La Source du Lamalou : le résumé

explicationsDeux coeursRandonneur moyen
La note des internautes : 14.6 - Nombre de notes : 5
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2742ET
explicationsDate de mise à jour15/12/2020
explicationsDurée, Dénivelée, Distance4 h 00 - 300 m -14,7 Km
explicationsPériode recommandéeavril octobre novembre
explicationsTelecharger le fichier GPXFichier GPX

La Source du Lamalou : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires. Rendez-vous également sur la nouvelle chaine YouTube et abonnez-vous ! Merci !

Prendre la D122 en direction du Col de Fambétou (donc vers le Sud) avec le Pic St Loup en point de mire. Après 700 mètres, et 50 mètres avant le départ d’une piste sur la gauche, quitter la route pour un sentier sur la droite dont le départ est peu visible mais qui devient ensuite très bien marqué.

Une minute et on croise une espèce de grand chemin bordé de pneus, on continue en face sur un bon sentier. Un peu plus de 5 minutes et on sort du sous-bois pour découvrir une immense propriété privée. On vient buter sur le grillage. On prend à droite pour longer ce grillage à main gauche et en deux minutes on rejoint une petite route qu’on prend à droite.

Rapidement, cette route se met à descendre et on découvre alors au loin un paysage de falaises en escalier dont la couleur très claire, presque blanche, est étonnante. Il s’agit ici de calcaire crayeux formé par la présence d’une mer peu profonde à l’époque de l’éocène (50 Ma), un faciès de roche qu’on ne trouve que rarement dans la région.

La route se termine à l’entrée d’une maison d’artistes. On s’engage alors sur un chemin qui part à droite de la maison. Quatre minutes et on arrive en bas de la descente, on franchit un ravin puis on atteint un carrefour en T où on prend à droite. Une vingtaine de mètres et on débouche dans le paysage vu au loin tout à l’heure.

On s’engage alors dans cette zone en forme de gradins inclinés. Dans un premier temps, on va se tenir sur l’avant-dernière marche de ces gradins. On évolue ainsi en légère montée sur cette sorte de très large vire pendant environ 300 mètres. Puis, à l’endroit où cette vire est traversée par une zone herbeuse et caillouteuse, on tire à gauche par une sente afin de s’élever d’un cran et on rejoint un bon sentier. Ce sentier très bien marqué évolue maintenant sur la partie la plus haute des gradins.

Encore environ 300 mètres et au lieu de suivre le sentier qui part vers la gauche dans la garrigue, on continue à longer le rebord des falaises. Cinq minutes, en n’oubliant pas de se retourner de temps en temps, et on atteint une immense zone horizontale et totalement lunaire, vraiment insolite et pittoresque.

Puis on entame une légère descente. Ici, il n’y a plus de sentier, on suit le bord de falaise. Après un virage à gauche puis un autre à droite, on retrouve un sentier qui continue à longer le site, certes un peu moins spectaculaire de ce côté mais avec des vues en direction des Cévennes tout au fond.

Il faut bien rester sur ce sentier et ne pas se laisser entrainer par des traces qui descendent à droite dans la pente caillouteuse.

Notre sentier bifurque ensuite brutalement à droite (cairn) puis descend dans une pente très ravinée (cairns) et rejoint une ancienne piste. Repère, sur la gauche, un portail rouillé. On va alors à droite sur cette vieille piste et 60 mètres plus loin, on rejoint un large sentier bien marqué. On le prend à gauche. Très raviné, il nous mène en trois minutes à la passerelle du Moulin de Rouet sur le Lamalou (1 heure). On y repassera tout à l’heure !

On franchit la passerelle et on remonte par un large chemin. Un peu plus de cinq minutes et on rejoint la chapelle Saint Etienne de Gabriac (12eme siècle, fermée). Pénétrer dans le cour, le site est sympa.

En sortant de la cour, prendre la route à droite, dépasser la maison puis s’engager sur le parking en terre et viser un poteau, c’est le départ d’un sentier qui plonge en descente. Une minute de descente et on traverse une petite route, on continue en face sur un autre sentier qui remonte.

Cinq minutes de montée et on atteint un col. On bascule alors côté plaine de Notre Dame de Londres. Cinq minutes de descente sur un sentier caillouteux et on rejoint l’extrémité d’une piste herbeuse qui devient plus loin une petite route goudronnée. On chemine horizontalement au milieu des prés puis une nouvelle petite descente nous amène à la route départementale.

