Peyre Martine : le résumé

explicationsA faire absolumentRandonneur confirmé
La note des internautes : Non significatif - Nombre de notes : 1
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2642ET
explicationsDate de mise à jour03/12/2017
explicationsDurée5 h 25
explicationsDénivelée730 m
explicationsPériode recommandéeavril mai novembre decembre

Peyre Martine : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Sortir du parking vers la droite, en direction du hameau du Mejanel et après 20 mètres, prendre la petite rue à droite direction Source de la Buèges (pas de balisage). Après une minute, on arrive dans ce superbe site. On longe le bassin par la gauche et à son extrémité, on s’engage sur un sentier qui longe la rivière.

Le sentier, un peu chaotique par moments, se maintient à proximité immédiate de la Buèges et cela nous procure une petite dizaine de minutes de plaisir. Finalement, on vient buter sur une petite clôture qu’on franchit pour déboucher dans une vigne mélangée d’une olivette. Original. On longe cette vigne à main gauche en restant sur la large trace. Cinq minutes et on franchit une nouvelle clôture.

Le sentier reprend son cheminement en bord de rivière, toujours bien agréable et après cinq minutes on débouche à l’extrémité d’une routelette. S’engager sur celle-ci. Marcher trois minutes et, juste avant une vigne clôturée, prendre un chemin qui monte à gauche. On a donc maintenant la vigne à main droite et un vaste pré à main gauche avec de belles vues vers Pegairolles perché sur son rocher.

En haut de la montée, le chemin fait un virage à gauche et juste après, en face d’un ancien poteau indicateur, on prend en épingle à droite un sentier. A peine cinq minutes sur ce sentier arboré et on débouche sur une petite route. La prendre à droite. Deux minutes à peine sur cette route en descente et alors qu’elle s’apprête à tourner à droite, on la quitte pour une piste herbeuse en biais à gauche. A noter qu’il y a ici aussi un ancien poteau indicateur.

Marcher sur cette piste qui traverse une friche. On atteint son extrémité, c’est une espèce de zone de retournement. On a l’impression que c’est un cul de sac mais non, il faut avancer un peu et trouver une sente qui traverse la broussaille, descend dans un petit ravin puis remonte et débouche sur un autre chemin.

Prendre ce chemin à gauche. Deux minutes et à une fourche, on prend à gauche. Le chemin devient de plus en plus un sentier. Quatre minutes et on arrive à un carrefour. Prendre à droite en descente. Cinquante mètres et, à l’angle d’un muret à pierres sèches, prendre un sentier à gauche. Progressivement, on sort du sous-bois pour traverser une belle zone d’olivettes, puis on découvre au loin le joli village de St Jean de Buèges adossé à son rocher. On arrive alors à un carrefour avec un panneau de randonnée (50 mn). Prendre en épingle à gauche direction circuit de Peyre Martine, balisages PR et GRP. Après ce début de parcours non balisé, on va maintenant exclusivement cheminer sur des sentiers balisés.

On entame une montée régulière en sous-bois de chênes caducs puis de chênes verts. Pas grand-chose à voir. Après vingt minutes, on atteint une première épingle (à droite) et cela devient bien plus plaisant. Le sentier est parfaitement revêtu et les vues s’ouvrent en direction de la vallée. On découvre en contrehaut les falaises qui nous dominent. Plus on monte ét plus c’est beau. Arrivé en dessous de la falaise la plus haute et la plus verticale, je vous recommande de quitter le sentier pour vous élever de quelques mètres et rejoindre une vire bien visible du bas et qui parcourt toute la largeur de cette belle falaise. La vire est large et sans danger mais extrêmement spectaculaire. Elle ne va nulle part donc, arrivé au bout, faites demi-tour.

On reprend ensuite la montée sur le sentier avec des passages magnifiques. Plus haut, on retrouve le sous bois et finalement on arrive sur le plateau, fin provisoire de la montée. Franchir un portillon. Sur la partie qui suit, bien se fier au balisage GRP car le sentier zigzague pas mal et il y a des fausses pistes. Après trois minutes, on arrive à un panneau et on prend une piste à droite (2 h 10).

A peine trois minutes sur cette piste et attention, on en prend une autre à gauche. Pas évident. Il y a bien deux balises PR et GRP sur un rocher mais le panneau de tout à l’heure aurait été plus utile ici même. On reprend maintenant la montée dans un paysage de buis et avec désormais des vues lointaines en direction du Larzac et de l’Aigoual, voire plus loin par temps clair. Très joli.

Une petite descente, un petit col, une nouvelle montée et on arrive aux environs du point culminant du circuit, le sommet de Peyre Martine. Attention, ce sommet n’est pas bien individualisé et il ne faut pas manquer à ce niveau un sentier qui part à gauche avec un balisage bleu. Il permet en dix minutes aller-retour d’avancer sur le promontoire qui prolonge le sommet et qui permet de bénéficier de vues époustouflantes dans toutes les directions.

Revenu au sentier principal, on entame la descente. Elle n’est pas facile car elle traverse de nombreuses zones de lapiaz où il faut passer de rocher en rocher tout en ne perdant pas la trace. Heureusement, il y a un bon et bien utile balisage jaune.

