Claret, Corconne et les Embruscalles : le résumé

explicationsTrois coeursRandonneur confirmé
La note des internautes : 16.44 - Nombre de notes : 9
Secteur géographiqueGarrigues
Carte IGNTop25 2742ET
explicationsDate de mise à jour20/12/2020
explicationsDurée, Dénivelée, Distance5 h 00 - 450 m -17,1 Km
explicationsPériode recommandéedecembre janvier fevrier mars
explicationsTelecharger le fichier GPXFichier GPX

Claret, Corconne et les Embruscalles : le topo

Parcours

Ne soyez pas simplement des consommateurs ! Participez à enrichir le site en envoyant vos avis et vos informations par l'intermédiaire de la rubrique commentaires.

Le départ se fait de Claret, parking de l’Eglise. Vous pourrez visiter dans le village le musée du verre et la distillerie très artisanale des Cévennes qui fabrique de l’huile de cade, unique en Europe.

Avec l’église à votre droite, quittez le parking et prenez ensuite la rue à droite direction Domaine Zumbaum. Après une petite centaine de mètres, laissez à droite la rue Haute et à gauche le chemin des Capellières (on reviendra par là) et continuer tout droit rue des Aires. La rue franchit un gué et deux minutes plus tard, le goudron se termine, on poursuit sur un sentier le long d’une maison.

On traverse un autre gué et on continue sur un sentier balisé bleu qui se met à monter doucement. Ce sentier est très joli, il évolue dans une belle végétation et après cinq minutes il rejoint une piste qu’on prend à droite. Cinq minutes de piste et on rejoint une autre piste, beaucoup plus large, qu’on prend à gauche en montée, toujours avec le balisage bleu.

Deux minutes et on ignore à droite un sentier qui part avec le balisage bleu, on continue sur notre vilaine piste et 80 mètres plus loin, on la quitte pour un sentier à droite, non balisé. Six ou sept minutes et on coupe une piste DFCI, on continue en face. Désormais le sentier est en mauvais état. Après une petite dizaine de minutes, il devient progressivement plus roulant et en même temps on sort du dense couvert forestier qui nous accompagnait pour découvrir des vues sur la plaine de Corconne.

On commence à descendre et après un quart d’heure, on touche le goudron et les premières maisons de Corconne (50 minutes). On est place du Bousquillou, on prend la rue de l’Eglise. Deux minutes en montée et on laisse l’église sur notre gauche, on poursuit dans la même rue. Ca redescend, on marche 100 mètres puis on prend la première rue en biais à gauche (pas vu le nom de la rue ?). Cinquante mètres et on prend la rue à droite. Trente mètres et on arrive à la fin du goudron, on prend un chemin sur la gauche.

Un peu plus de 50 mètres et on croise une rue goudronnée, on continue en face en visant le portail d’entrée de la maison numéro 12. Juste avant le portail, on prend à gauche un sentier peu visible. Celui-ci se transforme en escalier. En haut de l’escalier, on prend un sentier à droite. On quitte la dernière maison du village et rapidement on pénètre dans un très beau cirque calcaire.

On est dominé par des falaises à droite comme à gauche et on se dirige vers le fond de ce cirque qui se resserre. Six ou sept minutes sur ce bon sentier et on plonge brutalement à droite pour rejoindre un chemin plus large, c’est celui des touristes. On prend à gauche avec le balisage jaune. Les falaises se rapprochent de plus en plus et après deux minutes, on atteint le fameux Pont du Hasard qui ferme le cirque.

Le sentier aménagé avec des équipements scellés dans la roche passe sous cette arche puis s’élève dans une cheminée, très belle ambiance, un grand moment. La suite est plus facile mais il faut encore monter dans le lit asséché du torrent avec ses marches rocheuses. Finalement, on arrive sur le plateau puis on atteint un carrefour avec un panneau indicateur.

On prend à gauche direction Chapelle. Sept ou huit minutes sur un bon sentier et alors qu’on est en approche de ladite chapelle, on ne manque pas de quitter le sentier pour se diriger vers un pierrier sur la gauche. A l’extrémité de ce pierrier, on bénéficie d’une vue superbe sur le cirque rocheux.

On reprend ensuite le sentier qui nous mène au dos de la chapelle. Ici, on remarque que les rochers dolomitiques forment de grandes colonnes particulièrement esthétiques. Ensuite, on fait le tour de la chapelle par la droite en suivant le balisage jaune. Le sentier descend en longeant un mur puis rejoint un autre sentier, on prend à gauche et on s’engage ensuite dans l’escalier qui mène à la plateforme soutenant la chapelle (1 h 30).

Vous pourrez lire sur le panneau explicatif l’histoire singulière de cette chapelle qui date du19eme siècle. Depuis la plateforme, la vue est superbe.

