Les falaises de Lauret : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.92 - Nombre de notes : 12
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2742ET
explicationsDate de mise à jour22/02/2020
explicationsDurée, Dénivelée, Distance4 h 40 - 400 m -17,3 Km
explicationsPériode recommandéejanvier février mars avril mai
explicationsTelecharger le fichier GPXFichier GPX

Les falaises de Lauret : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires. Merci d'avance !

Du parking, prendre la direction Auberge du Cèdre, gites, château. On est sur la Route de Cazeneuve. Arrivé à un carrefour avec une croix et un transfo, prendre la branche de gauche. Marcher 50 mètres puis à la fourche, prendre la branche de gauche (panneau illisible). On est sur le Chemin du Claus de Bouvié.

On est parti depuis dix minutes et on atteint les dernières maisons du village (lotissement récent sur la gauche). On évolue maintenant sur une petite route au milieu des vignes. On croise une autre route, on continue en face toujours sur le chemin du Claus de Bouvié.

Sept ou huit minutes de goudron avec sur la droite des vues en direction du Roc des Mates (c’est là qu’on va) et la route fait droite gauche puis franchit un pont. Cinquante mètres après le pont, prendre une piste à droite. Cinq petites minutes sur cette piste et on arrive à une barrière (interdit aux véhicules) qu’on contourne. La piste tourne à gauche, à droite, puis se met à monter et atteint un bassin.

La piste contourne le bassin puis se termine. Juste avant la chaine rouillée, prendre un sentier en biais à droite qui s’enfonce en forêt. Fin de l’échauffement, on attaque la montée. Après cinq minutes, à une fourche, prendre la branche de droite (celle de gauche est barrée par un arbre tombé). Le sentier, souvent raviné, continue à s’élever en sous-bois.

Puis il effectue un large virage à gauche. Un peu plus haut, ignorer une fausse piste qui part à droite (cairn). Juste après, la végétation s’éclaircit et on profite de quelques vues sur la gauche tandis que notre sentier progresse désormais sur des dalles rocheuses. Après un retour en sous-bois, on ignore un sentier qui part à gauche au niveau d'un cairn, on continue tout droit, on évite un pin tombé au sol et après cinquante mètres on atteint un carrefour en T. Prendre à droite.

Une minute et nouveau carrefour en T, prendre à droite un chemin assez large. Deux minutes sur ce chemin et on ignore sur la droite un sentier, on continue tout droit sur le large chemin. Encore trois minutes et à la sortie d'un virage à droite marqué puis d'une courbe à gauche, on quitte notre grand chemin pour un sentier à droite en montée. Points verts sur les rochers et un arbre.

On évolue dans une pinède très dispersée et rapidement des échappées sur la droite s’offrent à nous. Belle ambiance rocheuse. Cinq minutes et on ignore un sentier qui part en descente à droite. On continue à monter. Puis notre sentier se stabilise et longe le bord du plateau avec de belles vues sur la droite.

Encore cinq minutes et après un dernier point de vue, on quitte le bord du plateau et le sentier devient piste. Une minute et la piste fait un grand virage à gauche. Dans ce virage, quitter la piste pour un bon sentier sur la droite.

Ce sentier n’offre pas de vues mais il sinue agréablement dans une belle végétation. Après six ou sept minutes, il s’élargit et finalement on débouche sur une route goudronnée (1 h 15). On la traverse et on continue en face.

Au début, on chemine sous une ligne électrique et non loin de la route mais cela ne dure pas et au contraire, on apprécie de longer de nouveau le bord de falaise. Puis le sentier s’éloigne de ce bord de falaise, il faut alors repérer un autre sentier qui plonge sur la droite. On s’y engage par une descente de quelques marches.

Le cheminement reprend, toujours en longeant le bord du plateau, cette fois-ci avec des vues vers le Sud. Plus loin, le sentier s’éloigne temporairement du rebord mais c’est pour mieux y revenir avec notamment de belles vues jusque la mer dans une enfilade entre les collines environnantes.

Cela fait une vingtaine de minutes qu'on a croisé la route. On traverse une zone de marnes, le sol est souvent très humide à cet endroit. Puis on retrouve le sous bois, on descend une marche rocheuse, on remarque sur notre gauche un muret à pierres sèches et tout de suite on remarque un sentier qui part à gauche en traversant une partie écroulée de ce muret.

S'engager sur ce sentier. Il devient rapidement un large chemin herbeux et longe une vaste zone dégagée sur notre gauche. Cinq minutes et on change de direction vers la gauche. Un chemin nous est arrivé de la droite et du coup on est désormais accompagné par un balisage Réseau Vert du CD34.

Cinq petites minutes et juste après une biroute verte du CD34, on quitte notre chemin pour un autre à angle droit à droite. Trois minutes et au carrefour on prend à droite. Encore trois minutes et nouveau carrefour, encore à droite. Cette fois, on est sur un large sentier très utilisé et de nouveau balisé par le CD34.

On chemine agréablement sur ce sentier pendant cinq minutes puis on arrive à un enclos fermé par de jolis murets à pierres sèches. Un beau chêne occupe le centre de l'enclos et une table de picnic est à disposition dans un angle ombragé. Un bel endroit.

