parking.

Accès et parking

Du Vigan, prendre la D 999. Après la sortie de Arre, rouler 2Km puis tourner à droite sur la D232 en direction d'Aumessas. Cinquante mètres après, tourner à gauche en direction d'Arrigas sur la D789.

Après 1600 mètres, la route d'Aumessas arrive de la droite et 200 mètres plus loin, on entre dans Arrigas. Dans le village, continuer tout droit en direction de Peyraube.

Faire 1 Km et tourner en épingle à droite en direction de Vernes. Rouler 2,3 Km et atteindre ce village (cul de sac). Petit parking herbeux sous les arbres à l'entrée du village.

Terrain

Une grande partie des sentiers de ce circuit ne sont désormais plus entretenus ni balisés. Le manque de fréquentation ajouté aux intempéries des automnes 2014 et 2015 ont rendu ces sentiers caillouteux, parfois broussailleux, pénibles à marcher et parfois pas faciles à suivre.

Cette randonnée s'adresse donc à des marcheurs avertis.

Paysage

Le Lac des Pises est un lieu très connu et très apprécié, à juste titre. Les sentiers environnants sont très agréables, notamment celui qui longe le ruisseau du Lingas. Néanmoins, les circuits pédestres autour du lac tiennent plus de la promenade que de la randonnée.

C'est pourquoi je vous propose ici une vraie randonnée comportant une montée au lac, un peu comme en montagne. Vous partirez donc de la vallée pour accéder au plateau avec toutes les variations de paysage et de végétation que cela comporte et vous aurez ainsi mérité votre récompense !

Vous pourrez ainsi admirer la châtaigneraie, la lande à genêts, la hêtraie, les prairies d'altitude et vous accéderez au lac par un sentier fort peu fréquenté et offrant un point de vue inhabituel.

Toutefois, afin de ne pas proposer un circuit trop difficile, j'ai choisi un point de départ assez haut perché (Vernes) et j'ai raccourci au maximum les distances.

Epoque

De la mi mai au mois de juillet, les genêts en fleurs confèrent à une bonne partie du parcours une ambiance particulière. Toutes ces pentes colorées de jaune, c'est quand même assez spectaculaire.

De plus, à cette époque, les bords des chemins et les rives du lac sont en fleurs, la végétation est abondante et il y a de l'eau dans les torrents.

Le mois d'octobre est pas mal non plus avec les premières couleurs d'automne sur les hauteurs.

Si vous effectuez ce parcours en été, évitez quand même les jours les plus chauds et partez tôt le matin.

Si vous l'effectuez en hiver, vous pourrez selon les conditions climatiques du moment admirer le contraste entre la relative douceur des pentes ensoleillées de Vernes ou d'Aumessas et la rigueur de l'hiver au niveau du lac des Pises.

Fréquentation

Beaucoup de monde aux environs du lac, quasiment personne sur le reste du parcours.

Eau

Non.

Raccourcis

Entre Col de l'Homme Mort et Montlouviers.

Ne pas faire la boucle au Nord du Lac des Pises.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.