On ne la prend pas, on fait épingle droite pour s’engager sur une piste. Une petite dizaine de minutes et à un carrefour, on prend à gauche afin de traverser un ravin et de rejoindre les premières maisons de Notre Dame de Londres.

On arrive alors dans la rue du Pioch Redon puis on débouche de nouveau sur la départementale. La traverser pour aller légèrement à droite et pénétrer dans le cœur du village fortifié par la rue de l’Eglise. On arrive ensuite Place de l’Eglise (1 h 40). On apprécie l’architecture des lieux. On poursuit par la rue du Four et on sort par la rue des Remparts.

On est à nouveau sur la départementale, on prend à droite puis de suite à gauche rue de la Treille. On est maintenant accompagné par un balisage GR et CD34. A la première fourche, on prend à droite. Ca descend un peu et on quitte les dernières maisons.

Cinq à six minutes et après avoir dépassé un pré de centre équestre sur la droite, on abandonne le GR qui continue tout droit pour prendre une petite route à droite. Rapidement, le goudron cède la place à la terre. On marche cinq à six minutes. On arrive à une fourche avec un panneau solaire sur la gauche. On prend la branche de droite. On ignore à droite un chemin qui mène à une maison. On continue tout droit pendant 50 mètres puis, à hauteur d’un autre panneau solaire qui nous tourne le dos, on quitte la piste pour un chemin sur la droite.

On longe la clôture de la maison au panneau solaire puis notre chemin se met à monter, tourne à gauche et devient ensuite un bon et large sentier. Belles vues sur la gauche sur les petites falaises et les badlands environnants.

Un gros quart d’heure et insensiblement la montée cesse. On rejoint un large col. Le chemin devient plus étroit, on traverse un pierrier et on retrouve la vue vers le Pic St Loup indiquant qu’on a passé le col. Le sentier s’incurve à gauche, on ignore un sentier qui part à droite (cairn) et on est maintenant sur une sente caillouteuse horizontale. Deux minutes et la sente tourne à droite en devenant herbeuse. Juste après, elle tourne à gauche et devient un large chemin.

Deux minutes et on rejoint une grande piste qu’on prend à droite. Dix minutes sur cette piste en légère descente et on rejoint la route d’accès au hameau du Lamalou (qui porte le nom du cours d’eau à moins que ce ne soit l’inverse).

On prend à droite, on marche un peu plus de cinq minutes et on arrive à un carrefour en T où on prend à gauche. Encore trois minutes de route et juste avant de franchir le pont sur le Lamalou, on quitte la route pour un sentier à gauche.

Agréable parcours en sous bois le long de la rivière avec quelques jolies cascatelles. A une fourche, prendre la branche de droite. Trois minutes et on quitte le sous bois. Le sentier se met alors à monter dans la garrigue puis il redescend et on atteint alors le secteur de la source du Lamalou (2 h 50).

Pour réellement voir la source, c’est scabreux car il n’y a aucun aménagement, il faut avancer au milieu des rochers et des arbres, bref je ne vous le recommande pas et vous pouvez vous contenter de profiter des rochers plats au bord de l’eau.

Si le niveau d’eau le permet, vous pouvez vous offrir un bonus et traverser sur des pierres. Sur l’autre rive, vous découvrirez rapidement le départ d’un sentier. Deux minutes en sous bois et à la sortie de celui-ci, vous prenez en épingle à gauche un sentier qui monte. Encore deux minutes et vous arrivez au dolmen du Lamalou, sans doute le plus volumineux de la région. Bien conservé, vous pouvez pénétrer à quatre pattes à l’intérieur.

Demi-tour, vous redescendez au carrefour deux minutes plus bas. Ici, en allant à gauche, vous pouvez tenter de retourner à la route départementale en restant sur la rive gauche du Lamalou mais il faudra traverser deux ruisseaux affluents sur des pierres branlantes et quand il y a vraiment beaucoup d’eau, les pierres sont submergées donc on ne passe plus du tout !

La trace GPS du topo représente ce parcours car en décembre 2020, le niveau de l’eau était assez bas.

S’il semble y avoir trop d’eau, vous retournez à la source et vous faites le chemin à l’envers pour rejoindre la départementale.

