Les corniches du Méjean : le résumé

explicationsA faire absolumentRandonneur montagnard
La note des internautes : 17.71 - Nombre de notes : 24
Secteur géographiqueCausses
Carte IGNTop25 2640 OT
explicationsDate de mise à jour26/05/2018
explicationsDurée5 h 45
explicationsDénivelée750 m
explicationsPériode recommandéemai juin septembre octobre

Les corniches du Méjean : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires. Merci d'avance !

Au bout du parking côté Nord, prendre un escalier dont le départ est marqué par un panneau GR6. L'escalier fait vite place à un sentier assez raide. Sept ou huit minutes de montée et on débouche sur la route dans une épingle. Ignorer la route et poursuivre sur le sentier à gauche en suivant le panneau highline. Trois ou quatre minutes et on retrouve la route au niveau d'un pylône télécoms et d'un petit parking. Aller à gauche en forte montée sur une route bétonnée puis sur une piste.

Dix minutes asses pénibles et on atteint Capluc, parking pour les riverains, fin de la piste. Un petit sentier traverse le bas du hameau, fait un virage à gauche puis arrive à un carrefour. Tout droit, on poursuit dans le hameau et on peut ensuite se rendre aux échelles de Capluc (hors topo, compter 20 minutes aller-retour, échelles impressionnantes). On va à droite avec les balisages jaune, vert et GR et avec le panneautage Highline.

On marche 20 mètres, on laisse à gauche le sentier de l'Ermitage (panneau, on reviendra par là), puis on continue horizontalement trois minutes jusqu'à un autre panneau indiquant le départ du sentier Brunet (raccourci possible en continuant tout droit sur le GR). S'engager à gauche sur ce sentier (indication justifiée sur le panneau : parcours très difficile).

Pendant une douzaine de minutes, il s'agit d'un sentier (balisé en jaune) simplement fort pentu qui s'élève en sous bois, offrant de temps à autre de belles vues. Puis on arrive au pied d'une cheminée très raide, impressionnante vue d'en bas mais très facile à escalader. A la sortie de la cheminée, une traversée ascendante sur une zone rocheuse peut impressionner car il y a le vide sur la droite. Puis il faut franchir un ressaut rocheux. Une fois passé ces trois difficultés, il n'y a plus de problème.

On contourne un magnifique rocher champignonesque puis une petite désescalade nous amène à un col. Dans ce secteur, beaucoup de highliners ont installé leur matériel et en saison vous aurez l'occasion de les voir évoluer.

On poursuit par une montée assez raide puis par une longue traversée dans le versant Nord sombre et frais et enfin on arrive à un carrefour. Prendre à droite (balisage GR) et en quelques mètres rejoindre un col avec une plaque du CAF (1 h 15).

On repasse alors versant Sud. Descendre et, en cinq minutes, atteindre un carrefour où on prend à gauche avec un balisage GRP.

On effectue une traversée dans le versant sud, avec déjà de jolies vues et une belle ambiance de chaos dolomitique. Un quart d'heure et on atteint un carrefour où on ignore un sentier à droite. On poursuit avec le GRP. A partir de là, le parcours devient splendide : vues plongeantes, rochers aux formes extraordinaires (notamment le Vase de Sèvres et le Vase de Chine), belle végétation, vautours en vol (rare de ne pas en voir).

Après avoir dépassé les deux vases, on gravit une cheminée très facile puis le sentier sinue sur un replat avant e replonger dans une autre cheminée en descente (attention à ne pas rater ce passage). On contourne ensuite un rocher troué puis le parcours en balcon se poursuit.

Cela fait une petite heure qu'on est accompagné par le balisage GRP et peu après un panonceau du Parc National des Cévennes indiquant la sortie de la zone protégée, on laisse sur la droite un dernier point de vue sur la vallée de la Jonte. On commence alors à quitter la vallée par un sentier en montée. Cinq minutes et on arrive à un carrefour, ignorer sur la droite un sentier qui descend sur Le Truel (2 h 25).

On évolue maintenant sur une piste très moche. Sept ou huit minutes et un chemin nous arrive de la gauche, on poursuit en montée direction Cassagnes. Deux minutes plus tard, à une fourche, on prend la banche de droite, sans balisage. Cinq petites minutes et on croise une piste carrossable. Panneaux indicateurs pour aller à droite et à gauche mais on n'y va pas, on continue en face sur une autre piste en montée.

Une centaine de mètres plus loin, un autre chemin nous arrive de la droite, on poursuit en face avec désormais une ligne téléphonique qui nous accompagne. On progresse maintenant horizontalement dans une pinède aux sous bois de buis avec quelques rochers dolomitiques disséminés ici ou là. Après une douzaine de minutes, on ignore une piste qui part à droite et on continue tout droit vers le Nord. Encore une petite dizaine de minutes et on atteint un nouveau carrefour.

