La Source du Dourzon : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.83 - Nombre de notes : 12
Secteur géographiqueCausses
Carte IGNTop25 2642OT
explicationsDate de mise à jour08/08/2015
explicationsDurée3 h 45
explicationsDénivelée320 m
explicationsPériode recommandéejuin juillet aout septembre

La Source du Dourzon : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Reprendre la route par laquelle on est arrivé. A la croix, prendre la piste à droite (vague balisage jaune). Marcher un bon quart d’heure sur la piste en longeant des cultures sur la droite et la forêt sur la gauche.

Puis la piste se transforme en sentier, on pénètre dans un sous bois dense et on longe le Dourzon. Provenant d’une source karstique, le Dourzon coule toujours abondamment, même en été. On arrive à un petit pont, ne pas le franchir mais aller à gauche. Marcher une ou deux minutes et atteindre une fourche. Ne pas prendre à gauche direction Pas de la Mule (c’est par là qu’on reviendra) mais continuer à droite direction Source du Dourzon.

Marcher une dizaine de minutes sur un excellent sentier le long de l’eau, dans un sous bois dense et varié. Très agréable. Puis on arrive à la source et son bassin (35 mn).

Faire le tour du bassin par la droite ou par la gauche, c’est égal. A l’autre extrémité du bassin démarre un sentier balisé en jaune qui monte fortement. Quelques passages dans les rochers nécessitent de mettre les mains mais il n’y a absolument aucune difficulté. Toutefois, la montée est ardue mais elle ne dure qu’un bon quart d’heure. En haut, on se retrouve sur le causse, le sentier devient horizontal, zigzague joliment dans une pinède aux sous bois fournis puis débouche sur un grand chemin.

Panneau Forêt Domaniale du Causse du Larzac. Aller à gauche. Ce grand chemin, toujours vaguement balisé en jaune, est bien reposant. Une bonne dizaine de minutes s’écoulent et on arrive à un panneau sur la droite indiquant l’abri des canalettes. Prendre ce sentier, on effectue ainsi un petit aller-retour d’à peine cinq minutes pour aller voir un abri sous roche grillagé. Le site est joli, on pourra aussi lire les explications sur un panneau.

De retour au chemin, on marche une minute et on débouche dans une pinède avec en sous bois des jeunes plants protégés par des grillages. Bien faire attention et repérer à l’angle d’un érable (panneau sentier botanique) le départ d’un sentier sur la droite (1 h 15).

Le sentier est peu évident à suivre dans la plantation, puis un autre sentier nous rejoint de la gauche et on retrouve alors la forêt naturelle. Le sentier est alors bien mieux marqué, toujours bien revêtu et agréable à marcher. On progresse une grosse dizaine de minutes globalement en direction de l’Ouest et globalement en montée. Et on débouche à un point de vue sur une zone de chaos dolomitiques.

C’est ici que les choses se compliquent en terme d’orientation. Des balises orange ici ou là ainsi que quelques cairns pourront vous aider mais ne vous y fiez quand même pas aveuglément car le balisage est mobile et pas toujours compréhensible ...

A noter que toutes les indications que je vous communique sont espacées de une à deux minutes maximum, parfois même moins d’une minute. Donc si vous ne retrouvez pas les points de repère décrits, n’attendez pas une demi-heure pour faire demi-tour !

Après le point de vue, le sentier vire à gauche pour prendre la direction du Sud. A chaque carrefour, prendre la sente de gauche et rejoindre une belle arche, immanquable. Passer à droite et en contrebas de celle-ci.

Vous la longez donc à main gauche et une fois à sa hauteur, vous lui tournez le dos pour viser un gros rocher plus ou moins pyramidal qui semble fait de quatre couches superposées. Arrivé au pied de ce rocher, on retrouve une bonne sente qui part vers la gauche, en sous bois.

On marche maintenant dans la pinède puis le sentier se met à descendre et longe un immanquable rocher longitudinal percé de deux trous. Puis on traverse une zone herbeuse, on retrouve ensuite le sous bois, on dépasse une zone où de l’élagage a été pratiqué récemment au pied de rochers troués et on arrive à une fourche.

Le parcours normal va à gauche mais je vous recommande de prendre d’abord la branche qui continue en face afin de faire une petite boucle d’à peine dix minutes au milieu de zones rocheuses intéressantes.

A une première fourche (parfois invisible selon la fréquentation des sentiers), on va à droite (on reviendra par la gauche), le sentier monte, franchit quelques marches rocheuses puis débouche sur un replat sablonneux et sur un sentier bien marqué. Le prendre à gauche.

On longe alors par ce bon sentier une zone de rochers légèrement surplombants, très esthétiques. Le parcours est aménagé, il y a une balustrade faite avec des cordages. Puis on longe une belle arche très délicate (référence US).

Ensuite, le sentier replonge en forêt. En suivant des balises orange, on laisse sur la droite une nouvelle petite zone de rochers surplombants puis sur la gauche une grande caverne puis une autre caverne à droite (plus petite) et on retombe sur le sentier emprunté quelques minutes avant. On va à droite et on retrouve la fourche. Fin de la petite boucle optionnelle.

Revenu à la fourche, on prend donc l’autre branche. Le sentier traverse une zone herbeuse puis sinue en forêt, franchit une petite zone dolomitique, retourne en forêt, tout cela en légère montée.

En haut de la montée, dans une zone herbeuse, continuer en face sur la sente la plus nette. On se met à descendre dans un sous bois herbeux et on sort dans une zone dolomitique. Le sentier devient sablonneux (grésou) et franchit plusieurs petits rochers en descente. A la fin de cette zone, on arrive à une nouvelle fourche.

