Caroux : le résumé

explicationsTrès intéressantRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.19 - Nombre de notes : 16
Secteur géographiqueHt Languedoc
Carte IGNTop25 2543 OT
explicationsDate de mise à jour21/05/2006
explicationsDurée7 h 00
explicationsDénivelée1180 m
explicationsPériode recommandéemai juin

Caroux : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

GPS 496460 4824138 240 m

Revenir vers l'entrée du village. Prendre une ruelle à gauche (robinet d'eau, panneau Roc de Peyris, Col de Coulaïgo). Monter dans les maisons. Au bout de la ruelle, il y a un parking 3 places. Prendre le sentier à droite de ce parking, très peu visible, qui aboutit juste au dessus sur une route cimentée. La prendre à droite. Après une dernière maison à gauche, la route devient un sentier balisé en rouge.

A l'origine, la montagne avait été équipée par l'homme de terrasses pour y cultiver les châtaigniers. Tout cela est maintenant abandonné. Le sentier se faufile harmonieusement entre les murettes de pierre qui soutiennent ces terrasses, dans une belle forêt. Bien suivre les balises rouges. Finalement, on atteint une ruine.

A partir de là, la trace se met à monter sérieusement. On s'élève dans les blocs de gneiss et les chênes verts, avec des vues de plus en plus belles sur les Gorges d'Héric et les parois du versant Ouest du Caroux. Il faut être bien attentif au balisage rouge un peu effacé.

On passe un premier col, le Pas du Cabalet, avec une jolie vue si on monte sur le gros rocher. Plus loin, on passe près de l'entrée d'une galerie et d'une source qui ne coule pas toujours. A partir de là, la difficulté du sentier s'accentue temporairement. Plus haut, on franchit un second col moins marqué puis à l'issue d'une longue montée, on tourne brusquement à droite et le sentier devient bon pendant cinq minutes. On arrive alors au Col de Peyris où il y a un poteau indicateur (1 heure).

On poursuit avec le balisage rouge en traversée d'abord plus ou moins horizontale puis franchement ascendante dans le versant Est. Finalement, on sort de la forêt dans une zone dénudée et très érodée puis on arrive à un col où trône un poteau indicateur n'indiquant rien. D'ici, on prend conscience de la dimension et du caractère du massif qui surplombe les Gorges et qui nous fait face.

On prend maintenant une direction presque opposée à celle d'où on vient en visant le Col de Coulaïgo qu'on devine plus haut . On part en traversée, puis on monte fortement pour atteindre le col. Vue magnifique vers le Nord et les gorges.

Prendre alors vers l'Ouest un sentier balisé en jaune dont le départ n'est pas évident à trouver. Après une grosse centaine de mètres dans les chênes verts, on atteint un promontoire avec un immense rocher plat surmonté d'un non moins immense cairn, point de repère obligé. Depuis cet endroit, la vue sur la vallée est remarquable.

On repart avec le balisage jaune qu'il faudra s'appliquer à ne pas perdre car le sentier est vraiment tortueux. Puis on retrouve plus ou moins la crête et plus loin, on rejoint un sentier plus large, balisé en bleu et en rouge, qu'on prend à droite (1 h 50).

GPS 495747 4825939 608 m

Le sentier est maintenant en bien meilleur état . On effectue une grande traversée et à une patte d'oie, on prend à droite suivant un balisage rouge.

GPS 495327 4826493 643 m

La végétation est plus variée. Puis on commence à entendre crier Léon et on sait alors qu'on est à la hauteur de Bardou qu'on laisse en contrebas à gauche. Il faut dire que Bardou est le village des cinq paons (au moins). En entrant dans les chênes verts, on rejoint le sentier qui vient du village, on atteint un col avec un carrefour et on prend en face et en descente le sentier balisé GR.

La descente en lacets progressifs dans les châtaigniers est très agréable. En bas, on traverse le Vialaïs sur un magnifique petit pont puis on remonte le long du ruisseau d'Héric pour atteindre finalement le village du même nom (2 h 55). Ce petit hameau d'Héric, noyé dans la forêt au pied des aiguilles rocheuses, est bien sympathique.

Dans le village, au carrefour, aller en face en suivant la direction de Douch puis passer devant la buvette. A la sortie du village, laisser la piste à droite et prendre le GR en biais à gauche. Un peu plus loin, on traverse l'Héric sur une passerelle et on attaque la montée vers Douch. Celle-ci est très régulière sur un bon sentier souvent caladé. Les châtaigniers sont peu à peu remplacés par les hêtres auxquels ils cèdent totalement la place à la fin. On sort ensuite de la forêt dans les genêts et la bruyère et en se retournant, on apprécie le relief rocheux, découpé et gorgesque vers le sud. On atteint peu après un col herbeux, le Col de l'Airole. Là, changement total de décor avec le versant Nord aux formes arrondies, aux prairies, aux zones de bruyères et de genêts. En contrebas, on aperçoit Douch, vers lequel on se dirige sur un large tracé. Peu avant les maisons, tourner à droite en suivant toujours le GR (3 h 55).

GPS 497783 4828554 903 m

Cependant, si on a besoin d'eau, continuer jusqu'à toucher le goudron et faire vingt mètres à gauche, il y a une source. Revenus sur le GR, attaquer la montée vers le plateau, d'abord dans les genêts et la broussaille, puis à travers un joli bout de hêtraie.

