Esparon : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur moyen
La note des internautes : 17.2 - Nombre de notes : 10
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641ET
explicationsDate de mise à jour11/12/2016
explicationsDurée4 h 40
explicationsDénivelée630 m
explicationsPériode recommandéemai juin novembre

Esparon : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Quitter le parking, traverser la route et se diriger vers la gauche, on découvre rapidement sur la droite le départ d'un sentier balisé en jaune. Il sinue joliment, traverse un ruisseau après une petite dizaine de minutes puis rejoint une piste qu'on prend à droite en direction des maisons. On dépasse celles-ci pour tomber sur une petite route goudronnée. L'emprunter à gauche sur une cinquantaine de mètres puis la quitter pour un chemin creux sur la gauche, juste avant un panneau propriété privée.

Emprunter ce joli sentier, d'abord entre les jardins, puis entre des olivettes, traverser un petit bois et déboucher dans une grande prairie où on rejoint une piste. Aller à droite. Un peu plus loin, elle tourne à gauche, devient goudronnée et en bas de la descente se présente une patte d'oie.

Prendre la branche de gauche. Ceci nous permet de rejoindre un carrefour avec de beaux panneaux (Bréau Les Vignes). Prendre à gauche en suivant la direction de Bréau 600 mètres. Marcher un peu sur la route, passer un pont et 50 mètres après, prendre un large tracé cimenté qui monte à gauche.

Ce chemin coupe la route plus haut (faire gauche-droite), devient une rue goudronnée, longe un parc et débouche dans Bréau. On laisse la place sur la gauche et on continue tout droit, en prenant la rue Harry Seguela qui part à droite de la fontaine (40 mn). Un balisage GRP nous accompagne maintenant. La rue change de nom et s'appelle la rue de l'Horloge et du Chateau. On passe une deuxième fontaine puis une troisième et on continue à monter jusqu'à un parking. Terminus de la route. On est sur la place de la Crouzette.

S'engager sur le sentier balisé jaune et GRP qui démarre à l'extrémité droite du parking. On traverse un joli bout de cédraie puis on pénètre dans la châtaigneraie , en montée. On atteint un carrefour pas très visible cinq minutes plus tard. On poursuit à droite avec les balisages jaune et GRP.

On effectue une agréable traversée au milieu des châtaigniers aux sous bois bien nettoyés, trace d'une autre époque où la châtaigneraie était encore cultivée. Après une petite dizaine de minutes, on franchit un ruisseau puis une montée nous amène à une zone dégagée avec de beaux points de vue sur la vaste cuvette du Vigan.

Puis on repart en sous bois pendant un quart d'heure et on franchit un autre ruisseau. Sur l'autre rive, un courte montée nous amène à Mars. Au carrefour, on prend à gauche et on remonte une rue très pentue. On atteint le parking randonneurs (1 h 20, panneaux) sur la droite puis on tourne à gauche, toujours en forte montée. Bien suivre le balisage.

On quitte le goudron pour un sentier sur la droite. Celui-ci s'élève également fortement mais au sein d'une belle forêt mélangée. Plusieurs lacets plus haut, on atteint les maisons du Truel. Au panneau, suivre la direction col de Mouzoules, on quitte le GRP et on ne conserve que le PR.

On est maintenant sur un ancien chemin bâti qui traverse les prés, les jardins et les maisons des différents hameaux dépendant de Mars. C'est vraiment très sympathique, on est en plein cœur des Cévennes ! Malheureusement, des éboulements de plus en plus nombreux mettent en péril l'avenir de ce sentier ...

Cinq bonnes minutes après le Truel, on traverse le Puech. Encore cinq minutes et on arrive à un carrefour où on prend à droite en montée en suivant un panneau non officiel. Deux minutes après, on traverse un ruisseau et on attaque alors une montée assez raide sur un sentier bien caillouteux qui nous mène en dix minutes à la route.

Prendre celle-ci à gauche. On ne marche que trois minutes sur cette petite route et dans une épingle à droite, on la quitte pour un sentier sur la gauche (bien prendre le sentier et pas la piste).

Ce joli sentier chemine dans les chênes caducs. Tantôt horizontal, tantôt en montée, il finit par sortir de la forêt après une vingtaine de minutes. On est dans un taillis d'épineux et après deux minutes on atteint un carrefour. Aller à droite direction col de Mouzoulès à 50 mètres.

Effectivement, après 50 mètres, on atteint la prairie du col. Dès que possible, tirer à gauche et rejoindre un muret qu'on longe à main droite de façon à atteindre le grand menhir du col de Mouzoules (2 h 20). Lieu de picnic idéal s'il n'y a pas de vent.