On sort de l'enclos et on tombe immédiatement sur un large chemin qu'on prend à droite. Mais on ne reste qu'un cinquantaine de mètres sur ce chemin. Juste après une biroute verte du CD34, on prend à gauche un chemin herbeux peu visible.

On tire alors droit dans les prés. On traverse un premier pré puis un second dans lequel on longe une clôture à main gauche. On vise un poteau EDF sur lequel il n'y a plus la ligne électrique. Une fois à la hauteur de ce poteau, on remarque des balises officieuses jaune et bleue. Une fois dépassé le poteau, on arrive à l'extrémité du pré.

Sur la gauche, un chemin fermé par une barrière se dirige vers un gros mas. Sur la droite, légèrement en contre haut, on remarque un autre mas. C'est vers ce dernier qu'on va se diriger. Pour cela, on emprunte un cheminement entre les traversiers et on débouche en une minute sur un chemin qu'on prend à droite. On arrive alors au mas en question. Juste après, on trouve un abri avec des panneaux.

Ces bâtiments sont d'anciennes métairies. Leur histoire est racontée sur les panneaux. A l'origine, ce sont des éleveurs qui y habitaient et ce sont eux également qui ont aménagé les traversiers sur lesquels ils pratiquaient une culture vivrière. Aujourd'hui, ces bâtiments sont la propriété du département et les traversiers sont couverts d'une belle herbe verte insolite dans le secteur et que je trouve particulièrement esthétique.

Après avoir fait une pause pour la lecture des explications, on repart sur le sentier balisé CD34. Après une petite ligne droite, il plonge sur la droite, passe entre les traversiers, tourne à gauche puis à droite, il faut bien suivre les balises. Une courte descente et on arrive à un carrefour en T.

Ici, on abandonne le réseau vert du département qui part à droite et on va à gauche sur un sentier avec un vieux balisage jaune et le long d'une clôture. Toutefois, rapidement, on découvre qu'il y a également un balisage jaune officiel plus récent.

Cinq minutes et on arrive à un panneau indicateur de rando qui nous tourne le dos. On tourne ici à gauche en empruntant le GRP Grand Tour du Pic St Loup. Il y a aussi un balisage jaune.

Ce sentier tracé ex nihilo va maintenant s’élever astucieusement entre sous-bois, lapiaz et petites falaises. Cinq minutes et on arrive à un carrefour en T. On le prend à gauche (GRP) mais je vous recommande vivement de faire 50 mètres à droite pour aller à un nouveau point de vue. Une dernière montée puis un replat et on arrive à un carrefour avec un panneau de rando.

Prendre à droite, toujours avec le GRP Grand Tour du Pic St Loup et en deux minutes atteindre le point culminant de la randonnée, le Rocher du Causse (2 heures 15). Site archéologique (voir les panneaux), table d’orientation et vue à 360 degrés assez remarquable (mer, Pic Baudille, Séranne, Aigoual, Mt Lozère).

On continue notre route en suivant le GRP qui amorce sa descente en longeant le bord du versant Est des falaises. A plusieurs endroits, le sentier passe juste au bord du vide, pas mal de gaz à ces endroits (mais pas de danger) ! La descente est vraiment magnifique avec des vues vers le bas des falaises mais aussi des vues plus lointaines sur les collines environnantes et sur les Cévennes à l’arrière-plan.

Après environ 20 minutes de descente, on arrive à un panneau de rando. Prendre ici à droite avec le balisage jaune. Il y a ici un très élégant passage dans un point faible de la falaise. C'est vraiment très bien trouvé !

Deux ou trois minutes de descente et on arrive à un grand col dans une ambiance de badlands. Bien rester à gauche, traverser le col et à son extrémité, prendre sur la gauche une sente peu évidente qui plonge dans le versant Nord du col.

En vérité, on descend dans le lit du ruisseau, le plus souvent à sec et c’est paradoxalement plutôt esthétique. On marche souvent sur des dalles rocheuses horizontales séparées entre elles par quelques marches.

Cinq minutes de descente et on prend un sentier horizontal à droite, très visible, très bien marqué et balisé de points bleus. Marcher une petite dizaine de minutes sur ce joli sentier en balcon, au bout d’un moment on aperçoit en contrebas sur la gauche le lac de Claret qui est notre prochaine destination. Alors le sentier plonge dans la pente et entame une descente par palliers.

Une paire de minutes de descente et on arrive à un carrefour en T. Prendre à gauche (à droite, c'est un raccourci mais du coup vous ne passerez pas au lac !). Une minute et nouveau carrefour, prendre à droite. Deux ou trois minutes supplémentaires de descente et on arrive au bord du lac mais quelques mètres en contre haut (3 h 05).

Après avoir admiré ce lac assez insolite en ces lieux, on prend une des sentes qui partent sur la droite. Une minute et on arrive dans une zone de ravines. Ici, je vous recommande de partir à gauche à vue de façon à rejoindre un promontoire qui avance dans le lac, très belle vue depuis cet endroit. Ensuite, il suffit de suivre au mieux la rive du lac et on rejoint le barrage.

