La crete des Lousses et la Sure : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.5 - Nombre de notes : 8
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2643OT
explicationsDate de mise à jour28/11/2015
explicationsDurée5 h 15
explicationsDénivelée600 m
explicationsPériode recommandéedecembre janvier fevrier mars avril

La crete des Lousses et la Sure : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Attention : Du fait du mauvais fonctionnement du serveur de Free, les diaporamas plantent régulièrement, je vous prie de m'en excuser.

Du parking, revenir en arrière au carrefour avec la D156 et prendre en biais à droite un tracé rectiligne dans les ruffes dont le départ est marqué par deux balises roses VTT et une borne GRT Gaz.

Très vite, on devine sur la droite l’extrémité Sud-ouest du lac du Salagou puis on longe des roselières avant de se rapprocher du ruisseau qui alimente (en partie) le lac. Le parcours le long du ruisseau est agréable. Plus loin, on chemine entre la lisière de la ripisylve et des champs cultivés puis on débouche sur une routelette après avoir franchi un petit ravin.

Emprunter cette routelette à gauche pendant trois minutes puis déboucher sur une route plus importante et l’emprunter à droite. On longe quelques maisons sur la gauche, puis une vigne, puis un pré et on arrive à une bâtisse qui sert probablement de garage. On a marché quatre minutes sur la route. Juste après cette bâtisse, prendre à gauche un sentier (qui n’est pas indiqué sur les cartes).

Ce joli sentier se faufile dans une végétation très fleurie notamment au printemps, puis débouche dans la rue du village de Roques (30 mn). Prendre la rue à gauche et quelques mètres plus loin, à la fourche, prendre la branche de droite.

Trois minutes et la route se termine pour se prolonger par un sentier.

On débute la montée. Elle se déroule sur un sentier globalement bien tracé (à part quelques passages ravinés) et dans une très belle forêt à chênes caducs dominants.

En s’élevant, on constate que le terrain change, les ruffes laissent place brutalement à un terrain gréseux. Tout au long de la randonnée, on notera ainsi de nombreux changements de type de sol, le circuit étant à cheval sur des terrains d’origines très différentes. Une occasion supplémentaire d’apprécier toute la richesse géologique de notre région.

Après une petite demi-heure de montée, on débouche dans une zone moins boisée et on atteint un carrefour. Prendre la piste à gauche en montée. Pas très joli. On laisse une ruine sur la gauche puis on traverse une zone qui vient d’être débroussaillée (en date de fin novembre 2015).

Inquiétant, cela signifie qu’un projet d’aménagement est en cours (vigne ? culture ? rénovation de la bergerie ? autre ?). Il n’est donc pas certain qu’à l’avenir le parcours proposé ici reste utilisable. Merci de me tenir informé si vous avez des infos.

On suit tant bien que mal l’ancienne piste. En haut de la zone défrichée, on retrouve la piste bien tracée, elle longe l’yeuseraie pendant 50 mètres puis on arrive à un carrefour où on prend la piste de gauche. On marche pendant 50 mètres entre une nouvelle zone défrichée à droite et la forêt à gauche puis on trouve le départ d’un sentier qui s’enfonce en sous bois.

Cet agréable sentier se faufile dans une yeuseraie très dense et après à peine cinq minutes, il tourne brutalement à droite et se met à longer une clôture en barbelés vraiment très agressive. Rapidement, le couvert forestier se fait moins dense et on attaque la remontée d’une crête. C'est la crête des Lousses. Cette fois, on note qu’on est désormais en terrain dolomitique.

Les vues sont belles. Plus on monte et plus on découvre des morceaux du lac du Salagou sur la gauche. Et sur la droite, la vue vers le Mont Mars est belle aussi.

Plus haut, le sentier s’éloigne de la crête et on atteint le sommet sans trop s’en rendre compte (1 h 30). On le constate parce que le sentier se met à descendre. Puis on retrouve de temps en temps la crête avec de nouvelles vues cette fois en direction de la partie Est du lac. Très sympa.

Après une bonne dizaine de minutes de descente, on arrive à un carrefour en T où on prend à gauche. On est maintenant sur un excellent sentier dans les chênes verts avec encore de temps en temps de belles vues vers le lac sur la gauche et aussi vers la droite. Un quart d’heure et on arrive au col des Portes (2 h 15).

Panneaux. Continuer en face direction circuit du Liausson numéro 3. Si on veut raccourcir la rando ou (et) si on connaît trop par cœur la crête du Liausson, on peut prendre à gauche en descente et rejoindre directement le village de Liausson.

Pour les autres, on entame la montée en suivant le balisage jaune, d’abord en forêt puis dans des zones de plus en plus dégagées, on franchit plusieurs zones rocheuses et en une vingtaine de minutes, on atteint le point culminant de la rando. On est maintenant sur la large crête du Mont Liausson, archi connue et fréquentée mais dont la réputation n’est pas usurpée.

On chemine donc agréablement en profitant de larges vues des deux côtés. Le chemin monte et descend plusieurs fois, de nombreuses zones de points de vue se présentent à droite comme à gauche, si la météo le permet ce sont des lieux de picnic idéaux.

Puis on retrouve la forêt, le sentier est maintenant plutôt en versant Sud. On arrive à un carrefour avec des panneaux. On va en face direction village de Liausson, circuit numéro 4. On commence alors à descendre, d’abord en versant Sud puis en versant Nord. Le chemin est parfois raviné et il y a quelques passages rocheux mais la végétation est belle et les vues aussi.

En bas, après qu’un sentier non balisé nous ait rejoint de la droite, le sentier s’élargit et finalement devient un grand chemin puis une petite route et on arrive à Liausson (3 h 30).