Laisser le menhir à main droite, et longer le muret désormais à main gauche. On dépasse un second menhir, plus petit puis on continue sur un sentier qui s'enfonce dans les genêts. Après deux minutes, il débouche sur une piste au niveau d'une citerne.

Prendre la piste vers la gauche. On traverse alors un bout de forêt très variée puis on atteint une bifurcation. Prendre la branche de gauche en légère descente. La piste continue à traverser dans le versant Nord puis passe dans le versant Sud-est, offrant quelques jolies vues . Finalement, elle rejoint un carrefour multipistes.

On prend la piste la plus à droite, qui descend dans le versant Sud-ouest. Passer devant une maison abandonnée, faire cent mètres puis prendre en épingle à gauche pour ensuite descendre doucement pendant un long moment sur cette piste agréable. Vingt bonnes minutes après la maison abandonnée, la piste fait une épingle à droite et un peu moins de 200 mètres plus loin, il faut prendre un sentier en épingle à gauche, dont le départ est peu visible (petit cairn).

Après deux minutes, on longe une clôture à main droite. L'idée est de continuer à longer cette clôture. Quatre minutes après, cependant, il faut s'en éloigner un peu pour éviter des broussailles et des branches cassées. On trouve alors une autre sente plus à gauche, on continue à descendre et on se retrouve alors entre deux clôtures. Une trace plus marquée apparaît qui, juste après, rejoint une piste.

A gauche, c'est le portail d'entrée d'une maison, on va donc à droite. On sort dans les prairies au pied du village d'Esparon (3 h 30). Là, on rejoint deux autres pistes (panneau Esparon). On coupe la route goudronnée et on emprunte un chemin en face (nouveau panneau, suivre direction Esparon) pour monter vers le village. Plus haut, on traverse de nouveau la route.

On atteint les premières maisons en rejoignant une route. A noter un four, une table de picnic et un banc sur la droite. On va à gauche en suivant le balisage jaune. Ici, on peut faire une incursion dans le village d'Esparon, cela prend cinq à dix minutes (aller jusqu'au bout de la rue qui dessert les maisons du versant Sud).

En reprenant le balisage jaune, la ruelle devient chemin puis sentier et pénètre alors dans une superbe forêt de cèdres et de pins. On se faufile dans un chaos rocheux calcaire (ça change du schiste qui nous accompagnait depuis le matin !), on passe à proximité d'un superbe point de vue vers l'Est et le Sud (arrêt obligatoire à cet endroit magnifique !) puis on effectue une petite descente pour arriver sur une large croupe. Continuer sur la croupe dans la chênaie .

Cinq minutes et on découvre sur la droite une échelle en rondins qui permet de franchir un mur de séparation puis on descend au milieu des chênes caducs en suivant bien les balises jaunes. En bas de la descente, le sentier vire franchement à gauche et devient horizontal.

Prendre celle-ci à gauche. On entre dans le joli village de Molières. En suivant scrupuleusement les balises jaunes, on rejoint le parking (4 h 40).

Accès et parking

Atteindre puis dépasser Le Vigan par la RD999. On arrive à un rond point avec direction Meyrueis à droite. Continuer tout droit sur la RD999.

A partir de là, rouler environ 900 mètres puis prendre à droite en direction de Aulas et Arphy.

Rouler environ 600 mètres puis prendre à gauche la D790 direction Molières et Esparon.

Rouler environ 1200 mètres et repérer un immense parking à gauche. Stationner là.

Terrain

A part un passage délicat, tant pour la recherche du tracé que pour l'état du sentier (broussailles), on est toujours sur des sentiers le plus souvent balisés, ou sur des pistes. Les sentiers peuvent être caillouteux.

Pas de difficulté majeure mais une dénivelée quand même non négligeable

Paysage

Le village nid d'aigle d'Esparon et surtout son site sont évidemment une curiosité immanquable sur le parcours. La portion de sentier qui explore le promontoire rocheux sur lequel est bâti le village est une petite merveille (l'ancien tracé, abandonné pour cause d'éboulements, était bien moins joli).

La descente Esparon-Molières permet d'observer les traversiers maintenant abandonnés par l'homme et où la nature reprend peu à peu ses droits.

La partie Molières-Bréau domine la plaine résidentielle du Vigan, pavillons clairsemés dans les prairies.

La montée au col de Mouzoules est très agréable et traverse les petits hameaux de Mars par l'intermédiaire d'un chemin bâti ancestral.

Le col de Mouzoulès est lui-même très élégant avec ses prairies et son menhir.

Epoque

Comme pour la plus part des randos dans ce secteur, les mois du printemps (mai et juin) et d'automne (novembre) sont les meilleurs.

Fréquentation

Plutôt faible.

Eau

Bréau (40mn).

Raccourcis

Très gros raccourci entre la sortie de Bréau et Esparon (gain de temps : environ 1 h 30).

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.