La Forêt des Ecrivains Combattants : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur confirmé
La note des internautes : 16.33 - Nombre de notes : 6
Secteur géographiqueHt Languedoc
Carte IGNTop25 2543OT
explicationsDate de mise à jour14/09/2013
explicationsDurée6 h 40
explicationsDénivelée900 m
explicationsPériode recommandéemai juin septembre octobre

La Forêt des Ecrivains Combattants : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Traverser prudemment la route puis prendre un sentier qui descend sur la gauche. Il s'enfonce rapidement et agréablement en sous bois.

Après cinq bonnes minutes, il longe l'ancienne voie ferrée transformée en chemin vert, puis descend un peu et emprunte un tunnel sous le chemin vert. Il se poursuit de l'autre côté du tunnel et rejoint une piste qu'on prend à gauche.

On marche un gros quart d'heure sur cette piste dans un environnement plutôt agréable, hormis le secteur de la station d'épuration (odeurs). Sur la fin, la piste devient sentier et rejoint la route.

Aller à droite en marchant prudemment le long de la route sur une centaine de mètres jusqu'au panneau indiquant sur la gauche la direction de La Borie Basse.

Ici, ne pas prendre la petite route direction Borie Basse mais un chemin herbeux parallèle à la route, sur la gauche de celle-ci. Le chemin monte un peu puis fait un virage à gauche juste avant de déboucher dans un champ. Dans le virage, quitter le chemin pour un sentier à droite qui rejoint rapidement l'ancienne voie ferrée devenue chemin vert.

Prendre le chemin vert à droite. On chemine alors pendant une bonne dizaine de minutes sur ce chemin tout neuf et agréablement revêtu.

Une centaine de mètres avant d'arriver au petit tunnel qui passe sous le village du Poujol, quitter le chemin vert pour un sentier qui monte sur la droite, parallèlement au chemin vert, et qui débouche sur une placette et un parking (50 mn).

Prendre la première rue à gauche, repérable par un ancien panneau "parcours de santé". Fin de la marche d'approche, on attaque la montée.

Marcher sur cette petite route avec de beaux traversiers bien entretenus sur la gauche. A un premier carrefour avec une croix, continuer tout droit et au carrefour suivant, suivre la route qui tourne à gauche (à droite, c'est une piste qui redescend). La montée se fait plus raide et la route encore plus étroite. On pénètre dans la châtaigneraie et le goudron s'arrête.

On arrive à un carrefour où on prend à gauche. La montée se poursuit maintenant en forêt sur un large chemin et après une bonne dizaine de minutes, on débouche sur une piste.

Aller en face. Maintenant, on est sur un sentier, la forêt est variée et le cheminement devient plus agréable.

Un petit quart d'heure et on atteint un carrefour dans une pinède. Prendre à gauche le GR.

C'est l'occasion de récupérer car le sentier fait une pause en évoluant maintenant horizontalement. On atteint le petit hameau de Torteillan qu'on laisse sur la gauche.

A la sortie des maisons, on emprunte un petit bout de route goudronnée (suivre le balisage GR) puis on retrouve rapidement un sentier, toujours plus ou moins horizontal, assez reposant dans ce bel environnement arboré.

Après avoir franchi un petit ruisseau, la montée reprend pour atteindre rapidement les maisons de Combes. On débouche sur une petite route. Ici, ne pas suivre le GR mais prendre en face un escalier.

En haut de l'escalier, on débouche derrière l'église, sur une placette (2 heures). Longer l'église puis traverser la route (robinet d'eau sur le bord de la route à quelques dizaines de mètres à droite) et continuer en face par l'intermédiaire d'un autre escalier. En haut de celui-ci, petite route et parking. Prendre la petite route à droite et de suite à gauche reprendre le GR.

Le sentier est joli, il s'élève au milieu de rochers, offre quelques vues et après un petit quart d'heure de montée, débouche sur une petite route. L'emprunter vers la gauche.

