Aire de Côte : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur confirmé
La note des internautes : 15.5 - Nombre de notes : 14
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641 ET
explicationsDate de mise à jour30/08/2014
explicationsDurée6 h 45
explicationsDénivelée850 m
explicationsPériode recommandéejuin juillet aout septembre octobre

Aire de Côte : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Attention : Du fait du mauvais fonctionnement du serveur de Free, les diaporamas plantent régulièrement, je vous prie de m'en excuser.

D'Aire de Côte, s'engager sur la piste vers l'Ouest en suivant le panneau Sentier de Découverte. Rapidement, on entre en forêt et à la première bifurcation, on prend la branche de gauche en franchissant une barrière et en suivant le balisage GR.

La forêt est agréable mais le parcours de piste est un peu longuet. Il faut en effet 35 mn pour atteindre un point de vue sur la gauche avec une table de picnic et un banc. Juste après, on atteint un carrefour où on prend à gauche en montée, ceci en suivant toujours le balisage GR. Et juste après, on prend à gauche un sentier balisé PR et récemment ouvert, direction Aigoual par la crête.

Le sentier s'élève en forêt en longeant une clôture et offre plusieurs beaux points de vue vers le Sud. Après une bonne dizaine de minutes, il rejoint un grand chemin qu'on prend à gauche. Trois minutes sur ce chemin et on le quitte pour reprendre le sentier balisé PR. A nouveau, on s'élève en forêt en longeant la crête de plus ou moins loin. Quelques superbes points de vue régulièrement répartis. Environ 40 minutes sur ce beau parcours et on débouche sur un grand chemin dans une épingle. On retrouve ici l'ancien parcours, qui est resté celui du GR.

Six ou sept minutes de montée et on débouche cette fois sur une piste (1 h 40).

Ne prendre aucune des deux branches de la piste mais s'engager sur une sente qui part à gauche de la piste qui monte. Peu visible, elle permet de couper une épingle mais elle est raide quoique bien tracée et bien dégagée. Ceux qui n'aiment pas pourront emprunter la piste.

A l'issue de quelques minutes de montée caillouteuse, on retombe donc sur la piste qu'on prend à gauche. Une épingle à droite et on la quitte après 50 m au niveau d'un petit menhir. Pas de balisage.

Une courte montée dans la lande et on arrive alors sur le parcours du sentier des Botanistes (panneau). Cela démarre au niveau d'une grande plate forme herbeuse depuis laquelle la vue est déjà gigantesque. Une pause s'impose pour faire l'inventaire des montagnes et des vallées visibles depuis ce formidable belvédère. On s'engage ensuite sur un exceptionnel sentier en corniche dans un versant Est avec des vues plongeantes impressionnantes . Puis le sentier tourne à droite et à ce niveau on découvre de nouvelles vues vers le Sud, toujours aussi spectaculaires. Enfin, le sentier se dirige vers l'Ouest et rejoint finalement une piste qui en 50 m nous mène à la route.

Prendre la route à gauche pendant quelques mètres puis un sentier à droite (panneau sentier des Botanistes). Une dernière montée dans les hêtres d'altitude nous amène au sommet de l'Aigoual, en contrebas de l'Observatoire (2 h 05). Il y a un robinet caché dans une alcôve quelques mètres à gauche. On peut visiter l'exposition météo de mai à septembre inclus, monter un peu et aller se rafraîchir ou se réchauffer, selon la saison, à la brasserie, monter encore un peu au sommet du bâtiment jusqu'à la table d'orientation.

Ceci fait, on tourne le dos au bâtiment en prenant la direction de l'Est, on dépasse des tables de picnic et une barrière et on s'engage sur un sentier qui longe une clôture. Ce sentier vire à gauche puis fait un coude à droite et finalement rejoint la route.

Traverser la route et franchir une clôture amovible, à proximité d'un panneau PR (qui ne nous est pas destiné) et d'un panneau Zone de tranquillité du gibier. Bonne nouvelle. On s'engage ainsi sur un beau chemin herbeux.