On traverse la route, on continue en face Rue de la Clastre. Après une cinquantaine de mètres, on monte à gauche un escalier, c’est la rue de Montmartre ( !). En haut, on n’arrive pas sur la butte Montmartre mais sur le point haut du village, occupé par l’église. Faire le tour de l’église par la droite afin de passer au point de vue.

Ceci fait, on redescend par une rue sans nom (en fait, c’est l’impasse de l’église) et on retombe sur la route principale. L’emprunter vers la droite, faire une cinquantaine de mètres puis prendre à droite une rue qui descend, indiquée par un panneau Les Galets du Salagou.

On note qu’on est revenu dans le monde des ruffes. La route devient piste puis, à l’orée de la forêt, la piste tourne à droite pour franchir un petit pont en béton. Ici, quitter la piste pour un large tracé sur la gauche qui descend en direction du lac.

Arrivé à proximité de la berge (borne GRT Gaz sur la droite), carrefour en T. Prendre à gauche un large tracé avec le balisage VTT (à droite, ça va vers un parking).

On est dans un paysage de badlands avec le lac sur la droite. Très agréable. On chemine ainsi pendant un petit quart d’heure et à l’issue d’une courte montée, on débouche sur une routelette. Prendre la route à droite. Marcher quatre minutes jusqu’au parking Jonquier. Après le parking, franchir un radier puis prendre en biais à gauche une piste entre les vignes.

Une dizaine de minutes de marche sur cette piste sans intérêt et on arrive en vue d’une autre route, il y a une fourche, on prend la branche de droite. De suite après, on traverse la route. On traverse aussi un petit ruisseau (4 h 15).

Après cette traversée, vous avez le choix. Ceux qui sont fatigués ou qui n’ont pas trop le goût du hors sentier continueront tout droit par le parcours rectiligne VTT et rejoindront le parking directement. Les autres, vous obliquez à droite et vous visez plein Nord entre la rive du lac et la petite montagne de la Sure. Vous cheminez au mieux, ça passe partout.

Après une paire de minutes, on rejoint la rive du lac. Au début, il n’y a pas vraiment de sentier. L’idée est de longer le bord du lac entre 5 et 10 mètres au dessus du niveau de l’eau, en se tenant à une cinquantaine de mètres de la rive, avec celle-ci à main droite, donc.

On contourne ainsi plusieurs petites calanques absolument adorables dans un environnement où le mélange des ruffes, des feuillus et de l’eau confère au paysage un aspect totalement exotique. Lorsque l’itinéraire commence à obliquer vers l’Ouest, un sentier digne de ce nom apparaît et plus loin, il devient très bien marqué, on ne le quittera plus jusqu’à l’arrivée.

Le paysage reste toujours aussi beau, et en plus il change puisque l’orientation est tournante. Alors qu’on commence à se diriger vers le Sud-ouest, on aperçoit sur la rive d’en face le village de Celles et devant lui les arbres morts au milieu du lac, utilisés comme perchoirs par les oiseaux.

On note aussi au milieu de notre sentier dans les ruffes, la présence de cailloux d’origine volcaniques. Pas étonnant, en levant la tête, on remarque que le sommet de la Sure est recouvert d’une table basaltique, c’est elle qui a jeté les cailloux sur notre sentier.

Plus loin, le sentier traverse des zones plus arborées et finalement, après une petite heure, le sentier devient un grand chemin puis une piste et débouche sur une route, non loin du neck de Laroque. On prend la route à gauche et en deux minutes on est au parking (5 h 15).

A noter que, hors topo, on peut faire un aller-retour au neck de Laroque, c’est ce qui reste d’une ancienne cheminée volcanique (et ce sont probablement les écoulements de ce volcan qu’on trouve au sommet de la Sure). On peut accéder au sommet par un peu d’escalade (mal) sécurisée par une corde.

Accès et parking

Se rendre à Clermont l’Hérault puis prendre la D908 vers Bédarieux.

Quitter ensuite la D908 pour la D148 direction Salasc, Octon.

Dans Salasc, suivre successivement les directions D8 Octon, Mérifons puis D148 Octon, Liausson et enfin D148 Liausson, Salagou.

Rouler 3.4 Km et au carrefour, laisser partir à droite la D156 pour Liausson et continuer tout droit. Stationner 50 mètres plus loin au parking sur la droite, c’est le parking de Laroque.

Terrain

Les sentiers sont plutôt bons mais il y a plusieurs montées et descentes. La dernière partie le long du Salagou est en petites montagnes russes. Donc au final, randonnée un peu sportive quand même.

Paysage

Très belle randonnée avec énormément de diversité, notamment géologique. Des ruffes, du grès, des dolomies, un peu de volcanisme.

Les points de vue depuis les crêtes des Lousses puis celle du Liausson sont magnifiques.

Le tour de la petite montagne de la Sure, au bord du Salagou, est d'un exotisme séduisant.

Il y a malheureusement deux ou trois parcours de transition sans intérêt, certes pas très longs, mais qui empêchent ce circuit d'accéder à la qualification très enviée des quatre cœurs.

Epoque

Les belles journées d'hivers sont idéales, les éclairages sur le lac y sont magnifiques.

Le tout début de printemps (avril) avec les floraisons précoces dans ce coin, est aussi à recommander.

Fréquentation

Du monde sur la crête du Liausson. Du monde les jours de beau temps sur les rives du Salagou. Ailleurs, personne.

Eau

Non. La fontaine au village de Liausson n'a pas l'air de fonctionner toute l'année ?

Raccourcis

Circuit très modulable. On peut raccourcir entre le col des Portes et Liausson (gain de temps 40 à 45 mn). On peut zapper le tour de la Sure (gain de temps 35 à 40 mn). On peut aussi modifier le parking de départ : parkings possibles à Liausson et plusieurs autres parkings au bord du Salagou.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.