L'Arboretum de Cazebonne : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur moyen
La note des internautes : 16.77 - Nombre de notes : 13
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641 ET
explicationsDate de mise à jour07/06/2014
explicationsDurée4 h 00
explicationsDénivelée630 m
explicationsPériode recommandéejuin juillet aout septembre octobre

L'Arboretum de Cazebonne : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Marcher sur la route pendant quelques dizaines de mètres et à la sortie du premier virage à gauche, prendre un large chemin sur la gauche. Rapidement, ignorer un chemin qui part en épingle à gauche, c'est l'entrée d'une maison, puis repérer un panneau d'entrée du PNC et un panneau PR. Ici, prendre le sentier de gauche qui s'élève fortement. On va désormais suivre ce PR (mal) balisé en jaune.

On monte dans une chênaie châtaigneraie aux sous bois herbeux , d'abord sur une large épaule puis en traversée ascendante dans le versant Sud-est. La forêt devient alors plus mélangée. Plus loin, le sentier devient plus large mais moins joli. On traverse quelques ruisseaux et les zones de forêt hygrophile qui vont avec. Puis on franchit une nouvelle clôture et juste après, à la bifurcation, on prend le sentier de gauche qui monte.

Ce sentier effectue une traversée dans les chênes caducs puis plonge en direction d'un ruisseau. Traverser celui-ci et de l'autre côté, ne pas monter mais le longer pendant quelques dizaines de mètres avant de retrouver la trace qui se poursuit en traversée ascendante.

Quelques minutes et on sort du couvert forestier dans une zone de genêts pour atteindre rapidement une crête non sans avoir auparavant franchi une nouvelle clôture (45 mn). D'ici, les vues, sans être lointaines, sont belles vers le bas et aussi vers le haut. On a ainsi une vue d'ensemble assez intéressante de la physionomie de ce secteur. On emprunte une sente à droite sur la crête et on marche quelques minutes jusqu'à repérer à droite un panneau PR et à gauche le passage à travers une clôture qui indique le départ du sentier.

On descend alors dans une zone arborée beaucoup plus claire et ouverte. On traverse un petit ravin puis on retrouve les genêts avec de belles vues vers la droite. Un nouveau franchissement de clôture et on atteint une piste au niveau d'une épingle.

On quitte ici le balisage jaune PR. Prendre cette piste à droite et la quitter immédiatement pour dégringoler sur la droite par l'intermédiaire d'une sente. On se retrouve à côté d'une clôture qu'on va maintenant longer à main droite en descente, droit dans la pente. Un bon passage longe cette clôture, il n'y a pas de difficulté. En bas, la clôture disparait, on se retrouve sur un vieux chemin qui en quelques mètres débouche sur une grande piste.

Prendre la piste à gauche en montée. Faire cent mètres environ et repérer sur la droite des petits panneaux indiquant le nom des arbres et un panneau "retour". Ici démarre un sentier qui descend. Presque immédiatement, on arrive à un carrefour avec des panneaux. Dans un premier temps, on prend à droite, direction "sens de la visite". On va faire un aller-retour de cinq bonnes minutes qui nous amène d'abord à un araucaria puis à un beal avec trois séquoias sur la droite. On peut encore descendre jusqu'à la rivière mais pas plus. Ensuite, on remonte au carrefour et on prend à droite, horizontalement. Le sentier se faufile joliment en forêt puis entre des rochers le long de la rivière puis remonte et retrouve la piste. La prendre à droite.

On passe devant l'ancien arboretum de Cazebonne (1 h 30), dont une partie est désormais habitée par des privés (et une autre partie à vendre). On continue sur la piste une paire de minutes puis on atteint une épingle avec une table de picnic en contrebas à droite, pause possible.

Dans cette épingle, on quitte la piste pour un large sentier dont le départ se repère aisément par un grand panneau "sentier des cascades". On évolue ensuite sur ce sentier vraiment très agréable, souvent en compagnie de la rivière. Il faut essayer de suivre les panneaux ONF mais ce n'est pas aisé car ce balisage est à l'abandon et certains panneaux sont cassés.

Finalement, après avoir dépassé un promontoire d'où on a une vue sur une cascade, on débouche sur un sentier plus large, balisé jaune. On le prend à droite. Quelques minutes et on arrive au torrent qu'on franchit à gué. Cela peut être difficile en période de grosses eaux...

Sur l'autre rive, le sentier poursuit son parcours dans une forêt sans cesse changeante, vraiment agréable. Puis on sort de la forêt et on débouche dans une zone dégagée. Ici, pas évident, le sentier tourne à droite, se mettant à descendre entre la forêt à droite et la zone dégagée à gauche, puis tourne à gauche et traverse la zone dégagée.

Puis il retrouve la forêt mais dans une ambiance plus sèche, genre chênes caducs. Une descente progressive nous amène au Villaret (2 h 30).

