Le causse de Ferrieres : le résumé

explicationsDeux coeursRandonneur confirmé
La note des internautes : 16.03 - Nombre de notes : 18
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2742ET
explicationsDate de mise à jour06/03/2021
explicationsDurée, Dénivelée, Distance4 h 00 - 200 m -12,4 Km
explicationsPériode recommandéenovembre decembre janvier fevrier mars
explicationsTelecharger le fichier GPXFichier GPX

Le causse de Ferrieres : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires.

Rendez-vous également sur la nouvelle chaine YouTube, connectez-vous avec un compte gmail, abonnez-vous et n'hésitez pas à poster des commentaires ! Merci !

Reprendre la route par laquelle on est arrivé, marcher 100 mètres. Repérer sur la gauche l’arrivée d’un grand chemin. A ce niveau, monter à droite sur le talus et rejoindre la route un peu plus haut en bartassant au mieux. On peut aussi rester sur la route (300 mètres).

Tourner le dos au parking et prendre la route à droite sur une trentaine de mètres puis s'engager à gauche sur une piste fermée par une barrière du conseil départemental de l'Hérault.

Cette piste chemine dans la garrigue à romarin. Marcher environ 150 mètres et, à la lisière des premiers chênes verts, repérer sur la gauche une petite sente bien marquée qui part complètement en épingle à gauche.

Une minute et on arrive à un joli dolmen. Après avoir fait le tour du site, on reprend notre sente et on retrouve la piste qu’on prend à gauche.

Trois minutes et au carrefour, on prend à droite. On abandonne ici le balisage du CD34. Cinquante mètres après, on croise une piste, on continue en face. Puis notre piste pénètre en sous-bois, trois cent mètres plus loin elle s’incurve à gauche et on longe maintenant une clôture. Deux minutes et on ignore une piste fermée par une barrière sur la droite.

Encore 200 mètres et dans une petite zone dégagée, on ignore une piste qui part à gauche et on continue sur un chemin en sous bois le long d'un muret à pierres sèches. Après le passage en sous-bois, on atteint les maisons de la banlieue de Ferrières. Finalement, on débouche sur une routelette goudronnée qu’on emprunte à gauche.

Encore quelques maisons puis le goudron disparait et on commence à descendre. Au début de la descente, le chemin est totalement défoncé, c’est très désagréable. Puis cela s’améliore et on sort du sous-bois. On est désormais dans un paysage de badlands, avec de belles vues sur les pinèdes couvrant les collines environnantes.

Une petite dizaine de minutes de descente et on atteint une fourche, prendre la branche de gauche. On franchit un ravin et on incurve alors notre trajectoire vers la gauche de façon à longer le ruisseau de Gorniès à main droite.

On débute alors un parcours très agréable. Le chemin longe l’eau. Une zone de petites cascades mérite un arrêt et il est conseillé de descendre au bord de l’eau pour en profiter.

Plus loin, le chemin devient sentier, on remarque de jolies petites falaises sur la gauche, puis on arrive aux ruines d’un ancien moulin. Ici, ne pas prendre la sente qui descend à droite mais traverser les ruines par le sentier de gauche.

Trois minutes encore et on arrive à une autre fourche. Prendre la branche de droite, horizontale. Le sentier se faufile maintenant au plus près du ruisseau, dans une végétation souvent touffue et après cinq bonnes minutes, on arrive au point P du parcours, c’est-à-dire la cascade de Gorniès (1 h 05). Site sauvage et pittoresque, cascades et vasques, vraiment très joli lorsqu’il y a suffisamment d’eau.

Après avoir fait une pause pour profiter des lieux, deux possibilités.

Première possibilité : il n’y a pas trop d’eau et vous avez le pied montagnard. Vous traversez la rivière. Sur l’autre rive, vous longez la falaise à main gauche sur une vingtaine de mètres jusqu’à trouver dans cette même falaise une cheminée. Un peu d’escalade (II) et vous sortez au-dessus de la cascade. Vous remontez alors le lit du ruisseau, normalement à sec, jusqu’à tomber sur la piste.