Ce très joli sentier passe à proximité de la source du Trépaloup puis continue à descendre très progressivement en offrant de jolies vues vers le Nord. On rejoint ensuite une clôture qu'on longe en la conservant à main droite. On est maintenant sur une large épaule et le parcours va s'effectuer dans ce cadre durant plus de 45 minutes.

C'est vraiment très plaisant car on alterne passages en sous bois sombres de hêtres, traversées de zones de pins, passages dans des clairières avec des jolies vues vers la gauche. Le parcours est majoritairement descendant mais il y a quelques courtes remontées. La trace est presque partout herbeuse. En se laissant ainsi descendre facilement, il faudra faire attention de ne pas rater un sentier partant en épingle à droite et panneauté Col de l'Estrade (3 h 05).

Ce sentier s'engage d'abord dans les genêts puis pénètre dans une très belle hêtraie. En bas, on atteint un joli ruisseau, le Brion. On le franchit à gué et une courte remontée nous permet de rejoindre un carrefour où on prend à gauche. En quelques dizaines de mètres, on arrive au col de l'Estrade.

A ce carrefour multipistes, prendre la troisième piste à droite. Attention, le départ de la troisième et de la quatrième se confondent. On prend ainsi la direction du Nord-est en descente. Là encore, après environ une demi-heure sur ce large chemin facile et légèrement descendant , il faudra faire bien attention de ne pas manquer à droite le départ d'un large sentier repérable par un cairn et un panneau flèche jaune sans indication (4 h 10).

On s'engage sur cette ancienne piste d'exploitation devenue large sentier et finalement assez sympathique. Cette descente nous permet de rejoindre la route qui parcourt le fond de la vallée du Tarnon. Arrivé à la route, on prend à droite. Une courte montée puis la route descend et rejoint le niveau du Tarnon. Ici, une table de picnic incite à une pause ombragée au bord de l'eau.

On repart en prenant la route qui devient une piste et remonte un peu. Après une dizaine de minutes, vous quittez la piste pour une autre en épingle à gauche qui descend et traverse le Tarnon à gué. La piste se poursuit de l'autre côté, longeant un ruisseau.

Toutefois, depuis la table de picnic, on peut traverser le Tarnon et longer celui-ci en rive droite pour rejoindre l'itinéraire cité dans le paragraphe précédent mais il y a quelques passages scabreux notamment quand il ya beaucoup d'eau dans la Tarnon.

Vous êtes maintenant sur la piste qui longe le ruisseau et débute alors la partie la plus ingrate du parcours. Une longue remontée débute sur cette piste qui n'est pas moche mais il faut compter presque une heure pour rejoindre la piste balisée GR. A noter que dans la montée, à un carrefour, on sera allé en épingle à droite.

En débouchant sur la piste balisée GR (5 h 40), prendre à gauche. On repart alors pour un gros quart d'heure de piste à peu près horizontale cette fois. Après ce laps de temps, bien repérer un croisement avec une draille balisée PR. Encore une centaine de mètres, et dans un large virage à gauche, repérer cette fois un panneau itinéraire équestre sur la droite. Juste à cet endroit démarre un sentier dont le départ est peu visible.

Une fois sur le sentier, pas de problème, il est imperdable. Il s'agit d'un beau sentier en balcon qui va traverser le versant Est jusqu'à Aire de Côte. Quelques passages à découvert offrant des vues imprenables en direction des vallées cévenoles et beaucoup de zones arborées aux sous bois herbeux. Ce sentier m'a été signalé par des randonneurs comme étant fort broussailleux mais au 30 aout 2014, seule une courte portion de 100 m posait un problème de ce type et j'en ai profité pour donner quelques coups de sécateur. Les suivants pourront en faire autant.

