Peyre Cabucelade : le résumé

explicationsMérite un effortRandonneur confirmé
La note des internautes : 17.4 - Nombre de notes : 30
Secteur géographiqueCévennes
Carte IGNTop25 2641 ET
explicationsDate de mise à jour10/04/2017
explicationsDurée5 h 00
explicationsDénivelée800 m
explicationsPériode recommandéemai juin octobre

Peyre Cabucelade : le topo

Parcours

Avertissement : Certains topos n'ont pas été actualisés depuis longtemps (plusieurs années parfois). Pour obtenir des infos plus récentes, veuillez prendre connaissance des commentaires des internautes.

Du parking, prendre la direction du village en traversant le terrain de boules, la zone de jeux pour enfants, la zone de picnic. Puis marcher sur le trottoir de la route principale jusqu'à hauteur d'une fontaine sur la gauche. Prendre alors à droite un escalier qui monte, c'est la ruelle de Couve, balisée en jaune.

L'escalier laisse place à une ruelle cimentée puis à un sentier. Celui-ci s'élève fortement à l'aide de marches. En haut, on arrive à un carrefour, ne pas continuer à monter mais descendre le sentier de gauche, il rejoint rapidement l'ancienne voie ferrée qui est à cet endroit une rue goudronnée. On dépasse quelques maisons puis le goudron s'arrête et on est sur une piste qui entre en forêt.

Après une petite dizaine de minutes, on laisse partir à droite un sentier pour Lasalle (panneaux) et encore une petite dizaine de minutes après, on laisse la piste partir à droite vers Aumessas (panneaux). On continue tout droit toujours sur l'ancienne voie ferrée qui devient désormais un joli sentier en sous bois.

A nouveau dix minutes de marche et il faut quitter notre tracé pour un large sentier en épingle à gauche. Attention, ici, il n'y a pas de panneau, on a tendance à continuer tout droit, donc il faut être bien attentif.

Une courte descente nous amène à la route qu'on traverse pour franchir un très joli pont. De l'autre côté du pont, une table de picnic et un robinet d'eau incitent à faire une pause, ce qui permet de lire le panneau explicatif concernant l'histoire de ce pont (55 minutes).

On redémarre en traversant la route et en poursuivant sur un joli sentier en face. Ce sentier se met à monter dans les châtaigniers.

Après un bon quart d'heure, on sort de la forêt sur une épaule et on bénéficie de quelques vues à droite sur le Lingas et à gauche sur la vallée de l'Arre. Quelques minutes ainsi et on arrive à une maison puis à une route. Prendre cette route à droite. Marcher une minute jusqu'à atteindre un panneau sur la droite indiquant qu'on est à La Bruyère à 493 m d'altitude.

Prendre alors à gauche une voie qui est le chemin d'accès à une maison. Longer la maison à main gauche puis continuer dans la châtaigneraie. En quelques minutes, on atteint un col avec un carrefour. Un nouveau panneau nous indique qu'on est à Chantemerle, 522 m.

Ici, ne pas prendre à gauche, ne pas prendre à droite en montée mais prendre à droite en descente. On descend sur ce sentier pendant quelques minutes puis on atteint une route. La traverser et poursuivre en face sur un joli sentier. Encore quelques minutes de descente et on arrive à une autre route, beaucoup plus importante.

La traverser et continuer en face sur une routelette goudronnée. En bas, on arrive à un carrefour. Panneaux. Prendre à gauche en montée en direction du Crouzet. La petite route monte, fait un virage à droite puis atteint les premières maisons (1 h 40). Prendre la première rue à gauche. On longe le parking du village sur notre gauche puis la route vire à droite et se met à monter.

Rapidement, le goudron disparait et la piste devient très dégradée. Elle fait une épingle à droite puis une autre à gauche et devient ensuite un grand chemin. On pénètre en forêt et progressivement le chemin se rétrécit pour presque devenir sentier.

On atteint une ruine puis un ancien manège à chevaux. On est maintenant sur un fort joli sentier qui pénètre dans une belle chênaie.

La chênaie laisse ensuite place à une végétation plus clairsemée et on admire les vues sur le Lingas puis dans l'axe de la vallée de l'Arre. On arrive ensuite en vue de Lembrusquière. Peu avant le village, repérer un réservoir d'eau à droite. Il y a là un carrefour.

A ce carrefour, prendre à droite en montée. On entame alors une montée fort raide qui va nous mener sur le Causse. Cependant, si la pente est forte, le paysage est beau. Malheureusement, sur le haut, les sangliers ont ravagé le sentier (en date d'octobre 2015) et la progression est parfois pénible.