Peu après, on remarque un abri sur la gauche puis on laisse un réservoir sur la droite et la route fait un brusque virage à droite.

Environ 50 m après ce virage, quitter la route pour un chemin sur la gauche. On laisse ici provisoirement le GR (il emprunte la route). On évolue sur un parcours sportif. Après une ligne droite, on atteint une fourche où on prend à gauche puis on rejoint un parcours de VTT (bosses et tremplins). Emprunter ce parcours en restant toujours le plus à droite possible.

Une courte montée nous amène à une piste (barrière) qu'on traverse pour atteindre tout de suite après la petite route de tout à l'heure. On retrouve alors le balisage GR.

On va à gauche, on continue à monter, la route fait une épingle à droite, le goudron cesse, la piste fait une épingle à gauche et on arrive à un panneau "Foret Domaniale".

Quitter ici la piste (et le GR) pour un large passage herbeux sur la droite. Cinq bonnes minutes de montée et on atteint un carrefour. Prendre à gauche. Point de vue tout de suite après sur la droite (2 h 45).

Fin de la première montée. On évolue maintenant dans la belle forêt des Ecrivains Combattants. Notre allée rectiligne s'enfonce sous le couvert des arbres. On longe une agréable zone de picnic sur la gauche avec plusieurs tables. Pause conseillée à cet endroit calme et reposant.

Plus loin, on arrive au monument commémoratif. On poursuit sur une autre allée rectiligne dont le départ est repérable par un panneau du CG34. Cette allée longe la route en laissant celle-ci à main droite. Au bout de l'allée, on traverse ladite route et on entame une montée, rectiligne elle aussi, sur l'allée Henri Manon (je ne suis plus très sûr du prénom ?).

En haut, on débouche sur un carrefour multidirectionnel avec un arbre planté au milieu, comme pour un rond point. D'ailleurs, un panneau indique qu'on est au rond point je ne sais plus quoi. Point de vue.

Ici, il faut prendre la troisième piste à gauche, celle qui descend avec la forêt sur sa gauche et la lande sur sa droite.

Au carrefour suivant, prendre à droite l'allée Leo Byran. On longe toujours la lisière de la forêt. Un peu plus loin, on laisse la piste partir à droite et on continue à longer la lisière (balisage GR, panneau GR7). On remarque sur la droite une citerne enterrée puis on s'engage sur un sentier.

Rapidement, on bénéficie d'une superbe vue sur l'enfilade des gorges de Madale sur la gauche et aussi sur le village du même nom en face de nous. Quelques beaux rochers agrémentent le paysage de bruyère et de genêts.

On descend par l'intermédiaire de ce sentier extrêmement caillouteux et pierreux jusqu'à atteindre le cours d'eau qu'on franchit sur un petit pont (endroit agréable au printemps)(3 h 25). Une remontée de quelques minutes et on rejoint la route à proximité du hameau de Madale. Traverser la route et poursuivre en face direction Douch, La Fage, GR7.

Finie la forêt, on est maintenant dans un paysage ouvert (toujours bruyère et genêts, parfois fougères) permettant de bénéficier de vues, notamment vers le Nord. En fin d'été, les montagnes couvertes de bruyère mauve du côté de Rosis sont du plus bel effet.

Une montée puis une traversée et on arrive en une petite demi-heure à une horrible piste récemment bulldozerée. La prendre à gauche. On abandonne définitivement le GR7.

Heureusement, on ne marche qu'une centaine de mètres sur cette piste et on la quitte pour un sentier balisé jaune sur la droite.

Très joli sentier qui se faufile en sous bois. D'abord horizontal puis en descente et il sort de la forêt pour nous offrir quelques vues sur le hameau de La Fage, blotti en haut des gorges de Colombières.

On poursuit maintenant dans la lande et rapidement, le paysage s'ouvre pour permettre de magnifiques vues sur les gorges de Colombières. On entame alors un superbe parcours en balcon avec des vues permanentes, qui plus est sur un bon sentier bien tracé. Un des plus beaux parcours du Caroux.