Prendre à gauche le GR 6.6 (panneau peu visible sur la gauche). Dix minutes de montée et on change de décor. La descente s'amorce et on retrouve maintenant l'ambiance falaises et rochers qu'on avait quitté à la sortie des Gorges de la Jonte. On est maintenant coté Gorges du Tarn.

Après une dizaine de minutes de descente, on atteint un carrefour (3 h 25). Aller à gauche direction Cassagnes. On est désormais sur un bon sentier au balisage toutefois assez erratique (quelques balises jaune, quelques points rouges). Notamment, on fera attention de ne pas louper un brusque virage à gauche au bout d'une dizaine de minutes.

Quarante minutes sur ce sentier et on arrive à un carrefour. Prendre à droite un large chemin en descente.

Marcher trois ou quatre minutes sur ce large chemin et attention à ne pas rater en épingle sur la droite le départ d'un sentier panneauté Ermitage. Ce sentier balisé en jaune descend en lacets dans la foret pendant un bon quart d'heure et finit par atteindre un carrefour en T.

On prend alors le sentier de gauche, horizontal. Après 50 mètres, à la fourche, on prend la branche de gauche. Le sentier devient alors difficile à marcher. Sept ou huit minutes et on rejoint l'Ermitage St Pons (4 h 35), une ruine adossée à une impressionnante falaise.

Après l'ermitage, le sentier se met à monter brutalement puis pénètre dans une grotte et la traverse pour ressortir de l'autre coté, c'est très amusant. Puis on poursuit sur le sentier chaotique qui se faufile dans les blocs rocheux moussus.

Cela dure une bonne dizaine de minutes puis le sentier devient bon et cela fait du bien car on est en fin de rando et on est bien content de terminer par un confortable chemin plus ou moins horizontal.

On se laisse donc glisser paisiblement, la majeure partie du temps en sous bois mais parfois à découvert, avec notamment des passages au pied de puissantes falaises. Cinquante minutes depuis l'ermitage et on atteint finalement un petit col. Une fois celui-ci franchit, on descend en deux minutes dans le hameau de Capluc où on retrouve le carrefour vu le matin.

Prendre alors à droite et redescendre au Rozier (5 h 45).

Accès et parking

Se rendre à Aguessac. Prendre ensuite la D907 direction Rivière sur Tarn, Peyreleau. Continuer sur cette route pendant 14 Km. La quitter pour la D996 direction Le Rozier, Peyreleau. Passer le pont, pénétrer dans Le Rozier. Le parking se trouve tout de suite à votre gauche, mais on ne peut y accéder qu'après avoir fait le tour du pâté de maisons (rues en sens unique).

Terrain

Dans la littérature, qui est très fournie sur ce sujet, vous trouverez toutes sortes de circuits pédestres parcourant les Gorges du Tarn et de la Jonte dans ce secteur. Je vous propose ici la version qui me semble la plus intéressante comprenant un condensé de ce qu'il y a de plus spectaculaire, mais comportant aussi parfois des passages difficiles.

Ce circuit s'adresse donc à des randonneurs confirmés. Le parcours est long, Il y a des passages où il faut mettre les mains et qui peuvent être impressionnants pour les personnes peu habituées à ce type de terrain.

Paysage

Comme expliqué ci-dessus, ce parcours est un condensé de ce qui se fait de plus intéressant dans le secteur.

On surplombe les gorges de la Jonte puis celles du Tarn, on fait un bout de chemin à cheval entre les deux vallées, on visite un bout de forêt caussenarde et tout au long de la rando on évolue dans une exceptionnelle ambiance de falaises !

Assurément, une fois passé la montée un peu pénible à Capluc, vous ne verrez plus le temps passer.

Epoque

Etant donné le caractère délicat de certains sentiers, ainsi que leur exposition ombragée (surtout au Nord et à l'Ouest), mieux vaut éviter la période décembre-mars.

Juillet-août étant vraiment sur fréquentés dans ce coin, je recommande finalement le printemps (mais attendez début mai que la végétation se réveille) ou septembre-octobre (en octobre, les prémices des couleurs d'automne sont intéressants).

Fréquentation

La corniche de la Jonte est très fréquentée. Celle du Tarn l'est déjà un peu moins. Le reste du parcours est très calme.

Eau

Non.

Raccourcis

Prendre le GR au lieu du sentier J.Brunet (gain de temps 10 à 15 minutes).

Rallonge possible en montant au rocher de Capluc (20 mn)

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages. Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.