La Manufacture Royale de Villeneuvette : le résumé

explicationsIntéressantRandonneur moyen
La note des internautes : 16.83 - Nombre de notes : 6
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2643OT
explicationsDate de mise à jour10/04/2017
explicationsDurée4 h 10
explicationsDénivelée400 m
explicationsPériode recommandéeavril

La Manufacture Royale de Villeneuvette : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Attention : Du fait du mauvais fonctionnement du serveur de Free, les diaporamas plantent régulièrement, je vous prie de m'en excuser.

Sur le parking, ne pas suivre la direction indiquée par le panneau de randonnée « circuit des garrigues » maos retourner à la rue par laquelle on est arrivé et la prendre à gauche vers le village. On passe devant la mairie (à droite), on repère rapidement qu’on est quand même sur un balisage jaune. On arrive à un petit rond point, on prend à gauche en direction d’une tour qui marque l’entrée du vieux village médiéval.

Passer sous le porche et remonter la belle rue en escalier. En haut, à la fin des pavés, prendre à gauche et vingt mètres plus loin, prendre à droite. Le balisage jaune est ici mal compréhensible. On est maintenant dans une petite rue qui monte et on retrouve bien les balises jaunes.

Marcher deux minutes puis quitter cette rue pour un sentier sur la gauche, toujours balisé jaune. On évolue maintenant dans une garrigue basse et sur un beau chemin tracé au creux d’un vallon. Six ou sept minutes sur ce sentier et on débouche sur une piste. On la prend à droite (on quitte le balisage jaune). Deux minutes et on prend une autre piste à gauche. Celle-ci se met à monter, fait un large virage à droite puis deux épingles et se termine au niveau d’un abri en bois sur la gauche.

On poursuit alors sur un beau sentier horizontal qui nous offre une agréable vue d’ensemble sur les vallonnements qui jouxtent le village de Nebian.

Cinq minutes sur ce sentier et on arrive au niveau d’un pylône. Ne pas continuer en descente mais faire épingle gauche et attaquer une montée dans la garrigue. Une dizaine de minutes de montée bien tracée et on débouche sur une piste.

La prendre à gauche. Les vues s’ouvrent maintenant vers le Pic de Vissou et le Mont Liausson. On évolue ainsi pendant huit minutes environ jusqu’à un réservoir au milieu d’un bosquet de pins. Ici, ne pas prendre la piste qui descend à gauche mais tourner à droite. Changement de paysage, on a maintenant en point de mire le Pic Baudille et le rebord de plateau du Larzac.

Rapidement, on remarque que les pentes alentour sont couvertes de clapas, de capitelles et de murs à pierres sèches de tailles imposante, conférant au paysage un charme particulier. Un peu moins de dix minutes dans cette ambiance et on arrive au point haut du parcours de cette piste. Sur la gauche, il y a une belle capitelle.

On entame ensuite la descente. Un virage à droite et le paysage change encore, cette fois c’est vue sur les faubourgs de Clermont l’Hérault ! Puis on entre dans une zone davantage boisée. Cette partie de parcours est un peu fastidieuse mais la piste est en descente, il n’y a qu’à se mettre en roue libre.

Après à peine dix minutes, carrefour, on fait épingle gauche, toujours en descente. Encore dix petites minutes et on arrive en bas de la descente. On franchit une barrière (1 heure 25) et juste après, on prend une petite piste sur la gauche indiquée vois sans issue.

Ici débute une courte portion délicate en orientation. Après une centaine de mètres, la piste fait un brutal virage à gauche, il faut ici la quitter pour un sentier qui continue tout droit et est balisé par un point vert fluo (attention à ne pas prendre un autre sentier qui part sur la droite).

Faire 25 mètres sur le sentier puis le quitter pour une trace qui démarre au milieu de grands genêts et qui est elle aussi indiquée par un point vert fluo. La trace se faufile dans les genêts (quelques coups de sécateur supplémentaires seront les bienvenus) puis s’incurve à gauche et on est alors dans une friche qui longe le jardin d’une propriété privée sur la droite.