Après une petite demi-heure de bonheur, le sentier entame progressivement sa descente (4 h 45), avec cette fois des vues vers le Sud.

Quelques virages à découvert et on entre en forêt. On entame alors une longue descente, d'abord dans les chênes verts puis dans les châtaigniers, sur un sentier qui a été remis en état il y a quelques années mais qui recommence à se dégrader. Toutefois, il s'agit sans doute du sentier le mieux revêtu de tout le versant Sud du Caroux, réputé pour le mauvais état de ses chemins (c'est pas sa faute, c'est celle de sa géologie).

Compter facilement une heure de descente pour 450 m de dénivelée négative et on arrive à un panneau puis à un carrefour avec un autre panneau. Une route part à gauche mais on ne la prend pas et on continue à droite horizontalement. Encore une petite descente et on arrive aux maisons des Seilhols (6 heures).

Bien suivre le balisage jaune et s'engager dans une petite ruelle en escaliers. On va finir la descente par cet interminable escalier en sous bois qui finit sa course devant l'entrée d'une maison. Ca y est, on est en bas. En suivant le balisage jaune, on rejoint la départementale qu'on traverse.

On continue en face sur une petite route puis on prend à gauche le Chemin du Bois del Mas. Après un virage, cette petite route cimentée change de nom et devient Chemin de la Carrierasse. Plus loin, à un carrefour dans les maisons, continuer dans la rue du Puits.

On sort progressivement des maisons et on arrive à un carrefour avec un stop. Prendre tout droit. Un bout de ligne droite et la route fait un virage à droite très marqué. Quitter la route pour un chemin cimenté sur la gauche.

Ce chemin se rétrécit, passe en sous bois, descend pour franchir un ruisseau puis on entame une dernière montée sur un sentier parfois caillouteux et on débouche finalement à la départementale, en face de notre parking (6 h 40).

Accès et parking

Se rendre à Bedarieux puis au Poujol sur Orb par la RD 908.

Rouler 2,5 Km à partir du panneau indiquant la sortie du village et stationner sur la droite sur un bon et grand parking aménagé.

Terrain

Longue randonnée avec dénivelée non négligeable. Plusieurs montées. Une descente très longue. Des sentiers pas trop mauvais pour le Caroux mais quand même pas faciles. Donc assez sportif au final.

Paysage

J'avais cette randonnée en stock depuis plusieurs années mais elle n'était pas présentable car pour faire la jonction entre les Seilhols et Le Poujol il fallait emprunter un long bout de route départementale.

J'ai attendu que le chemin vert réalisé gentiment par le CG34 soit terminé et je peux aujourd'hui vous proposer cette balade sans que vous ayez à marcher plus de quelques dizaines de mètres sur la grande route.

La jonction en question en fond de vallée n'est pas ennuyeuse du tout, contrairement à ce qu'on pourrait croire.

La montée entre Le Poujol et la Forêt des Ecrivains Combattants s'effectue essentiellement en forêt et le plus souvent sur le GR7. La forêt est belle, le sentier aussi, mais il n'y a rien d'exceptionnel à voir.

Le secteur des Ecrivains Combattants, en plus de son intérêt historique, est agréable à parcourir, belles allées rectilignes et ombragées.

C'est à partir de la descente sur Madale qu'on bénéficie de points de vue, d'abord vers le Nord et ensuite sur les Gorges de Colombières. C'est ici le point fort de la randonnée.

La descente finale en forêt est un peu longue et fastidieuse.

Epoque

Déconseillé en hiver, assez austère dans ce secteur et en été car il fait chaud dans ces versants bien exposés.

La mi-saison est agréable, de mi-mai à fin juin (genêts en fleurs), puis en septembre et octobre (bruyère).

Fréquentation

Le troisième tiers du parcours est parfois un peu fréquenté, car c'est un des "must" du Caroux.

Eau

Robinet à Combes (2 heures).

Raccourcis

Non.

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.