Après plus d'une demi-heure d'effort, on débouche sur le plateau. Le sentier fait ici un virage à droite. Juste après ce virage, prendre à gauche une sente horizontale en direction approximative de l'Est Sud-est. La sente s'incurve rapidement vers le Sud pour rejoindre un hameau partiellement ruiné, Le Tour (2 h 45). Aller jusqu'aux maisons, les traverser et déboucher sur une grande aire de battage, moitié dallée, moitié herbeuse. Les difficultés d'orientation commencent ici.

S'engager vers la droite sur la piste d'accès au hameau. Sur la gauche, il y a deux maisons ruinées, s'arrêter entre les deux et bien regarder. Il y a une sente qui démarre ici et part en direction du Sud Sud-ouest. Au printemps, avec les hautes herbes, il faut être optimiste pour la trouver.

On s'engage donc sur cette sente dans les herbes mais fort heureusement elle devient rapidement beaucoup plus nette et se faufile alors dans les buis et les rochers. On traverse un petit ravin puis on remonte et la sente tourne à gauche pour prendre la direction du Sud-est. Elle est maintenant horizontale et offre de belles vues sur la vallée de l'Arre. A gauche, on remarque le hameau du Tour qu'on vient de traverser.

Quelques minutes et on franchit une clôture. La sente s'incurve alors à gauche. On évolue une cinquantaine de mètres horizontalement dans une zone dégagée puis le sentier traverse alors un ravin mal marqué dans une zone d'herbe et de buis.

Juste après avoir traversé ce ravin, prendre une sente à droite qui remonte ce ravin arboré en rive droite en direction approximative du Sud Sud-est. La sente est bien marquée et on se repère aisément car on suit le ravin à main droite.

Après une dizaine de minutes, le sentier traverse le ravin et l'orientation devient plus difficile. On reste bien sagement sur la trace la plus marquée et on arrive à une bifurcation au niveau d'un érable et d'un chêne.

Emprunter la sente de gauche, ellle se perd rapidement dans une zone herbeuse. A partir de ce moment, les difficultés commencent réellement.

Il va falloir y aller au jugé en hors piste. L'objectif est de trouver une porte dans une clôture en haut de la crête. La meilleure méthode consiste à jouer l'erreur systématique comme on dit en orientation. Vous allez donc tirer franchement à droite de façon à ce que, en vous retournant régulièrement, vous aperceviez le fond du talweg et, encore mieux, les maisons ruinées du Tour. Ainsi, vous progressez dans l'herbe et les buis en montée et vous atteignez le haut de la pente marqué par une clôture. Vous êtes maintenant certain d'être trop à droite de la porte. Vous êtes également un peu trop haut en altitude. Vous longez donc la clôture vers la gauche et en légère descente, c'est à dire en la conservant à main droite et immanquablement, vous atteignez en quelques minutes la porte dans la clôture.

Franchissez cette clôture, par la porte plutôt qu'en l'enjambant. Ce n'est pas fini, il n'y a toujours pas de sentier. Il vous faut maintenant marcher en conservant sur votre droite le relief qui monte et sur votre gauche celui qui descend (vues vers la vallée) et en avançant plus ou moins horizontalement, c'est à dire en évitant de gagner ou perdre de l'altitude. En quelques minutes, vous tombez inévitablement sur une nouvelle clôture (qu'on ne franchira pas). Prenez alors à gauche, c'est à dire en suivant la clôture à main droite et vous retrouvez assez vite une vieille piste. En une centaine de mètres, celle-ci vous amène au dolmen de Peyre Cabucelade qui donne son nom à la balade. Il aura fallu tout ce temps pour que vous sachiez ce qu'est Peyre Cabucelade !

Vraiment rien de particulier pour ce dolmen mais des vues splendides à gauche vers le Lingas et la vallée, à droite vers le Causse. On continue ensuite sur la vieille piste qui monte un peu pour atteindre le point culminant de la balade. Puis on descend progressivement avec face à nous les immenses étendues du Causse.

Une petite demi-heure de descente et on atteint un portillon qu'on franchit pour déboucher sur la route d'accès aux Très Toullières (3 h 55). Panneaux. Traverser la route et franchir une barrière (merci de refermer derrière vous) qui donne accès à un sentier dont le départ est marqué par un panneau d'interdiction aux motos et ... aux voitures !