La trace est bien nette. Après à peine 100 mètres dans cette friche, on franchit un petit ravin arboré. Une fois de l’autre côté, on débouche dans une zone humide et grasse. On ne prend pas la sente qui part à gauche mais on continue plus ou moins tout droit. Ici, il y a parfois plusieurs traces dans les genêts et les lauriers-tins (quelques coups de sécateur supplémentaires seront les bienvenus), c’est pas facile à suivre mais l’idée est toujours de longer le vaste jardin de la propriété à notre droite.

Cela ne dure qu’une cinquantaine de mètres puis la sente s’incurve à droite en direction d’une trouée dans une haie. On franchit cette trouée et on débouche à l’angle d’un champ cultivé. Prendre à droite de façon à longer le champ à main gauche et une haie d’arbres à main droite.

Environ 50 mètres plus loin, repérer une trouée dans la haie d’arbres (point vert fluo) et s’y engager. On escalade un petit clapas et on débouche alors sur un sentier bien tracé. Le prendre à gauche. Une minute et on débouche cette fois sur une allée qui mène à une maison (celle du grand jardin). En quelques dizaines de mètres, on rejoint la route départementale. Fin du parcours compliqué qui n’aura duré que cinq bonnes minutes si vous ne vous êtes pas trompé !

Traverser la départementale, aller jeter un œil à Notre Dame du Peyrou (malheureusement ne se visite pas) puis prendre la petite route indiquée interdite au plus de 3.5 tonnes sauf riverains. Une petite dizaine de minutes sur cette route et on la quitte pour une piste à gauche, juste avant une petite construction avec un toit pointu (puits ?).

Sept ou huit minutes sur la piste et on pénètre en forêt en franchissant un passage entre deux blocs rocheux. On est maintenant dans le domaine départemental de Villeneuvette.

Juste après, on tombe sur un sentier qu’on prend en biais à gauche. Cinquante mètres et on arrive à un carrefour. A gauche, une belle allée. A droite, on prend le balisage jaune. On va maintenant suivre ce balisage. Le sentier se met à monter dans une belle forêt et on note qu’on est désormais dans le monde du grès.

En haut de la montée, au carrefour, prendre à droite (balisage jaune), on arrive immédiatement au bassin désormais vide mais qui servait à l’époque à la manufacture de Villeneuvette. Faire le tour du bassin. On retombe ensuite sur le balisage jaune qu’on prend à droite.

On évolue maintenant sur un superbe chemin horizontal construit à l’époque où il y avait un canal (qu’on devine sur la droite du chemin mais qui est désormais abandonné). Plus loin, on sort de la forêt et on bénéficie de jolies vues sur le Vissou puis le Liausson ainsi que vers le bas du vallon.

Le sentier se met ensuite à descendre, fait un virage à gauche, pooursuit sa descente un peu plus violemment puis rejoint le bord d’un cours d’eau souvent à sec. On longe ce cours d’eau, on en rejoint un autre plus important (la Dourbie, c’est pas la même qu’à l’Aigoual). On laisse des anciens équipements hydrauliques sur la droite puis on remarque un superbe aqueduc.

Le sentier se poursuit, vraiment très agréable et finalement arrive à proximité des maisons de Villeneuvette. Ici, le sentier balisé tourne à gauche (panneau du domaine départemental) mais on préfère prendre l’escalier en face qui descend aux maisons.

En bas de l’escalier, on prend à gauche et on pénètre dans Villeneuvette, ancienne manufacture royale (vous vous renseignerez sur son intéressante histoire). Belle rue rectiligne. On rejoint la jolie place (2 heures 30). Ici, on prend la rue à gauche, cela nous permet d’admirer quelques maisons d’habitation bien fleuries. On sort du village en passant sous un porche. On est sur le parking du village.