Ici, il est obligatoire de prendre la branche de droite pour effectuer un aller-retour (compter un quart d’heure pour en profiter) au fond d’une canaule. La visite d’une canaule (celle-ci en particulier) est un évènement qui vous laissera un souvenir ému.

La sente descend en sous bois puis pénètre progressivement dans la canaule. Petit à petit, les parois se resserrent et à la fin il faut tomber le sac à dos car il faut se mettre de profil pour passer. Tout au bout, l’aventure s’arrête car ensuite on entre dans le monde de la spéléo.

Voila, vous avez compris, une canaule est un corridor créé par la dissolution de la roche. Il y en a de toutes tailles mais l’exemplaire que vous venez de visiter est particulièrement spectaculaire.

De retour à la fourche, on prend l’autre branche. Le sentier descend (noter une mini arche sur la gauche). En bas, on est dans un sous bois sombre et frais. Il y a pas mal de sentes dans tous les coins (et des balises orange un peu partout). Il faut toujours conserver la direction globale vers le Sud, ne pas prendre les sentes qui partent à gauche, conserver une petite falaise végétalisée à main droite.

Une des sentes qui partent sur la gauche (croix orange sur les arbres) rejoint une autre canaule, sympa mais moins impressionnante que la précédente.

Notre sentier se met alors à remonter entre deux rochers. A la sortie de ce corridor, prendre en biais à droite en direction d’un replat sablonneux.

Sur ce replat, continuer légèrement à gauche en visant une sente qui pénètre en sous bois (on peut prendre les sentiers de droite pour rejoindre en quelques mètres un point de vue sur la canaule qu’on vient de visiter).

Notre sente se faufile alors en sous bois assez dense. Juste avant la sortie du sous bois, il y a une bifurcation, ignorer la sente qui part à droite et continuer tout droit. Immédiatement, on sort donc du sous bois et la sente s’élargit nettement, on retrouve un terrain sablonneux et cette fois, il n’y a plus de difficulté, en deux ou trois minutes on rejoint alors une grande piste carrossable (2 heures 30).

Prendre cette piste à gauche. Un quart d’heure de piste et on atteint la maison forestière des Canalettes. Pas très belle mais en face, il y a une agréable zone de picnic avec deux tables bien ombragées.

On poursuit la piste, direction La Blaquererie. On a retrouvé un balisage jaune. Après trois ou quatre minutes, prendre à gauche direction Pas de la Mule. Encore cinq minutes de piste et on prend à gauche un chemin indiqué par un panneau Pas de la Mule peu visible.

Le chemin est horizontal, il chemine en sous bois, parfois très denses, de feuillus (érables, hêtres, noisettiers) et de buis sous de grands pins. Sympa. Progressivement, le chemin devient sentier. Attention, bien suivre le balisage jaune, à un moment donné, on bifurque brutalement à droite.

Encore quelques zigzags en sous bois puis on commence la descente. On arrive alors au Pas de la Mule, magnifique passage tracé dans les rochers. Il faut franchir de bonnes marches mais encore une fois, aucune difficulté. Admirons ici le travail de ceux qui ont tracé ce sentier sans doute historique (pas trouvé d’infos là-dessus).

Une fois passé le verrou rocheux, on se laisse descendre tranquillement sur un bon sentier et on rejoint le carrefour vu à l’aller (3 heures 25). On rentre alors au parking par les bords de rivière puis par la piste.

Accès et parking

Sur A75, sortie Le Caylar. Prendre direction La Couvertoirade puis suivre direction Nant. Après 5,3 Km de descente sur la D55, attention, prendre une petite route à gauche direction Le Liquier.

Rouler 2.8 Km et à un carrefour en T, ne pas prendre Mas du Pré à droite mais aller à gauche. Cent mètres plus loin, nouveau carrefour, continuer tout droit. Encore 300 mètres et la route tourne à droite au niveau d’une croix puis franchit un pont sur le Dourzon. Carrefour, aller à droite et stationner de suite sur la droite, grand dégagement.

Terrain

Circuit très court, à peine 4 heures, et de faible dénivelée, sur de bons sentiers dans l’ensemble et presque entièrement à l’ombre. Et pourtant, cotation « randonneur confirmé ». C’est qu’il y a un bon bout non balisé et où il faut un sens bien affirmé de l’orientation, de la lecture de carte et de la lecture de topo.

Paysage

Plusieurs choses intéressantes sur ce circuit court et très dense. Le départ et l’arrivée se font au bord de la rivière dans des sous bois touffus. La montée et la descente se font par des sentiers intelligemment tracés en forêt au milieu de petites barres rocheuses. Sur le plateau, vous visiterez de nombreuses curiosités. Cavernes, rochers dolomitiques aux formes variées et surtout les fameuses canaules, spectaculaires corridors creusés dans la roche par la dissolution. Pas le temps de s’ennuyer sur ce parcours !

Epoque

Bonne randonnée d’été car presque 100% ombragée et dans des versants Nord ou sur le plat, avec en plus une partie au bord de l’eau, bien à la fraiche.

Fréquentation

Une partie du circuit est balisée mais pour autant, pas grand monde. La partie non balisée est très peu parcourue. Il n’y a que dans le secteur de la maison forestière et de la piste qui y mène que vous pourrez voir du monde, peut-être.

Eau

Non.

Raccourcis

On peut shunter la partie non balisée mais quel dommage, d’autant que la rando est courte (gain de temps 1 heure 30).

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.