Ce sentier entre les buis descend une paire de minutes pour atteindre un autre carrefour. Prendre vers la droite et vers le bas un sentier repéré par deux panneaux accrochés à un arbre et une vague balise jaune. Encore une ou deux minutes et on arrive à un nouveau carrefour multi sentes. Prendre cette fois à gauche en descente. Ici, le panneau indiquant la direction de Arre est amovible ...

Une fois sur ce sentier, il n'y a plus de problème, il est bien marqué et facile à suivre. Il franchit une nouvelle clôture puis traverse une zone boisée et sort ensuite de cette zone pour nous offrir de belles vues sur une gorge en bas à droite .

Quelques minutes et on atteint un col sur une crête. Changement de versant et changement de décor. C'est le choc, la vue plongeante sur Arre et Bez avec toute la vallée et le Lingas en toile de fond est vraiment exceptionnelle. Les premières minutes de la descente s'effectuent dans cette superbe ambiance puis on pénètre en forêt mais celle-ci est vraiment très jolie.

Après une demi-heure de descente, on arrive à un réservoir puis aux premières maisons de Arre. Le sentier fait place à une ruelle goudronnée.

Descendre la rue jusqu'en bas du village et franchir le pont sur l'Arre. Après le pont, prendre de suite à droite un chemin qui longe agréablement le cours d'eau, avec des jardins potagers sur la gauche. Puis le chemin remonte et rejoint la route. Ici, prendre à droite le chemin d'accès au viaduc. On rejoint ainsi l'ancienne voie ferrée. Une fois sur celle-ci, prendre en épingle à gauche et en deux minutes rejoindre le parking (5 heures).

Accès et parking

Se rendre au Vigan, prendre ensuite la D999 en direction de Millau.

Rouler jusqu'à Bez. Traverser ce village, dépasser le panneau de sortie de Bez puis celui d'entrée dans Arre et juste après, tourner à droite sur un parking panneauté Promenade du Viaduc. Stationner sur ce parking.

Terrain

Cette randonnée est réservée aux personnes possédant une science de la lecture de carte et de l'orientation sur et hors sentier.

En effet, les sentiers sont rarement balisés, il y a de nombreux carrefours où il ne faut pas se fourvoyer et il y a surtout une partie de parcours assez délicate sur des sentes à chèvres puis carrément hors piste.

A noter également que le parcours est assez éprouvant physiquement avec plusieurs montées et descentes et des passages fort pentus.

Paysage

Il s'agit ici d'une randonnée très originale dont le tracé est certainement inédit. Elle emprunte de nombreux sentiers que seuls les autochtones connaissent.

Je dois à ce sujet remercier un internaute habitant Lembrusquière qui m'a fourni de précieux renseignements sur l'existence de ces sentiers. Sans lui, je n'aurai sans doute pas tenté de réaliser une boucle dans ce secteur, ou alors pas celle là.

Non content d'être original, ce parcours possède plusieurs points forts.

Entre Le Crouzet et le Tour, des vues magnifiques qui durent longtemps et qui permettent d'embrasser tout le versant Sud du Lingas.

Dans la descente, des impressionnantes vues plongeantes sur la vallée de l'Arre.

En début de rando, un parcours sur l'ancienne voie ferrée devenue chemin ou sentier, dans un bel environnement forestier.

Et en fin de rando, un petit tour au bord de l'Arre, entre les potagers des habitants et le joli cours d'eau.

Une dernière chose : vous vous demandez sans doute ce qu'est Peyre Cabucelade, puisque c'est le nom de la balade. C'est seulement le nom d'un malheureux dolmen sans intérêt situé non loin du point culminant du parcours. Il m'a juste permis de trouver un nom plus intriguant que Arre ou Lembrusquiere !

A noter que le topo originel a du être modifié en octobre 2015 car une partie du parcours avait été ravagée par nos amis les forestiers.

Epoque

On préfèrera parcourir ces chemins au printemps, mai et juin, lorsque l'herbe est bien verte sur le Causse.

Néanmoins, octobre est pas mal aussi pour les couleurs des arbres : érables, châtaigniers et chênes caducs.

Fréquentation

Vous avez vraiment peu de chance de rencontrer du monde sur ces sentiers, hormis à proximité des villages.

Eau

Robinet aux Trois Ponts (55 mn).

Raccourcis

On peut couper entre les Trois Ponts et Lembrusquière (il y a un sentier, gain de temps une petite heure).

Avertissement

Les présentes pages du site Web décrivent des activités pouvant présenter des risques. Toute personne désirant les entreprendre doit les aborder prudemment et en connaissance de cause. L'auteur ne pourra être tenu pour responsable des incidents ou des accidents encourus par le lecteur de ces pages.
Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.