Deuxième possibilité : il y a trop d’eau pour traverser en sécurité et/ou vous ne vous sentez pas d’escalader la cheminée (notamment si le temps est humide et le rocher mouillé). Vous faites demi-tour, vous revenez au carrefour précédent. Vous prenez en épingle à droite le sentier qui monte et débouche plus haut sur la piste. Vous prenez la piste à droite.

Dans les deux cas, vous vous retrouvez sur la piste du CD34, plus ou moins à hauteur d’une grille qui masque l’entrée du gouffre de Gorniès.

Continuer sur la piste du CD34, en légère montée. Pas très agréable. Un peu plus de cinq minutes et la piste fait un grand virage à gauche. La piste fait maintenant un replat. Six cent mètres et on ignore un sentier peu visible à droite. Encore un peu plus de 100 mètres, cette fois en légère montée et la piste tourne à gauche. Il faut ici l’abandonner pour un sentier en biais à droite. On se situe 20 mètres avant un petit muret qui marque la sortie de la forêt et l'entrée dans une vaste zone herbeuse.

On chemine maintenant sur ce sentier caillouteux dans un sous-bois pas très dense. Cela dure un quart d’heure environ et on débouche alors sur un large chemin (1 h 55). On prend à droite avec le balisage jaune PR. On est maintenant sur le « sentier des asphodèles ».

Ce sentier a manifestement bénéficié d’une bonne initiative d’aménagement mais il semble aujourd’hui tombé en désuétude. Il fut une époque où il y avait des panneaux explicatifs aux différentes stations mais ils ont disparu. Les points d’intérêt à visiter sont un peu à l’abandon et mériteraient qu’on continue à les aménager.

On entame donc le parcours sur ce sentier. Après 400 mètres, le PR fait un petit écart sur la droite qui mène à la « cachette des verriers » (c'est ce qui était écrit à l'époque où il y avait un panneau !). Encore 300 mètres et il y a un four à chaux sur la droite, puis une cabane de charbonnier avec son aire de brûlage. Trois cent cinquante mètres de plus et on arrive à une tourelle de berger.

Après ceci, le sentier sinue en sous-bois au milieu de beaux lapiaz et on arrive à une table de picnic. Ici, le sentier tourne à gauche puis débouche sur un carrefour en T. Prendre à gauche. Trois minutes après, il y a une fourche, on laisse le balisage jaune partir à droite et on continue tout droit avec le GRP, en longeant un muret.

On débouche alors dans un grand espace herbeux. Sur la droite, le Mas de Baumes, très bel ensemble bien restauré (et bon restaurant). On marche dans l’herbe afin de longer les bâtiments à main droite et on vise un panneau indicateur (2 h 30).

Depuis ce panneau, avec le balisage, on vise une jolie capitelle isolée. Pour cela, on descend un petit escalier et on découvre alors la suite du balisage. Ce balisage est peint sur des pierres plantées. En suivant ces pierres, on ne vise plus la capitelle mais on chemine agréablement dans l’herbe en contournant les bâtiments du Mas de Baumes. On laisse sur la droite une aire de battage puis on franchit un muret à pierres sèches. On débouche alors quasiment sur le parking.

Tourner à gauche dès avoir franchi le muret. On est sur un chemin très caillouteux qui contourne le parking à main droite. Mais rapidement ce chemin devient bien plus agréable. Trois ou quatre minutes et on coupe une piste.

On continue en face avec le balisage jaune. A noter une table de picnic isolée. Le sentier continue désormais dans une végétation basse. Finalement on débouche sur la route d’accès au Mas de Baumes. Vue d’ensemble du mas et de ses belles zones herbeuses.

Prendre la route à gauche sur quelques mètres puis la quitter pour une sente en biais à gauche. Cent mètres et on débouche sur la route qu’on prend à gauche. Deux cent mètres de route et, juste avant de franchir un petit pont, on quitte cette route pour une sente en biais à gauche.