En bas de la descente, on arrive à hauteur d’une croix sur la gauche (point de vue) puis il y a un carrefour. Un sentier balisé GR nous arrive de la droite. Encore quelques dizaines de mètres et on atteint un autre carrefour avec un panneau (3 h 15).

Raccourci à gauche en suivant le balisage jaune circuit de Peyre Martine, descente directe par le Cirque de la Séranne. Mais le parcours nominal continue tout droit, sans panneautage mais avec le balisage GR. On entame un long faux plat ascendant dans une végétation basse et clairsemée. Belles vues sur la gauche par moments. Ensuite, le sentier se stabilise puis on pénètre en sous bois et on entame une courte descente qui nous mène à un carrefour avec un panneau. On prend à gauche direction Séranne Pontel, balisage jaune.

Une descente très arborée avec quelques marches rocheuses puis on débouche dans le vallée de la Buèges et presque tout de suite on profite de magnifiques vues plongeantes, notamment en direction de Pegairolles perché sur son rocher.

En descendant, les vues sont encore plus belles. On découvre l’ensemble de la vallée jusqu’à la Séranne. Et en face de nous le versant dolomitique couvert de pinède du massif du Monthaut. Dans la descente, une étonnante portion de sentier bâti permet de franchir des dalles rocheuses inclinées. Quel boulot ! Plus bas, on s’émerveille d’un passage au pied d’un abri sous roche.

Cela fait une quarantaine de minutes qu’on a quitté le carrefour et on change de végétation. Les pins et la bruyère remplacent les chênes caducs, les érables et les amélanchiers. On est maintenant sur un substrat dolomitique. Puis on croise une piste. Encore trois minutes et on débouche sur la route (4 h 40).

On la prend à gauche. Marcher 100 mètres sur cette route déserte puis la quitter pour un sentier en biais à droite balisé jaune. Le sentier monte un peu puis redescend, tout cela dans une pinède aux sous bois de bruyère. Cinq minutes, on arrive à un carrefour, prendre à gauche. Un peu plus de cent mètres et on arrive à un autre carrefour avec une croix, on prend à gauche. Une courte remontée et on débouche sur la route. La prendre à droite en direction du village.

Cent mètres sur la route et on prend un escalier en biais à gauche, le balisage jaune est peu visible. En suivant le balisage jaune, on va maintenant effectuer une agréable traversée de ce très joli village. En suivant les balises peu visibles, on passe sous un porche, on débouche sur une placette, on prend à gauche, on longe un jardin public puis on redescend et on retombe sur la route. Faire gauche puis tout de suite à droite (toujours balisage jaune). On descend une rue récemment réhabilitée. En bas, on retrouve de nouveau la route.

Marcher à peine 100 mètres sur cette route en descente puis prendre un sentier en épingle à droite, toujours balisage jaune. Une minute et on arrive à une croix. Prendre en épingle à droite. On termine la descente vers la plaine par une dizaine de minutes de sentier bien sympathique. A la fin, on prend une piste à droite et on débouche sur une routelette.

Aller en face, balisage jaune. Tout de suite, carrefour, aller à gauche. Une minute et on arrive à un panneau indiquant qu’on est à Pontel. Continuer tout droit. Cinq minutes et on retombe sur la route. On la prend à droite et on retourne au parking randonneurs (5 h 25).

Accès et parking

Se rendre à St Martin de Londres. Prendre la D122 vers Causse de la Selle. Au Causse de la Selle, continuer sur la D122 vers St Jean de Buèges. En bas de la descente, juste avant St Jean, tourner à gauche sur la D122 vers Pegairolles de Buèges.

En vue de Pegairolles, tourner à droite direction Source de la Buèges, Parking randonneurs. Rouler jusqu’au parking et stationner là.

Terrain

Profil montagne : un peu de plat pour se mettre en jambes puis un peu plus de 600 mètres de montée et ensuite 600 mètres de descente (avec une petite remontée entre temps). Sentiers plutôt bons dans la montée. Passages pénibles de lapiaz dans la première partie de la descente. Sentiers caillouteux et rocheux en fin de descente.

Paysage

J’aurais pu appeler cette rando « la quintessence de la Buèges », cette superbe vallée qui a vraiment de la gueule. Deux beaux villages (Pegairolles et St Jean vu de loin), des vignes, des olivettes, une source, une rivière, des passages dans les falaises, des cirques rocheux, des sentiers bâtis, des vues en enfilade sur toute la vallée et aussi en direction du Larzac et de l’Aigoual, une végétation variée (chênes caducs dans les endroits frais, chênes verts dans les endroits secs, buis sur les hauteurs, pins et bruyère dans les secteurs dolomitiques). Tout cela quasiment exclusivement sur des sentiers (très peu de piste ou de route). Un vrai bonheur.

Epoque

Novembre et début décembre pour les couleurs des chênes. Avril mai pour la floraison de la garrigue.

Réalisable tout l’hiver à condition de choisir une journée sans trop de vent. Eviter juin à aout, trop chaud.

Fréquentation

Essentiellement des chasseurs et des autochtones dans la vallée entre Pegairolles et St Jean. Sur le reste du parcours, pas mal de monde, le secteur est (à juste titre) renommé et plutôt fréquenté.

Eau

Non.

Raccourcis

Descente directe dans le cirque de la Séranne (gain de temps : 1 heure environ).

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.