Le Pic St Loup par la Diagonale : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur montagnard
La note des internautes : 17.08 - Nombre de notes : 12
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2742ET
explicationsDate de mise à jour13/04/2003
explicationsDurée4 h 00
explicationsDénivelée560 m
explicationsPériode recommandéeavril mai juin septembre

Le Pic St Loup par la Diagonale : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Du col, prendre un large sentier vers le Sud-est. On peut déjà admirer la face Nord du Pic, dans laquelle on se demande où peut bien passer un itinéraire de randonnée. Cependant, la vire diagonale arborée, bien visible, nous donne la clé . Marcher sur ce sentier rectiligne, légèrement descendant, en ne cherchant pas à prendre les raccourcis à droite. La végétation est peu dense, chênes verts, buis et cades essentiellement.

Après un large virage à droite, on atteint un carrefour. Ne pas prendre à gauche le sentier qui descend, mais poursuivre tout droit. Traverser une zone dégagée, couverte de graminées et de genêts scorpion. A l'extrémité de cette zone, on entre dans la forêt. On fait cinquante mètres sous le couvert des arbres et on quitte le sentier principal pour une sente qui monte à gauche, marquée par un cairn, une balise jaune et une balise rouge.

On s'élève alors assez fortement, droit dans la pente, sous les chênes verts. Plus haut, on quitte la forêt et la progression se fait alors dans un pierrier pas facile. Plusieurs traces cohabitent. On monte toujours plus ou moins dans l'axe de la pente en suivant la meilleure trace.

Lorsqu'il n'est plus possible de monter dans l'axe (35 mn), on est une dizaine de mètres en contre bas de la face Nord proprement dite, vaste paroi rocheuse à peu près verticale. Le Cirque des Escargots est à notre droite, la vire diagonale à gauche. On s'engage alors sur un sentier qui se dirige vers la vire en question. Quelques passages au début réclament l'aide des mains, mais on est encore sur un terrain randonnable. Plus haut, on est même sur un bon sentier, s'élevant en même temps que cette providentielle vire arborée. Puis les choses se corsent.

On arrive au premier passage délicat. Il est encore temps de renoncer. Pour ceux qui continuent, le passage peut être côté II en escalade. Attention toutefois au rocher marbré.

Un court replat et on attaque la seconde difficulté, une grande dalle inclinée. C'est impressionnant mais facile. Cependant, il ne faut pas tomber. Oppositions et coincements de pieds, bonnes prises pour les mains.

Après cela, un bout facile, et on arrive au troisième ressaut. C'est le plus dur. Un passage de III puis du petit II et c'est la sortie sur la crête, au soleil.

Aller à droite, en restant vraiment sur la crête, le sentier balisé en vert s'en éloignant fréquemment et inutilement. En effet, il s'adresse aux touristes qui ont le vertige.

Finalement, on atteint le sommet du Pic St Loup (1 h 30) avec sa chapelle et sa vieille tour de guet déglinguée. Beaucoup de monde en général, ça parle, ça mange, ça boit, ça fume. Pas la peine de s'attarder, on attaque la descente par l'arête Ouest.

L'ambiance est remarquable, on suit le fil de l'arête, entre 300 mètres de vide à droite et la végétation du versant Sud à gauche . Aucune difficulté. Un récent balisage rouge confirme que c'est bien là qu'il faut passer. En effet, il y a une sente un peu en contre bas dans le versant Sud, mais on l'ignore superbement.

On dépasse le Cirque des Escargots, puis ça remonte un peu. En haut de cette montée, l'arête devient mal définie et végétative, et il est temps de se rabattre sur le sentier. L'intelligent balisage rouge le confirme.

Il ne reste plus alors qu'à suivre ce balisage, ce qui demande parfois un peu d'attention. Il a été conçu pour la montée et pas pour la descente. Les points rouges sont assez rapprochés et si vous restez un moment sans en voir, c'est que vous vous êtes gouré et qu'il faut faire demi-tour. Avec cette méthode, pas de surprise.

Donc, ne pas s'affoler quand à un moment donné on descend franchement dans le versant Sud, comme si on allait rejoindre Cazevieille (non, non, pas ça !) mais il s'agit juste d'éviter le principal ressaut de l'arête, qu'il serait déraisonnable de vouloir désescalader.