On prend à droite et 20 mètres plus loin encore à droite. On longe ainsi le village par l’extérieur et on rejoint rapidement la porte principale (Honneur au Travail). On laisse alors le parking visiteurs sur la gauche et on arrive à la route départementale au niveau de l’entrée de l’Hôtel de la Source (sur la droite).

Ici débute la partie la plus dangereuse du parcours. En effet, il faut marcher le long de la route départementale pendant environ 150 mètres, et notamment franchir le pont sur la Dourbie, pont au niveau duquel il n’y a pas de trottoir ni d’accotement. Faire très attention à ce passage car ça roule fort sur cette route.

Une fois franchi ces 150 mètres, on quitte la route avec plaisir pour une petite route indiquée par un panneau « centr ». Il manque un bout du panneau. On arrive de suite à un parking. On continue sur la petite route qui monte. Elle fait un virage à droite. On la quitte pour une sente sur la gauche qui se faufile dans la végétation et permet de couper un virage. Du coup, on retrouve la routelette un peu plus haut.

On la prend à gauche, le goudron se termine et une fourche se présente. Prendre la branche de gauche, c’est un bon sentier horizontal. Six ou sept minutes sur ce bon sentier sous un couvert végétal agréable et toujours dans le monde du grès et on repère l’amorce d’une montée raide et très ravinée.

Ici, sur la gauche, il y a ce qui ressemble à une descente d’eau ravinée elle aussi. C’est pourtant le départ d’un sentier qu’on va emprunter. S’engager prudemment sur cette sente très ravinée qui, plus bas, se met à ressembler un peu plus à une sente. Cinq minutes de descente et on débouche à l’angle d’un terrain de foot.

Viser l’angle opposé. On est maintenant sur un chemin. Pour info (si vous avez faim), en prenant ce chemin à droite, une table de picnic est à dispo 50 mètres plus loin.

Si vous n’avez pas faim, on prend le chemin à gauche, il descend jusqu’à un ruisseau qu’on traverse sur une passerelle dans un joli cadre. Sur l’autre rive, prendre en face et pas à droite. On remonte un peu, à la fourche, on prend à gauche et on débouche de suite sur une route.

Marcher 50 mètres sur le bas côté de la route puis la traverser juste avant un petit pont afin de prendre un large chemin sur la droite. Ce chemin est assez défoncé. Il fait un virage serré à droite et à partir de là, on peut prendre une sente sur la droite qui permet d’éviter le chemin dégradé.

Plus haut, on retrouve le chemin. Il y a un replat puis la montée reprend et il faut alors prendre une sente mais sur la gauche cette fois-ci. Plus haut, on retrouve le vilain chemin au niveau d’un virage à gauche. Ne pas prendre une trace à droite qui monte dans la pente et qui est encore plus ravinée mais rester sur le chemin qui monte encore pendant une minute puis fait une pause et devient alors bien revêtu.

Quatre ou cinq minutes plus tard, carrefour. On prend à droite une monotrace qui monte dans la pente. Cela parait raide mais ça passe bien, on s’élève dans une belle végétation et la sente est bien tracée. Après quelques virages sur la haut, on débouche finalement brutalement sur une piste dans une pinède.

Prendre la piste à droite. Au premier carrefour, continuer tout droit. On retrouve le balisage jaune. Encore cinq minutes de montée un peu fastidieuse et on arrive à un panneau explicatif. Fin de la montée. On découvre d’abord les vues vers l’Ouest jusqu’au Caroux puis les vues vers le sud jusque la mer. Le paysage environnant est peu habituel, falaises calcaires et garrigue basse avec quelques pins ici ou là.

Une descente (en suivant bien le balisage jaune) nous amène ensuite en cinq minutes de piste à un point bas. Ici, un sentier démarre en biais à droite, balisé jaune. Juste après, panneau, ne pas prendre à droite la variante bleue mais continuer sur le jaune.