On débouche sur une petite route qu'on prend à gauche (raccourci possible en prenant à droite avec le balisage jaune et en rentrant au parking en empruntant la route). On sort du hameau, le chemin franchit un pont sur la Vis (eh oui, c'est bien elle !). Juste après le pont, prendre un sentier à gauche le long de la rivière. On arrive à une bâtisse qu'on laisse sur la gauche. Puis on longe un jardin et au carrefour, on continue tout droit. Le sentier se faufile dans une végétation dense puis débouche sur un grand chemin dans un virage à droite.

Le prendre en montée. On poursuit en forêt puis dans les genêts. Une épingle à gauche et une dernière montée nous amène à un col sur une large croupe. Panneaux officiels. On prend à droite direction Alzon.

On est maintenant sur un large chemin pas très beau et ça se met à monter sérieusement. Mais les vues sont vraiment belles et finalement cela passe bien. Il faut 15 à 20 minutes d'effort pour atteindre le Rocher de l'Aigle. De là, la vue est panoramique. On est à cheval sur les vallées de la Vis et de l'Arre et la vue porte jusqu'au Vigan et au delà.

On continue notre parcours de crête par une descente très raide sur une sente puis on retrouve un large chemin qui remonte. Puis on longe une rangée de cèdres. Bien repérer ce passage. En effet, 70 mètres après le dernier cèdre, il faut quitter la piste pour un chemin herbeux sur la droite.

L'amorce de ce chemin est vraiment très difficile à trouver car il se confond avec la végétation environnante. Voici plusieurs indications pour vous aider à le trouver. Premièrement, il vous faut donc avoir parcouru 70 mètres depuis le dernier arbre du bosquet de conifères sur la gauche. A l'endroit de la bifurcation, il y a normalement un cairn. Le chemin que vous cherchez part très à droite, avec un angle de 60 degrés environ par rapport à notre piste de montée. Pour trouver la suite du chemin, il faut viser entre deux châtaigniers.

Toutefois, avant de prendre ce chemin, je vous invite à poursuivre le parcours sur la crête pendant 300 mètres environ, pour rejoindre un sommet non nommé mais côté 893 sur la carte car depuis ce point, on a la vue en enfilade sur toute la crête jusqu'au dessus d'Alzon, c'est très joli (3 h 30).

Demi-tour, on redescend, on remonte un poil, on redescend cette fois-ci sur une distance de 80 mètres et on prend donc le chemin à gauche dont le départ est peu visible. Une fois sur celui-ci, il suffit de se laisser descendre jusqu'en bas. On franchit la Vis, on remonte à la route et on termine par cinq petites minutes de goudron pour rejoindre le parking (4 heures).

Accès et parking

Depuis Le Vigan, se rendre à Alzon par la D 999. A la sortie du village, tourner à droite sur la D 231 en direction du Villaret.

Rouler 3,3 Km et stationner sur la gauche de la route, dans un virage serré à droite, à la sortie d'un petit pont. Autre dégagement cette fois sur la droite quelques dizaines de mètres plus loin dans le virage à gauche qui suit.

Terrain

Le circuit est court et la dénivelée est raisonnable La randonnée peut paraître facile mais les sentiers ou chemins sont souvent en mauvais état, ce qui augmente nettement la fatigue ressentie.

Paysage

Initialement, le topo est né suite à la création d'un circuit PR dans ce secteur. Un circuit ONF plus ancien permettait d'améliorer le parcours. Un sentier trouvé par l'auteur permettait de boucler tout cela.

Aujourd'hui, le PR est toujours existant mais n'est plus entretenu, le sentier ONF encore moins et le sentier de bouclage m'a été signalé par plusieurs internautes comme étant quasi impraticable.

J'ai donc remplacé ce sentier par un autre parcours plutôt avantageux puisqu'il nous mène sur les crêtes qui séparent la vallée de la Vis de la vallée de l'Arre. Un complément intéressant au reste du topo dont les points forts sont les forêts et les rivières.

Epoque

Malgré sa faible altitude et son exposition, cette randonnée peut s'effectuer tout l'été car le parcours est souvent ombragé. La dernière partie se déroule toutefois à découvert. En été, la végétation envahit souvent les chemins, le port du pantalon est conseillé !

C'est certainement en juin, avec les sous bois et les genêts fleuris et avec de l'eau dans les ruisseaux, que les conditions sont les meilleures.

N'oubliez pas octobre avec également de l'eau et avec les premières couleurs d'automne de la hêtraie. A cette saison, le franchissement du torrent à gué peut s'avérer problématique.

Fréquentation

Très faible malgré le balisage PR et le balisage de l'ONF.

Eau

Non.

Raccourcis

Retour depuis le Villaret par la route (gain de temps : 1 heure).

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.