Prendre alors la route à droite et marcher un peu moins de 200 mètres sur le côté gauche de la route. On franchit alors un tout petit pont marqué par des bornes blanches. Juste après la seconde borne, quitter la route pour un sentier dont le départ est peu visible. Il longe un pré.

Ensuite, on alterne sous-bois et prés, on longe le Lamalou de plus ou moins loin et le parcours est agréable. Après dix minutes, on retrouve la passerelle du Moulin de Rouet déjà vue précédemment.

Franchir le pont puis marcher 30 mètres et quitter le sentier principal pour un petit sentier sur la gauche. Celui-ci longe au plus près la rivière puis, trois minutes plus tard, rejoint une belle cascade. Un lieu idéal pour faire une dernière pause.

Depuis les bords de cette cascade, il y a deux départs de sentiers, on prend celui de gauche, celui qui monte le moins et qui est plus ou moins parallèle au Lamalou. Il s’élève puis disparait en rejoignant une zone de rochers plats dominant un petit cirque de falaises, très joli.

On s’avance sur ces rochers plats jusqu’à l’extrémité de cette zone et on vise alors le départ d’un sentier en biais à gauche. Au début il est bien marqué puis il devient moins visible car très raviné mais cela ne dure pas et à plus haut on retrouve une trace bien marquée. On longe d’assez loin une ligne de falaises sur la gauche.

Puis on change totalement de paysage en pénétrant dans une pinède et en remarquant sur la droite des zones de marnes jaunes. On a quitté la cascade depuis une vingtaine de minutes et on arrive sur un vaste replat dégagé, le Puech Aurou. Belle vue vers l’Est puis vers le Pic Saint Loup.

On rejoint alors une piste (celle qui permet d’accéder au réservoir) qu’on prend à droite en descente. Sept ou huit minutes dans un agréable sous-bois et on tombe sur un portail fermé. Pas de panique, il y a un passage discret pour piétons sur la droite.

La piste se transforme ensuite en petite route et débouche dans les prés à proximité du hameau des Camps qui dépend de la commune de Rouet. Ce hameau semble en pleine expansion avec des constructions en cours et une voirie rénovée. On arrive alors au carrefour avec la départementale, on prend à droite et on termine par 600 mètres de petite route pour rejoindre le parking (4 heures).

Accès et parking

RD122, commune de Rouet, 600 m avant Les Camps en venant du col de Fambétou. Dégagement sur la droite au départ d’une piste. Il existe un autre dégagement 350 mètres avant.

Si vous avez un seul véhicule, vous pouvez aussi stationner au parking du hameau des Camps mais il est avant tout réservé aux habitants donc pas de convoi de voitures s’il vous plait.

Terrain

Circuit de plaine, sans difficulté mais quand même assez long (presque 15 Km). Les chemins ne sont pas trop mauvais dans l’ensemble sauf sur quelques portions.

Paysage

J’ai fait paraitre une première version de cette rando en septembre 2020 mais elle a été victime de son succès. Des riverains s’étant plaints de voir passer trop de monde devant chez eux, la rando a été retirée du site !

Du coup, il m’a semblé indispensable de remanier le circuit en conservant ses points forts.

Vous retrouverez donc les étonnantes dalles de calcaire crayeux du causse de Gabriac puis les bords du Lamalou avec sa source et son dolmen (en option). Cette partie du parcours vaut réellement le déplacement. J’ai également conservé le passage dans le joli village de Notre Dame de Londres et à l'église Saint Etienne de Gabriac.

Le reste du parcours est constitué de secteurs de transition qui ne sont jamais rébarbatifs sauf le début et la fin qui se déroulent sur une petite route.

Epoque

De octobre à avril avec une préférence pour novembre décembre avec les couleurs d’automne et de l’eau dans le Lamalou, et pour avril avec le démarrage du printemps

Evitez de faire cette rando juste après de fortes pluies car le Lamalou en crue vous empêchera de parcourir une des parties les plus intéressantes du parcours. A noter que cette rivière au bassin versant assez réduit monte très vite en charge mais redescend également assez vite.

Fréquentation

Faible.

Eau

Non.

Raccourcis

Ne pas faire l'aller-retour à la source du Lamalou (gain de temps : 20 minutes).

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.