On débute un très agréable parcours non loin du bord de falaise. Le sentier est vraiment joli et au printemps (avril), il sinue au milieu d’un véritable tapis de fleurs. Puis on atteint une zone de pins. Noter un promontoire rocheux sur la droite. Et on arrive à une zone de picnic équipée de deux tables (3 h 35).

En restant sur le balisage jaune, on entame alors une très agréable descente sur un sentier bien aménagé et bien tracé. Une petite dizaine de minutes de descente et on rejoint un grand chemin (de la droite arrive la variante). Le prendre à gauche (toujours balisage jaune).

Six minutes sur ce chemin et au carrefour, prendre à gauche une piste cimentée. Encore trois minutes et au carrefour, prendre à droite la routelette en direction du village. Trois minutes et peu après les premières maisons, au carrefour, ne pas prendre la rue balisée jaune à droite mais continuer tout droit.

On marche encore trois minutes entre les maisons et, juste après le numéro 8 de la rue, prendre à droite « la Calade ». C’est une ruelle caladée qui se faufile entre les jardins, très sympa. Après plusieurs virages, elle finit par rejoindre la rue dans laquelle on était précédemment (noter qu’on passe à côté d’une maison avec un oranger et un citronnier, témoin de la douceur du climat dans ce coin).

On prend donc la rue George Sand à droite et 50 mètres après, on prend une autre rue en descente qui nous ramène en une minute à la tour qui marque l’entrée du village médiéval. Il ne reste plus qu’à retourner au parking (4 h 10) mais vous pouvez aussi flâner dans les quelques ruelles de ce village plein de charme.

Accès et parking

Sur l’A75, sortie 57. Au premier et au second giratoire, suivre la direction Clermont l’Hérault, Nebian par D2. Au troisième giratoire (entrée de Clermont), prendre à gauche la D609 vers Nebian.

Rouler environ 1 Km, entrer dans Nebian. Encore 300 mètres et à un carrefour, prendre à droite. Il y a ici deux directions possibles, ne pas aller vers Pinet mais aller vers le centre du village (école).

Cette rue rectiligne se dirige vers le village, au premier carrefour aller tout droit direction parking et au second carrefour aller à gauche direction parking. On tombe de suite sur le parking en question.

Terrain

Randonnée plutôt courte avec un dénivelé raisonnable mais en profil de montagnes russes. Du coup, pas si facile que ça. Notamment, la dernière montée sur le causse de Nebian peut s'avérer éprouvante.

A notr un court passage (à peine 5 minutes) où il n'est pas facile de trouver le bon chemin.

Paysage

J'ai appelé ce topo La Manufacture Royale de Villeneuvette parceque c'est vendeur et que la rando sera ainsi mieux référencée sur Google…!!!

Le PR qui visite l'ancien bassin et les anciens canaux puis qui longe la rivière et traverse le village est vraiment très beau. Mais dans ce circuit, il n'y a pas que ça.

On découvrira également le village de Nebian, ses environs vallonés en début de rando et son causse aux paysages de garrigue basse en fin de rando. De jolis sentiers parcourent ces secteurs.

Seule la transition entre Nebian et Villeneuvette est un peu longuette mais sans être jamais vraiment ennuyeuse.

Epoque

Radonnée réalisable tout l'hiver mais la meilleure époque c'est quand même le mois d'avril lorsque la garrigue est en fleurs.

Fréquentation

Proximité de plusieurs villages, passage sur le site départemental de Villeneuvette donc toujours un peu de monde sur ce parcours (joggers, vtt, promeneurs, etc.).

Eau

Eau non potable à Villeneuvette (non potable signifiant non contrôlée, à vous de juger).

Raccourcis

On peut shunter le PR du domaine départemental de Villeneuvette mais ca serait vraiment dommage !

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.