Attention, en route, on rencontrera un piège. En effet, après environ 25 mn, le sentier récupère un large chemin venant de la droite et de ce fait, devient plus large. Il se met à descendre fortement et tourne à gauche. Ici, il ne faut surtout pas tourner à gauche mais au contraire poursuivre tout droit sur un sentier horizontal marqué par un petit cairn.

On repart alors sur le sentier pendant une dizaine de minutes puis on arrive à un carrefour où apparaît un panneautage sentier botanique. Prendre la branche de gauche. Le sentier botanique n'est pas plus entretenu que le sentier non botanique mais il nous amène en quelques minutes à une piste qu'on prend à droite.

Marcher sur cette piste qui sort de la forêt. Arrivé en contre haut des bâtiments d'Aire de Côte, quitter la piste pour un sentier à gauche et descendre jusqu'au gîte puis jusqu'au parking (6 h 45).

Accès et parking

De Valleraugue, monter au col du Pas par la D10. Au col, prendre à gauche en direction de St André de Valborgne, toujours par la D10. Rejoindre ainsi le col de l'Espinas.

Tourner alors à gauche direction Aire de Côte 4 Km. Stationner au bout de la route (grand choix de places, à l'ombre ou au soleil selon la saison).

Terrain

Très longue randonnée avec pas mal de pistes.

Seul le nouveau PR de la crête est un peu difficile mais il se situe en début de parcours alors que le randonneur n'est pas encore fatigué. Par la suite, les sentiers sont plutôt bons et une grande partie du parcours s'effectue sur des pistes. La dernière portion de sentier peut s'avérer broussailleuse (ce n'était pas le cas au 30 aout 2014 mais certains internautes me l'ont signalée ainsi).

Paysage

L'Aigoual est évidemment le sommet mythique des Cévennes. Il faut y être allé, de préférence par temps clair, car la vue est exceptionnelle, et de préférence à pieds, car la saveur est autre que quand on y monte en voiture.

Les accès sont nombreux. Il y a évidemment les 4000 Marches dont vous trouverez la description dans des centaines de topos. Un accès par L'Espérou est décrit par ailleurs. Le versant Nord comporte lui aussi un accès intéressant depuis Cabrillac.

Cependant, je vous propose ici d'accéder de façon originale par le versant Est en visitant la zone comprise entre Aire de Côte et le sommet, composée des deux vallées du Tarnon et du Brion et abondamment boisée.

Dans ce secteur, les pistes ne sont pas surfréquentées et il y a quelques jolis sentiers méconnus. Un nouveau PR vient notamment d'être tracé et il s'agit d'une agréable innovation.

Au final, vous profiterez donc de la magnifique forêt de ce versant, tantôt hêtraie, tantôt mélézin, tantôt mélange conifères feuillus. Vous jouirez également de points de vue dans plusieurs directions, vers le Sud depuis la montée, le sentier des Botanistes et le sommet, vers le Nord depuis le sommet et pendant la descente sur l'épaule Nord, vers l'Est depuis le sentier de retour.

Epoque

En mai et juin, on appréciera les genêts en fleurs, l'herbe bien verte et les pelouses fleuries.

De juillet à septembre, on appréciera la fraîcheur des lieux, le parcours étant quasi exclusivement forestier et en altitude.

A la mi-octobre, on appréciera les couleurs de la hêtraie et à la mi-novembre celles des mélèzes.

Ce circuit n'est pas conseillé en hiver, la route d'accès n'étant pas déneigée et les sentiers étant impraticables.

Fréquentation

Le sommet et ses environs sont évidemment très fréquentés, sauf par mauvais temps. En revanche, le reste du parcours est assez tranquille.

Eau

Fontaine au sommet de l'Aigoual en saison (2 h 05).

Raccourcis

Ne pas faire l'aller-retour au sommet (gain de temps : 20 mn).

Entre le Cap de Brion et le col 1441 sur l'épaule Nord (gain de temps : 45mn).

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.