Ensuite, on redescend l’escalier, au premier carrefour, on prend à droite pour remonter en longeant le mur (attention à ne pas continuer tout droit, sinon vous redescendez à Corconne !). On reprend le sentier par lequel on est arrivé, on laisse le grand pierrier sur la droite, on marche encore 80 mètres et on quitte notre sentier pour un autre sur la gauche, beaucoup plus petit. Donc attention à ne pas le rater !

Quatre minutes et à un carrefour on prend à droite. Encore dix minutes et on rejoint un sentier plus large qu’on prend à gauche. On a retrouvé le balisage jaune. On évolue maintenant sur ce beau sentier très arboré sur un faux-plat montant pendant une dizaine de minutes puis on arrive à un carrefour en T. On abandonne le balisage jaune et on prend à gauche. Cinq petites minutes de montée sur un chemin un peu défoncé et on sort de la forêt. On débouche sur une large piste au niveau d’un carrefour avec un pin au milieu.

On continue en face sur une mauvaise piste qui monte. C’est sans doute le plus mauvais moment de la rando. Heureusement, un peu plus haut, la montée cesse, on commence à bénéficier de vues sur la droite. Puis on commence à descendre et après 10 minutes de cette piste, on arrive à un col avec un carrefour, on prend à gauche en descente en visant un poteau indicateur de rando.

Une minute et on rejoint ce poteau. En suivant la direction « Taillade », on prend un sentier à droite. Celui-ci s’élève fortement dans les marnes érodées. Après cinq minutes, on est en haut de la côte. Après un petit passage horizontal, on sort partiellement du couvert forestier et on entame le parcours sur la crête de Tout Auras, ou crête de Taillade. Depuis le sentier, on bénéficie de vues à 360 degrés. La mer, le Pic St Loup, la Seranne, les Cévennes, le Mont Lozère, le Ventoux. Le sentier descend, franchit un col avec un panneau explicatif (géologie) puis remonte jusqu’à un second sommet (2 h 35). En haut de la côte, se retourner une dernière fois pour admirer le paysage car ensuite, on ne verra plus en direction du Nord.

Juste après, ne pas manquer sur la gauche du sentier un petit promontoire rocheux permettant un point de vue vers le Sud. Puis on reprend le cheminement sur un bon sentier herbeux. Cinq bonnes minutes et carrefour en T, on va à gauche. Le chemin est plus large et moins joli. On entame un long parcours arboré qui va durer un bon quart d’heure.

On rejoint alors une grande piste qu’on prend à droite en compagnie d’un balisage jaune (raccourci en allant à gauche et en suivant le balisage jaune). Cinq minutes sur cette piste et on la quitte pour un sentier en biais à gauche, toujours balisé jaune. Ce sentier est plutôt joli mais il est très arboré et quasiment rectiligne ce qui fait qu’au bout d’un moment on commence à s’y ennuyer un peu !

Après une dizaine de minutes intervient une distraction. Repérer une mini lavogne cimentée sur la droite. Derrière cette lavogne, en s’éloignant du chemin de quelques mètres, on découvre ce qui pourrait ressembler à une chapelle ruinée eu égard à la forme des murs. Pas du tout, il s’agit en réalité d’une citerne enterrée !

On repart, une minute plus tard on arrive à un carrefour où on prend à gauche, abandonnant le balisage jaune. Un peu plus de cinq minutes de sentier et ATTENTION, il va falloir emprunter un petit passage sur la gauche, peu visible mais immanquable si on est concentré car c’est la seule ouverture dans une végétation très dense.

Après une centaine de mètres à l’horizontale, on attaque une descente dans un point de faiblesse de la falaise. C’est très raide, il faut se tenir aux arbres, et surtout très glissant notamment en hiver. Le passage est court et en bas, on tire immédiatement à droite pour trouver un chemin au pied des falaises.

Changement complet d’ambiance. On passe du sombre et humide au sec et lumineux de la falaise. Plus on avance et plus c’est haut, et plus c’est beau. Ces falaises sont un site d’escalade internationalement connu. On trouve ici les voies les plus difficiles de la région et il n’y a quasiment aucune voie facile, du coup les grimpeurs que vous observerez sont souvent d’un très bon niveau.

On longe le pied de la falaise pendant cinq minutes (ou davantage si on inclut les pauses !) jusqu’à trouver sur la gauche le départ d’un bon sentier qui est le sentier d’accès des grimpeurs. C’est depuis cet endroit qu’on bénéficie de la meilleure vue et de la plus grosse ambiance (3 h 30).

Pour la petite histoire, cette falaise porte le nom du hameau qui est en contre bas, les Embruscalles. Ce nom d’Embruscalles, malgré sa belle consonance méridionale, n’est pas d’origine occitane. Il vient du mot Italien Lambrusco désignant un cépage (Italien et bien connu) qui était utilisé par le passé dans ce secteur !