On sort sur le plateau au niveau d'un carrefour où on va tout droit avec un balisage jaune. Les zones de bruyère et de genêts alternent avec des bosquets, on passe un petit étang et au carrefour qui suit immédiatement, on laisse aller à gauche le GR pour prendre à droite en suivant le balisage jaune.

GPS 497936 4827394 1044 m

Après avoir traversé une agréable hêtraie, on arrive au refuge de Font Salesse , à l'ombre des pins et entouré d'herbe à sieste et à pic-nic. Ici, deux options, passer par le belvédère ou descendre directement vers la vallée. Pour cette dernière solution, on tourne le dos au refuge et on prend une allée rectiligne qui amène au bord du plateau. Là, le sentier se met à descendre en empruntant la combe de gauche. Il rejoint rapidement un sentier venant de la gauche, celui de la deuxième option.

Deuxième option, du refuge, prendre la piste qui part vers l'Est et la quitter après 200 mètres pour un sentier à droite balisé en jaune. Horizontal, ce sentier traverse quelques zones arborées puis une clairière couverte de bruyère et de fougères, longe le rebord du plateau et atteint le belvédère du Caroux (4 h 50).

Après un coup d'oeil depuis cet exceptionnel promontoire, on reprend le même chemin. Après environ 200 mètres près du rebord du plateau, on tombe sur une fourche (photo). Le sentier de l'aller va à droite, on part à gauche. Il n'y a pas de balisage.

GPS 498154 4826460 1040 m

On descend pour traverser un petit ravin puis on remonte quelques mètres et on rejoint le sentier de la première option. La descente proprement dite débute alors. Elle se fait d'abord dans un paysage d'arbres diverses disséminés au milieu des dalles de gneiss, offrant de jolies vues vers la vallée.

Puis on entre dans la chênaie verte. Bien plus bas, on atteint un carrefour avec un énorme cairn. Ne pas prendre vers le Sud direction St Martin, ni vers l'Est la Piste des Bitterois, mais vers l'Ouest direction Bertouyre. Après une petite descente suivie d'une traversée horizontale, on atteint le Col de Bertouyre. On bascule dans le versant Ouest en admirant cette fois les Gorges d'Héric sous un autre angle. La descente est raide, souvent en escaliers, mais jolie. En bas, on rejoint le ruisseau qu'on traverse sur un pont (6 h 40).

On tourne à gauche sur la petite route, on laisse le parking payant à gauche, on entre dans les maisons du Verdier et au niveau d'une placette avec des panneaux d'interdiction de stationner, on prend en épingle à droite une petite allée cimentée qui à l'air d'aller à la maison appelée Le Caroux (Gîte de France).

GPS 497290 4824325 218 m

En fait, on passe devant la grille et on continue sur un sentier qui longe une vigne, puis un champ d'oliviers puis on passe un peu plus loin entre deux murs à pierres sèches dans une très jolie forêt . On atteint ainsi les premières maisons de Mons, on descend la ruelle, on passe sous un porche et on retrouve la petite rue du départ qu'on prend à gauche pour retourner au parking.

Accès et parking

Venant de Bédarieux par la D908, quitter celle-ci à La Trivalle pour la D14E, direction Mons La Trivalle. Une centaine de mètres plus loin, tourner à droite, passer l'ancienne voie ferrée, tourner encore à droite, faire 200 mètres, tourner à gauche direction Mons, Les Pradals, Bardou par D14E. Monter sur moins d'un kilomètre, entrer dans Mons. Poursuivre dans les maisons jusqu'à l'église sur la gauche.

On peut stationner en face de l'église. S'il n'y a plus de place, tourner à gauche après l'église, il y a un parking une centaine de mètres plus loin.

Terrain

Ce parcours est long et la dénivelée est grande. Cela demande une bonne endurance.

De plus, la première partie entre Mons et le col de Coulaïgo, réclame une certaine habitude de ce type de terrain où on monte en s'aidant des rochers et des arbres, en gardant sans cesse la tête levée afin de deviner la suite du parcours, tout en faisant attention où on met les pieds. Ce n'est ni technique, ni exposé, mais sportif et exigeant.

Le reste du parcours se déroule sur des sentiers plus classiques quoique caillouteux comme toujours dans ce coin.

Enfin, la descente du sommet, 850m d'une traite, est longue et fatigante pour les genoux.

Paysage

Le Caroux est un massif réputé, à juste titre, pour ses paysages spectaculaires. On va ici admirer les Gorges d'Héric depuis les deux versants qui les dominent et depuis les deux extrémités. Ces grandes parois et aiguilles granitiques ont réellement beaucoup d'allure. L'ambiance est vraiment montagne.

Un petit tour sur le plateau sommital permet de jolies vues vers le sud et la vallée de l'Orb 900 mètres plus bas.

Epoque

Mai et juin, quand la végétation est enfin sortie du long hiver Carouxien.

Eviter l'été, très chaud, et l'hiver, austère.

Fréquentation

Evidemment, le Caroux est un haut lieu de la randonnée. Si le tronçon de Mons à Bardou est très peu fréquenté, le reste du parcours l'est bien davantage.

Entre Douch et le sommet, on rencontre beaucoup de monde, de tous les âges, de toutes les couleurs et dans toutes les tenues.

Le sentier Bardou-Héric-Douch et la descente sont également assez peuplés, notamment au printemps et en été.

Eau

Douch (4 heures).

Raccourcis

Retour par les Gorges d'Heric (gain de temps : 2h15).

Raccourci en ne passant pas au belvédère (gain de temps : 15mn).

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.