Ne pas prendre à gauche pour traverser le barrage mais continuer tout droit sur un chemin. Une montée, une descente puis le chemin tourne à droite et s’enquille entre deux vignes. A l’extrémité des vignes, il y a une fourche, prendre le sentier qui part en biais à gauche.

Trois minutes sur cet agréable sentier et on arrive à proximité d’un ancien mazet. A ce niveau, laisser le mazet sur la droite et prendre à gauche pour descendre sur une piste quelques mètres en contrebas. Puis prendre la piste à droite et en deux minutes rejoindre une route goudronnée.

Prendre la route à droite. Trois minutes de route et on arrive à la fin du goudron. Continuer dans la même direction en longeant une vigne à main droite. On découvre qu'on est accompagné d'un balisage jaune. En suivant le balisage, on tourne à gauche en haut de la vigne puis on prend rapidement un sentier à droite qui pénètre dans la pinède.

Presque de suite, il y a une fourche, on prend à gauche. On entame une montée qui va durer une dizaine de minutes. On atteint un carrefour (cairn) où le balisage jaune indique de prendre à droite en montée mais nous on prend à gauche sur un sentier qui descend une marche rocheuse puis continue horizontalement.

On poursuit avec un agréable parcours sur un bon sentier dans une belle garrigue avec en toile de fond les falaises qu’on a parcouru le matin. Sept ou huit minutes et on arrive à un carrefour en T, prendre à droite. Encore deux minutes, nouveau carrefour en T, prendre à gauche.

Un petit bout horizontal puis on entame une descente caillouteuse et ravinée. Cinq minutes de descente et à une fourche, on prend la branche de droite (point bleu), le sentier effectue alors un grand virage à droite. Trois minutes et on arrive à un nouveau carrefour en T, prendre à droite.

En moins de cinq minutes on rejoint le site du Moulin de Lafous (4 heures 10), très surprenant et parfois spectaculaire en période de grandes eaux. On peut tenter la traversée (pour info, le sol en travertin n’est pas glissant) si la hauteur d’eau n’est pas trop importante et si on a les chaussures qui vont bien.

Au cas où on ne puisse pas traverser, demi-tour, on reprend le chemin à l’envers et en continuant toujours tout droit on aboutit obligatoirement à la route, on la prend à droite et on arrive au parking.

Pour ceux qui traversent, sur l'autre rive il n'y a qu'un chemin. Dix minutes après avoir quitté le site du moulin, et sans avoir quitté le sentier puis le grand chemin rectiligne, on arrive donc à un grand parking non revêtu. Traverser celui-ci jusqu’à prendre pied sur la route goudronnée. A cet endroit, pivoter d’un quart de tour à droite et s’enquiller sur une trace rectiligne.

Rapidement, elle devient un bon et large sentier. Un peu plus de 5 minutes et on retombe de nouveau sur la route. On la prend à droite et on se laisse descendre jusqu’au village de Lauret. Dans le village, au premier carrefour, prendre à gauche et au carrefour suivant prendre à droite, on retrouve le parking de la Mairie (4 h 40).

Accès et parking

Parking de la Mairie de Lauret (place Miolane).

Terrain

Circuit réservé aux randonneurs maîtrisant parfaitement la lecture de carte et de topo, ayant un bon sens de l’orientation et un bon feeling en terrain non balisé.

En effet, le parcours est assez complexe et utilise souvent des sentes non balisées mais c'est le prix de l'originalité !

Plusieurs montées et descentes lors de ce circuit et des sentiers parfois caillouteux. Pas facile, donc.

Paysage

Vous êtes sans doute quelques-uns à connaître le site du Moulin de Lafous, où une source distribue son eau en une admirable suite de cascatelles dans un environnement frais et boisé contrastant avec la sécheresse de la végétation alentour.

Vous êtes sans doute moins nombreux à connaître le lac de Claret ou Lac de la Matane ou Lac des Embruscalles, surprenante retenue d’eau au milieu de la garrigue et de la pinède, créée artificiellement mais laissée à l’état sauvage et seulement fréquentée par les locaux.

Relier ces différents sites entre eux en empruntant de spectaculaires sentiers passant par le haut et par le bas des falaises qui dominent Lauret et Claret, voilà ce qui a justifié la création de ce topo !

Au final, un parcours très varié, parfois surprenant et souvent spectaculaire.

Epoque

La situation privilégiée de cette randonnée, dans la plaine littorale et à basse altitude, en fait une candidate idéale pour les journées d’hiver.

Cependant, c’est en avril et mai que la végétation donne sa pleine mesure dans ce secteur et que les bords de sentiers seront avantageusement agrémentés de genêts, de thym, de romarin ou d’asphodèles.

Fréquentation

Malgré le peu de balisage, pas mal de monde dans ce secteur. Des promeneurs aux environs du lac, du Moulin de Lafous et du Rocher du Causse. Des chasseurs, vététistes et trailers sur les parties falaises. Quelques randonneurs ici ou là.

Eau

Non.

Raccourcis

On peut ne pas faire la bouclette Nord-est vers le lac (gain de temps : un peu plus d'une heure).

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.