On s’engage sur le sentier en descente, il est aménagé avec des marches en rondins. Après cinq minutes, on arrive sur un replat. Ici, il faut quitter le sentier des grimpeurs pour prendre à gauche, horizontalement, un sentier herbeux pas très bien marqué. Deux minutes plus tard il se transforme en large chemin herbeux, toujours horizontal. Belles vues vers la plaine et en se retournant sur les falaises.

Une dizaine de minutes et on rejoint un ravin. Une fois celui-ci franchi, changement de type de terrain, on est maintenant sur un petit sentier qui se met à monter fortement. Puis on rejoint un sentier plus large qu’on prend à droite en descente.

A la première fourche, continuer à droite en descente. Ensuite, après environ trois ou quatre minutes, il va falloir faire bien attention et quitter notre bon sentier pour une trace qui monte à gauche. Franchement, sans trace GPS, c’est quasiment introuvable. Pour ceux qui n’utilisent pas le GPS, pas de panique, vous continuez à descendre sur le sentier principal. En bas, vous trouvez un carrefour en T, vous prenez à gauche. Tout de suite après, nouveau T, encore à gauche avec le balisage jaune. Une remontée raide puis un court passage rocheux et vous arrivez au même endroit que si vous ne vous êtes pas trompés !

Pour ceux qui ne se sont pas trompés, une fois sur la sente qui part en montée à gauche, pas de difficulté, elle devient rapidement horizontale et de plus en plus marquée. Après une ou deux minutes, on croise le sentier balisé jaune par lequel seront arrivés ceux qui n’ont pas de GPS !

Ici, tout le monde poursuit horizontalement sur une espèce de vire naturelle depuis laquelle la vue est dégagée, c’est très agréable. On marche ainsi sur ce sentier pendant un peu moins de 20 minutes et on finit par rejoindre une piste. On la prend à droite en descente.

Heureusement qu’on est en descente et qu’on a le paysage ouvert devant nous en direction de la plaine car cette piste est particulièrement moche ! Sept ou huit minutes et à une fourche on prend à droite en descente. La piste fait ensuite un virage à droite et ça devient moins vilain. On longe une olivette sur la gauche puis on remarque le château de Ranq sur la droite, qui mériterait un coup de peinture. On longe ensuite des vignes puis on quitte notre piste pour un chemin sur la gauche.

On chemine alors horizontalement entre vigne à gauche et bois à droite. Puis on est entre deux murs à pierres sèches au milieu des olivettes, sans doute sur un chemin ancestral. Après un peu plus de 10 minutes, dernier point d’intérêt du parcours avec une zone de picnic et une table d’orientation sur la droite.

Notre chemin se transforme ensuite en route, se met à descendre et on retrouve le carrefour du matin, on prend à droite la rue des Aires et on retourne au parking (5 heures).

Accès et parking

Claret, Place de l’Eglise.

Si le parking est plein, il existe d’autres parkings dans le village (suivre les panneaux).

Terrain

Attention, deux passages délicats sur ce parcours, le premier en montée lors du passage sous le pont du hasard (aménagé avec des équipements scellés dans la roche, sportif mais sans danger), le second pour accéder à la falaise des Embruscalles depuis le haut (descente courte mais très raide au milieu des arbres et des rochers, techniquement facile mais nécessitant de l’attention compte tenu du terrain glissant).

Circuit assez long mais sans trop de dénivelée, sur des chemins ou sentiers pas trop mauvais pour la région.

Paysage

Si vous consultez la carte d’esthétique, vous constaterez que la majeure partie du parcours est en jaune, donc sans point fort particulier. Et pourtant, ce circuit bénéficie de trois cœurs, ce qui le place dans le haut du panier.

Pourquoi ? Parce que sur le parcours vous allez découvrir trois spots qui méritent à eux seuls le déplacement. En premier le pont du hasard (immense arche sous laquelle passe le sentier) et la chapelle de Corconne. En second lieu, la crête de Tout Auras encore appelée Crête de Taillade depuis laquelle on embrasse un panorama à 360 degrés ou presque. Enfin, pour finir, le site d’escalade des Embruscalles avec ses falaises surplombantes.

Epoque

Excellente rando hivernale bénéficiant du climat de la plaine languedocienne, de la végétation sempervirente et d’une bonne exposition malgré de nombreux passages en forêt donc sans soleil.

Fréquentation

Le secteur de la chapelle de Corconne et ses alentours sont assez fréquentés. Le site d’escalade des Embruscalles est très fréquenté par les grimpeurs, notamment le week-end en hiver.

Le reste du parcours est plutôt calme, hormis en période de chasse.

Eau

Non.

Raccourcis

Couper par le PR au niveau du décollage parapente de façon à ne pas aller jusqu'aux falaises, gain de temps 45 mn environ.

Avertissement

Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.
Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.