On va maintenant entamer un parcours pas facile et réservé aux randonneurs ayant une bonne habitude du hors sentier.

Au début, la sente est bien nette et évidente, on longe un petit ravin à main droite. Après quatre minutes, on traverse une première fois ce petit ravin, peu après on le traverse à nouveau, on est désormais entre deux bras. Puis on arrive à deux belles vasques. On les contourne par la rive droite, bien au-dessus.

Après cela, on redescend dans le lit du ruisseau mais rapidement on retrouve la sente en rive droite. Rapidement, elle devient très bonne alors que le vallon s’élargit. Une petite ligne droite d’à peine 100 mètres et on atteint une fourche peu visible. Prendre la branche de gauche, on traverse le ravin puis le sentier reprend, en bon état, de l’autre côté, avec quelques marques de peinture bleue.

On est maintenant clairement sur la rive gauche. Cent mètres et on arrive à une grande zone de dalles où il faut de nouveau traverser. Reprendre le sentier sur l'autre rive, il s'éloigne de celle-ci afin d'éviter de suivre le lit du ruisseau qui à cet endroit s'enfonce dans une petite gorge.

Le sentier très bien marqué monte un peu puis redescend vers le ruisseau. On le traverse de nouveau, on est maintenant rive gauche et on est sur un très bon sentier dans une zone de confluence, quelques mètres en contre haut de celle-ci. Deux minutes et on redescend vers le lit du ruisseau. On le traverse.

Viser en face la suite du sentier, attention à ne pas partir sur la gauche dans le lit du ruisseau. Le sentier monte et débouche immédiatement sur un chemin plus large. Le prendre à droite.

Un peu plus de cinq minutes sur ce chemin et se présente une fourche, prendre à droite la branche qui descend en direction du fond herbeux du vallon. Il ne reste plus désormais qu’à suivre ce chemin, bien agréable dans ce décor de badlands sur la gauche et de replat herbeux sur la droite.

Alors qu'on est en vue de la route, une dernière fourche se présente, on prend à gauche. On débouche alors sur la route, on la traverse et on remonte au mieux dans la pente jusqu'au parking situé 150 mètres plus loin (4 heures).

Accès et parking

RD 107E4, 800 mètres après la sortie de Ferrières en direction de Claret, très grand dégagement sur la gauche juste avant d'entamer une forte descente.

Terrain

D’une manière générale, les sentiers sont très caillouteux et fatigants à marcher. La dernière partie présente des difficultés d’orientation. Seuls les habitués du hors sentier y seront à l’aise, c’est imperdable mais il faut être accoutumé à ce type de terrain.

Le franchissement de la rivière au niveau de la cascade de Gorniès puis le petit bout d’escalade dans la cheminée sont réservés aux randonneurs avertis mais on peut faire le tour pour éviter les obstacles.

Paysage

Belle petite randonnée d’hiver sans prétention. Le point fort, c’est la cascade de Gorniès, un site vraiment étonnant en plein milieu de la garrigue !

Le sentier des asphodèles, bien aménagé mais un peu laissé à l'abandon, est intéressant.

La dernière partie du parcours est très sauvage et originale et plaira aux amateurs de ce type de parcours.

Epoque

Attendre les pluies d’automne pour qu’il y ait de l’eau à la cascade, mais ne pas y aller les lendemains de grosses pluies !

Décembre en priorité avec les chênes qui ont encore leurs couleurs de fin d’automne. Sinon novembre ou alors de janvier à avril.

Fréquentation

Le Mas de Baumes est accessible en voiture, c’est un restaurant, et pas mal de gens se promènent aux alentours. Le site de la cascade de Gorniès est bien connu des locaux. En dehors de ces deux secteurs, la fréquentation est faible.

Eau

Non.

Raccourcis

Moult possibilités de raccourcir, il suffit de regarder la carte.

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.