En descendant davantage, le sentier est de plus en plus facile, mais forcément un peu moins joli. Le balisage se perd sur la fin et on descend au mieux dans les lapiaz, en direction de l'Ouest. Finalement, après avoir laissé sur la gauche la tour ruinée de Cazevieille, on tombe sur le GR, immanquable, qu'on prend à droite (3 h).

On passe alors un col mal défini, et on pénètre progressivement dans le versant Nord. Descente, jolie portion plate, redescente et on atteint un carrefour en T.

Laisser le GR partir à gauche et prendre à droite. On effectue alors un joli parcours en forêt . En route, à un carrefour, continuer tout droit en ignorant un sentier qui descend à gauche.

Finalement, on retrouve notre carrefour de l'aller et on revient au parking en refaisant le chemin à l'envers.

Accès et parking

Se rendre à St Mathieu de Tréviers. A la sortie du village, au rond point, prendre à gauche la D1 en direction de St Martin de Londres. S'engager alors sur cette magnifique route qui passe entre l'Hortus et le Pic St Loup, le tout dans une superbe pinède. Après 6,5 Km, la route arrive à un col et fait un virage serré à droite. Parking sur le côté gauche dans le virage.

Terrain

Ce parcours se situe à la limite haute de la catégorie randonnées. La montée, l'ascension peut-on dire, par la vire diagonale présente trois passages délicats, assez exposés, où la chute est interdite. De plus, il s'agit d'un itinéraire relativement engagé. Par exemple, si vous coincez pour passer la 3eme difficulté, il y a peu de chances que vous arriviez à désescalader les deux précédentes... donc demi-tour impossible.

Conclusion: ne vous engagez pas seul(e) sur ce parcours, emmenez une corde okazou, et surtout qu'il y en ait au moins un parmi vous qui soit sûr de son niveau sur ce type de terrain.

En revanche, la descente de l'arête Ouest est plus ludique que difficile.

Paysage

Le Pic Saint Loup est la montagne des montpelliérains. Impossible de la manquer, on la voit de partout. Et en plus, elle est très belle. Pas un randonneur de Montpellier qui ne soit monté au Pic. Et il n'y a pas que des randonneurs qui y montent …

L'essentiel des candidats au sommet passe par le versant Sud, de préférence au départ de Cazevieille. Evidemment, ce n'est pas ce parcours que je vais vous proposer.

Il y a quatre accès originaux pour accéder au sommet (en fait, il y en a davantage, mais les autres sont indescriptibles). Les deux arêtes, Est et Ouest, et deux passages dans l'imposant versant Nord, un qui emprunte la vire diagonale, l'autre qui se hisse sur la crête environ 200 mètres à l'Ouest du sommet. Cela fait l'objet de deux circuits. Une montée par la diagonale et une descente par l'arête Ouest, c'est ce que je vous propose ici. Une montée par l'arête Est et une descente entre le 1er et le 2eme éperon, c'est un autre topo.

Ce circuit n'est pas facile et n'est pas à la portée de tout le monde mais vous serez récompensé de vos efforts. Arrivé au sommet par le versant Nord, vous regarderez d'un oeil hautain ceux montés par l'autoroute à touristes de Cazevieille. Et en descendant l'arête Ouest, facile, vous prolongerez le plaisir en dominant à la fois le monde austère de la face Nord toujours sombre et le monde chaleureux du versant Sud qui s'étale en pente douce, avec en toile de fond la Méditerranée.

Epoque

Compte tenu des passages d'escalade dans le versant Nord, qui ne voit presque jamais le soleil, il convient d'éviter l'automne et l'hiver, disons d'octobre à mars, afin de ne pas se mettre en danger sur un terrain humide et glissant.

A l'opposé, en été, il fait très chaud sur tout le reste du parcours. La bonne époque est donc avril, mai, juin et plutôt après le 15 avril parce que la chênaie caducifoliée et ses sous-bois se parent de leur feuillage. Septembre n'est pas mal non plus.

Par ailleurs, éviter les jours humides, par exemple quand il y a des entrées maritimes. Mieux vaut que le vent soit au Nord Ouest pour sécher le rocher. Pas trop fort quand même pour ne pas rendre désagréable le parcours de crête.

Fréquentation

Malgré sa difficulté, le parcours de la diagonale est assez fréquemment utilisé. L'arête Ouest l'est aussi et ceci depuis qu'elle est balisée. Mais ce ne sera jamais la grande foule. Au sommet, en revanche, à moins d'y passer à une heure très matinale, il y a évidemment toujours beaucoup de monde.

Eau

Non.

Raccourcis

Non.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.